Une passagère royale à bord d’un Grob Tutor de la RAF

Une passagère royale à bord d’un Grob Tutor de la RAF

Personnalité méconnue en France mais très célèbre au Royaume-Uni pour ses engagements humanitaires notamment en faveur des enfants, Sophie Rhys-Jones vient d’ajouter une ligne à son CV. La comtesse de Wessex est en effet devenue ce 21 septembre 2015 le « commandant honoraire » du Squadron 115 de la Royal Air Force, une unité d’instruction et d’entraînement. C’est d’ailleurs à bord d’un de ses monomoteurs Grob Tutor que la belle-fille de la reine Elizabeth II a réalisé son « baptême de l’air ».

Le monomoteur Grob G.115, alias Tutor T Mk-1 dans la nomenclature britannique, est la monture du Squadron 115 depuis 2008. Il s’agit de la version militarisée d’un avion de tourisme et d’entraînement allemand des années 1980. C’est actuellement l’avion d’instruction basique numéro 1 dans la Royal Air Force.
C’est le patron de l’escadrille, le Squadron Leader Andy Paul, qui pilota l’avion pour ce vol si particulier.

La commandant honoraire Sophie Rhys-Jones.
La commandante honoraire Sophie Rhys-Jones.
Le statut de « commandant honoraire » (ou « Honorary Air Commodore » dans la langue de Shakespeare) est souvent dévolu aux membres de la famille royale. Depuis le dix-septième siècle ces derniers étaient pourtant plutôt rattachés à la Royal Navy. Leur rapprochement avec la RAF est forcément plus récent, il remonte à la fin des années 1970. La particularité de celui de la comtesse de Wessex est double.

Premièrement c’est une femme qu’on honore avec cette distinction militaire et surtout deuxièmement c’est un membre de la famille royale née roturière.
Il faut savoir que toutes les unités de la RAF n’ont pas l’honneur d’être parrainées par un membre de la famille de la reine.

Vu de France (ou du Québec) ce parrainage royal peut sembler un peu désuet, il faut cependant se souvenir que les Britanniques demeurent très attachés à leur famille royale. La voir se tenir au plus près de la RAF, toujours aussi chère au cœur des sujets de la reine, est forcément un bonus pour les deux parties.

Photo © Royal Air Force

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

13 COMMENTAIRES

  1. Article très intéressant sauf que la traduction est incorrecte. Un « Air Commodore » n’est pas un « Commandant » mais un « Général de Brigade Aérienne ».
    Dans la marine c’est un « Contre Amiral ».
    J’imagine assez mal un membre de la famille royale se contentant de ce grade, même s’il est honorifique.

  2. Ça est bizarre, alors ! ? Quand un membre de la famille royale vole avec la Composante Air, ça ne fait pas un article, allez ?
    C’est pourtant tout aussi royal ici outre-Quiévrain une fois…

  3. Je sais que c’est de l’aviation militaire, mais franchement cette bonne-femme qui monte dans un avion pour un coup de com vous n’étier pas obliger de le relayer. Surtout que cet avion n’a aucun intérêt pour les gens qui comme moi s’intéréssent aux avions, c’est pas un avion de chasse ou un bombardier.

    • Perso j’aime beaucoup les avions « de servitudes » tels les machines de transport ou d’entraînement, et du coup je me suis permis de penser que ce sujet pouvait intéresser certains de nos lecteurs. Je prends note que ce n’est pas votre cas mon cher aldo.

      • Je pense que vous êtes bien le seul ici à préféré les avions d’entraînement aux chasseurs, ne faite pas de votre cas une généralité et montré nous des sujets intéréssant.

        • Absolument pas, Arnaud a bien raison, les machines de transport ou d’entraînement sont non seulement indispensables, mais très nobles et belles parfois. C’est intéressant.
          Par contre, si vous pouviez écrire en français… : « à préférer, ne faites, montrez-nous, intéressants…

  4. J’apprécie d’autant plus cet avion que j’ai pu piloter le « Dimona » de chez Diamond Aircraft Industry et qui est assez semblable au Grob. Tout ce qui vole mérite respect mon cher Aldo et mépriser les « petits coucous », c’est faire peu de cas de ces milliers de passionnés , « pilotes du dimanche » comme moi, qui font vivre les aéroclubs, leurs moniteurs (souvent bénévoles) et l’industrie de l’aviation légère. N’oubliez pas que les premiers avions de chasse étaient bien plus frêles que bien des avions de tourisme de nos jours.

Laisser un commentaire