Un Rafale de retour de Solenzara sème le trouble dans le sud-ouest

Un Rafale de retour de Solenzara sème le trouble dans le sud-ouest

L’affaire a fait grand bruit dans la région de Montauban et Toulouse, c’est le cas de le dire. Ce jeudi 17 septembre 2015 en fin de matinée des centaines de personnes ont été plus que surpris après avoir entendu une importante déflagration dans le grand sud-ouest, ce qui au final n’était qu’un avion de combat français ayant franchi le mur du son à proximité. L’appareil en question, un Dassault Rafale de l’Armée de l’Air revenait d’une campagne de tir sur la Base Aérienne 126 de Solenzara en Corse.

Le pilote de l’avion regagnait la Base Aérienne 118 de Mont-de-Marsan quand il a été autorisé par le Centre National des Opérations Aériennes (installé dans les locaux de la Base Aérienne 942 de Lyon-Mont Verdun) à réaliser une partie de son survol en supersonique.
L’effet du bang a été ressenti dans une bonne partie de la région.

Des centaines de riverains ont alors submergé les centraux téléphoniques des sapeurs-pompiers et de la gendarmerie pour indiquer une « puissante explosion ». Ce n’est que quelques heures plus tard que le ministère de la défense a pu rassurer les civils dans la zone.
Ce type de survol n’a rien d’extraordinaire, mais en ces périodes de troubles le bruit du bang, très similaire à une explosion a de quoi inquiéter même le ou la plus zen d’entre nous.

En fait ce sont quinze Rafale de l’Armée de l’Air qui se sont exercé entre le 31 août et le 18 septembre 2015 aux manœuvres de tir air-air canon au-dessus du champs de tirs corse. Pour les pilotes il s’agissait de maintenir leur capacité à la défense aérienne hors usage des missiles.

Photo © Armée de l’Air

18 COMMENTAIRES

  1. Tout ça parce que les populations n’ont plus l’habitude !
    Dans l’Est de la France dans les années 70 & 80, c’était tous les jours. Tous les vols de Rafale devraient être supersoniques : ils n’ont pas forcément besoin de la pc avec la supercroisière, cela aguerrirait les populations (les Rafale n’étant pas capables de Mach 2, cela ne sera même pas du double-bang en plus).
    « il s’agissait de maintenir leur capacité à la défense aérienne hors usage des missiles. » : du dogfight à l’ancienne avec du tir canon air/air ? En Corse et en septembre, ils ont dû se faire plaisir les pilotes 😉 !
    Belle photo, un peu curieuse, on dirait que les canards sont braqués vers le bas, pour un décollage, ce serait plutôt vers le haut, non ?

    • Les temps changent Xav520, aujourd’hui avec les normes environnementales les survols de zones habitées au-delà de Mach 1 sont très restreints et c’est tant mieux pour les riverains. Il n’est donc pas surprenant que des civils soient interloqués par le bruit du bang supersonique qu’on peut aisément confondre avec celui d’une explosion.

      • Certes, les riverains n’étaient pas traités (même pas considérés) comme aujourd’hui
        Ce qu’on appelle sans doute les dividendes de la paix ?
        Après il y a aussi peut-être un manque d’éducation, de culture aéronautique ? Heureusement que des sites comme le vôtre concourent à cette culture 😉 !

    • « Tout ça parce que les populations n’ont plus l’habitude ! » et « cela aguerrirait les populations « ….
      En tant que Toulousain d’adoption, la première réaction a ce bruit (tout comme les gens autour de moi) c’était Golfech qui avait pété. Il faut dire qu’après AZF nous sommes un peu traumatisé dans la région. Alors vos remarques sur l’aguerrissement me semblent… un peu déplacées. Quand un SEVESO vous aura fait ce que nous avons eu, nous en reparlerons .
      Amicalement

      • Je suis à 100% d’accord avec Laurent, j’ai la particularité de vivre dans une ville qui est un gigantesque secteur Seveso (Gennevilliers en proche banlieue parisienne) et clairement je comprends son point de vue. Les riverains du couloir rhodanien auraient certainement la même réaction à l’écoute d’un bang supersonique.
        Quand à « l’aguerrissement des populations », je ne dirais pas à quel point je trouve cela ridicule et totalement dénué de toute réflexion constructive.

        • « Quand un SEVESO vous aura fait ce que nous avons eu » : et qui vous dit que je n’ai pas vécu bien pire !? Un traumatisme, on peut le surmonter aussi.
          Perso, je ne comprends pas, on a le droit de réfléchir et de ne pas être terrorisé ou traumatisé au moindre bruit.
          « aguerrir », verbe transitif : « Habituer quelqu’un à affronter des choses pénibles, difficiles » (Larousse) C’est exactement ce qui s’est passé en France dans les années 60, 70, 80. Les Français ont la mémoire courte… ?
          Veuillez lire ci-dessous.

      • Mes remarques sont des références… historiques ! Avec l’arrivée massive du supersonique dans les années 60 (Mirage III & V, Jaguar…), pour éviter précisément ce type de réaction traumatisée des populations (encore sensibles dans les années 50 : F-100, Mystère IV, F-86, SMB-2…), il y a eu une volonté politique et militaire d’habituer, de banaliser,
        d’aguerrir les populations à ce genre de bruit (conditionnement psychologique), et nous avons été servis (jusqu’aux années 90) !
        Quel rapport entre un SEVESO et l’aviation supersonique…(ACF n’est pas AZF 😉 !) ??
        Il y a quelques temps des crues ont heureusement permis de découvrir le long d’un cours d’eau (qui dessert plusieurs villages…) un dépôt de munitions allemandes de 14-18 (ce n’est pas ce qui manque dans les nord-est…), bien rouillées, qui auraient fui dans quelques années. Précision, il s’agissait d’obus chimiques (très dangeureux) ! Mais cela est silencieux…
        Amicalement.

        • -« Quand un SEVESO vous aura fait ce que nous avons eu » : et qui vous dit que je n’ai pas vécu bien pire !? Un traumatisme, on peut le surmonter aussi. »
          Certes, je pourrais vous répondre que 31 morts 2500 bléssés pour AZF c’est un peu dur a surmonter,mais je préfère dire que nous ne sommes pas tous des héros.
          -« on a le droit de réfléchir et de ne pas être terrorisé ou traumatisé au moindre bruit »
          J ai fait 2 fois la Bosnie, et le moindre bruit d armement de culasse me fait sursauter, nonobstant mon stage à Mont Louis.
          Par contre je vous rejoint sur le fait que les années 70 étaient propices au Bang (j’étais alors du coté d’Avignon et la BA d’Orange nous régalait). Ceci n’enlevait rien à la peur de mes grands parents qui associaient cela au bombardements de la dernière guerre (curieusement le bang les choquaient car ils n’avaient pas entendu le vrombissement de moteurs a explosion)
          Quand au dangers silencieux ils n’engendrent pas obligatoirement les mêmes mouvements de panique.

          Pour résumer, même si je n’ai pas la même position que vous, ce qui me choque c’est que l’armée de l’air en 2010 mets un temps fou à dire à la population : rien de grave. Cela ne lui couterait rien et augmenterait grandement son image d’être un peu plus réactive.

          PS: on peut continuer la discussion hors ligne?

        • Certes je ne minimise en rien la catastrophe majeure d’AZF (similaire à un bombardement massif), survenue peu de temps après le 11/09 aussi. Il n’est pas question d’être un héros mais d’appliquer des techniques et des approches qui permettent d’aider à passer des traumatismes et événements réellement très violents. Cela fonctionne plus ou moins bien (ou pas) suivant les individus, histoires personnelles, etc. Je dénonce plutôt en fait une tendance de terrorisation à tout va (la peur fait vendre ?) : aux Etats-unis j’ai vu des émissions spéciales à la télé sur une catastrophe aérienne qui avait FAILLI se passer… : autrement dit, rien… (du genre remise de gaz pour éviter un nuage d’oiseaux, simple prudence banale). Comment s’étonner que les gens aient la venette de l’aéronautique après ?
          Je vous rejoins quant à la réactivité de l’Armée de l’air, maintenant vu leurs conditions de travail… Peut-être serait-ce le rôle d’une cellule préfectorale dans chaque région ?
          Entièrement d’accord en ce qui concerne nos grands-parents qui avaient même survécu à plusieurs bombardements, et qui malgré des cauchemars ont vécu et nous ont élevés.
          Il est vrai que la sensibilité aéronautique (aviation et parachutisme), fait que le rapport au risque et à la mort n’est pas le même que la majorité des gens, si on appliquait le principe de précaution, on ne volerait plus. D’où parfois un certain agacement de prendre la sensibilité des gens pour de la sensiblerie, à tort, je le reconnais…
          Hors ligne, pas de soucis, mais comment faire (via le site) ?

    • Je rejoins les commentaires plus bas concernant les bangs « multiples », il n’y a qu’un seul seuil où le ou les bangs se produisent, Mach 1, les Mach 2, 3 ou au delà n’apportent pas d’autres bangs.
      D’autre part, la supercroisière, dans le cas du Rafale, ne peut pas être atteinte dans n’importe configuration, il faut que l’avion soit assez « lisse » pour avoir une traînée réduite qui l’autorise.

Laisser un commentaire