Le Rafale ajoute une corde à son arc : protéger Kourou et...

Le Rafale ajoute une corde à son arc : protéger Kourou et ses fusées

C’est un petit évènement pour la défense européenne qui vient de se jouer entre les 12 et 15 octobre 2015 en Guyane française. Deux chasseurs biréacteurs omnirôles de l’Armée de l’Air ont été dépêché pour la première fois sur la Base Aérienne 367 de Cayenne dans le cadre de l’exercice Urubu 2015. Les Rafale B & C pourront donc désormais pleinement assurer la défense du pas de tir spatial de Kourou.

Les deux avions de combat venus de métropole ont donc permis de valider les travaux lancés il y a maintenant plusieurs mois sur la base afin de la rendre apte à recevoir des chasseurs contemporains dans le cadre des missions de protection du site de Kourou.

Il faut dire que généralement cette mission revient aux hélicoptères biturbines légers Eurocopter AS-555 Fennec en charge des mesures actives de sûreté aérienne, les fameuses MASA.

Les deux avions de combat français ont aussi pu interopérer avec le Boeing E-3F SDCA déployé en Guyane pour l’occasion, et notamment au travers de la fameuse Liaison 16 de communication encryptée si chère aux généraux de l’OTAN.

Rafale-Urubu2015_AdlA
Les deux Rafale français survolent la BA 367 de Cayenne.
Désormais donc les tirs spatiaux du programme Ariane V, et du futur Ariane VI, pourront se faire sous la protection du meilleur chasseur biréacteur actuellement en service dans le monde, le seul et unique chasseur omnirôle de la planète.

Photos © Armée de l’Air.

29 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cet article bien informatif (et sans fautes d’orthographe !)
    Le « meilleur chasseur biréacteur actuellement en service dans le monde, le seul et unique chasseur omnirôle de la planète. », et le plus beau aussi, nan ?
    Il a failli l’écrire, Il a failli l’écrire… 😉 !

      • Sans rire 😉 ?
        Enfin de gustandibus et coloribus non discutantem (des goûts et des couleurs…)
        Par contre, n’étant pas spécialiste du Typhoon, pouvez-vous me confirmer les différences entre l’EAP et l’EFA ? Je trouve que l’EAP en effet, était bien plus esthétique que l’EFA (voilure en double delta notamment).

        • Merci pour l’info.
          Les derniers développements (dans un futur lointain) du Typhoon (ou Super-Typhoon) semblent être exclusivement l’oeuvre des Allemands : volonté industrielle (et financière) ou politique ?
          J’ai beau connaître un ingénieur espagnol qui travaille pour le Typhoon à Casa, j’ai du mal à m’y retrouver dans leur programme industriel… !

  2. Le meilleur, oui. Vivement que nous les envoilions sur un futur RED FLAG , si toute fois cela est prévue? Avec peut être la dernière mouture Gan? J aimerais les voir pister quelques gros chat (F 22)

    Cordialement )

  3. Cette décision de placer deux Rafale en permanence à Kourou répond à une menace spécifique? Le Rafale est trop précieux pour le déployer sans un besoin réel.

  4. Comme écrit dans l’article : le programme Ariane VI, représente le futur de l’Europe spatiale.
    L’enjeu est suffisamment important pour y déployer des Rafale.
    Imaginez une attaque (même ratée) à base de Phenom ou Cessna que nos hélicoptères auraient été incapables d’intercepter/arrêter… ! Ce serait un défaut de souveraineté. Comment expliquer cela à nos partenaires européens ?
    Donc Rafale… 😉 !

  5. Très sage décision, « mieux vaut prévenir que guérir » dit le proverbe. Sans être dans le secret des dieux, je suis étonné qu’après les événements du 11 septembre ce site ne bénéficie pas d’une protection plus importante. Le site de Cap Canaveral en Floride profite de la présence de la base aéronavale de Pensacola située dans le même état. L’interopérabilité du Rafale…que de beaux mots qui sonnent bien aux oreilles des responsables de l’Otan et du Norad!

    • Si je souhaite pour nos amis Canadiens qu’ils abandonnent la gabegie F-35 (histoire de ne pas perdre quelques dizaines de milliards de Can$…), je ne pense pas que le Rafale ait ses chances, hélas.
      Face à l’hostilité étasunienne, seul le Super-Hornet semble s’imposer, cela favoriserait simplement Boeing face à Lockheed, et serait un bon choix pour le Canada pour remplacer l’Hornet (maîtrise des coûts, rayon d’action, capacité d’emport…)

  6. C’est juste qu’un Rafale me semble en peu excessif là ou des M2000C o 5 pourraient faire l’affaire.
    J’espere alors voir des belles photos du Rafale et l’Ariane.

        • Apparemment ce serait plutôt avec le Venezuela que l’on se solidariserait… Déjà le pays est plus grand, et ensuite nous avons des accords de défense (suite à des ventes d’armes, notamment d’hélicoptères, je crois ?)
          Nous entraînons l’armée Vénézuélienne dans la forêt guyanaise (ce n’est pourtant pas la forêt qui manque dans leur pays, et la même…), avec les programmes des Forces spéciales, notamment.

  7. Je pense qu il y a une question d image que l on veut montrer à l extérieur et à nos partenaire européen. Lorsque l on nous sert de belles images comme ca c’est surtout beaucoup de communication. Mais n enleve rien au besoin de protection des installations.

    Je me rappelle avoir lu, lors des travaux du site de lancement de soyouz à kourou, beaucoup d ingénieurs russes étaient sur place. De quoi bien stresser les autorités afin de protéger les autres sites.

    • « lors des travaux du site de lancement de soyouz à kourou, beaucoup d ingénieurs russes étaient sur place » ; vous vouliez des ingénieurs chinois… ?
      A partir du moment où on les a invités… Vous craignez quoi ? Ils ont 20 ans d’avance sur nous en astronautique ! C’est plutôt à Baïkonour quand il y a des ingénieurs français qu’ils doivent avoir peur !

        • Oui en effet des Russes à Kourou. La base de Kourou possède un pas de tir Soyouz. Cela permet à l’ESA de pouvoir utiliser Soyouz pour faire des lancements. Et cela permet à l’agence spatiale russe de profiter de la proximité de l’équateur pour favoriser les tirs vers les orbites géostationnaires.

  8. Depuis la chute de l urss les deux principaux fabriquant de fusées russe ( l un pour soyouz l autre pour proton) se sont rapproché de l Occident prévoyant le decrépitement de la gouvernance russe. En 2004 l ESA et le Roskosmos se sont mis d accord pour le lancement de fusée soyouz à partir de kourou.
    Pour l ESA l avantage était de disposer dans lanceur fiable (qui a fait plus que ses preuves au cours des années) et d un lanceur de charge intermédiaire entre la petite Vega italienne et Ariane V européenne.
    Des ingénieurs russes et européens ont donc travaillé ensemble afin de faire une copie du pas de tir soyouz de baikonour.
    Après les Chinois étaient une blague deXav 520, il n y a pas d’ingenieurs chinois encore à kourou même si ils sont les bienvenue pour ma part si ils veulent nous faire part de leur expérience.

    • Je confirme !
      Longue Marche vaincra ! (surtout quand ça marche… 😉 !)
      J’avais entendu dire que nous avions payé des Soyouz croyant obtenir le dernier modèle… et que nous n’avions eu qu’un des premiers… ? Mais comme vous dites très fiables, et avec des performances accrues du fait de la proximité de l’équateur, comme dit Guillaume.

      • Longue Marche Vaincra=>
        Je pensais plus à l objectif mars 2030.

        On entend de plus en plus parler d une mission internnationnale avec pour objectif une station habitée autour de mars (et pas sur mars ) et tout les nations ( ou communauté ) devraient y participer. Il ne faut pas mettre de côté les ambitions chinoises et son développement. Les robots de demain seront chinois!

        • Mars, je ne savais pas.
          Les Chinois avaient prévu une Station Spatiale en orbite autour de la Terre, une base lunaire, et un voyage sur Mars (et pas autour, car de toute façon ce sera un aller simple… !)
          Je ne sais pas si c’est toujours d’actualité ?
          Le nom de ce déploiement est : exercice Uburu (Vautour d’Amériques).

        • Effectivement, avec les technologies actuelles ou prévisible à moyen terme ne permettent pas d aller SUR Mars et d’y revenir. Il faudrait construire un pas de tir, prévoir une fusée capable de s extraire d une planète à faible densité atmosphérique, l envoyer sur mars pour qu elle y reparte, bref compliqué.
          Donc un voyage sur mars sera un voyage aller simple comme souhaiterai le faire la société néerlandaise « mars one » ( je ne sais pas où ils en sont).
          Par contre il est possible dans un future proche (2030) d envoyer une station ( type ISS) autour de mars. Les premières expériences de confinement d équipage ont commencées. Une près de Moscou qui s est déroulé parfaitement bien et une autre vient de commencer à Hawaï. Il me semble qu il faut 9 mois pour aller sur Mars. On s aperçoit que la première phase, recrutement d équipage , est plutôt maîtrisé.
          L avantage d aller autour de mars sera de pouvoir contrôler des drones sans latence. Aujourd’hui, il faut 20minutes pour q un message arrive et donc 20 min pour sur qu il est arrivé. Donc 40minutes de décalage de communication entre la Terre et Mars. Ce qui est problématique pour manipuler les deux drone aujourd’hui sur Mars.

      • Et pas chère.
        C est vraiment une bonne opération pour les deux parties.
        L ESA ne perd pas de temps et d argent à concevoir un nouveau lanceur.
        La Russie vend, restaure son image de nation spatiale

Laisser un commentaire