Assembly Ships, des bombardiers aux couleurs bariolées

Assembly Ships, des bombardiers aux couleurs bariolées

L’image d’Épinal du bombardier allié de la Seconde Guerre mondiale montre souvent des avions aux teintes sombres seulement rehaussées des cocardes et éventuels nose art en forme de pin-up. C’est vrai dans à peu près 99% des cas. Mais alors c’est quoi le dernier pourcentage restant ? Il s’agit d’un type d’avion bien particulier, l’Assembly Ship, un bombardier aux couleurs hyper criardes dont la mission était de faciliter le rassemblement des autres avions. Retour sur un phénomène méconnu de cette époque.

Les Assembly Ships étaient typiques des « boxes » américains de bombardements qui opéraient au-dessus de l’Allemagne nazie. Les avions étaient d’ailleurs des machines de série dont la livrée faisait appel à des couleurs habituellement bannies des fuselages d’avions militaires : jaune canari, rouge magenta, bleu roi, rose, violet, vert pomme… plus c’était voyant, mieux c’était.

Exemples de colorisation spécifique de B-24
Exemples de colorisation spécifique de B-24

Mais cela ne suffisait pas, les mécaniciens en charge de repeindre ces bombardiers s’en donnaient à cœur joie. En plus des couleurs, les Assembly Ships disposaient de marques particulières telles de larges bandes verticales ou horizontales, des pois, des carreaux, tout ce qui faisait que ces avions devaient être vus de loin par les équipages des autres bombardiers qui se rassemblaient sur eux.

Un Boeing B-17E adapté en Assembly Ship.
Un Boeing B-17E adapté en Assembly Ship.

Les deux principaux types d’avions ayant reçus pour mission d’être des Assembly Ships furent bien sûr les Boeing B-17 Fortress et Consolidated B-24 Liberator. Normal, c’était les principaux bombardiers lourds de l’US Army Air Force. Dans cette mission très particulière, les avions emportaient généralement une charge offensive réduite et un armement défensif quasi inexistant.

Dans une telle configuration on pourrait se dire que ces avions représentaient une cible facile pour les servants de la Flak. Eh bien en fait non. Comme les autres bombardiers se rassemblaient sur eux, ils formaient une sorte de bouclier autours des Assembly Ships, si bien que ces derniers n’étaient pas les avions les plus souvent descendus par les artilleurs allemands. Cependant ils subissaient eux-aussi des pertes notables. Dès le début de l’année 1944 certains Assembly Ships furent dotés de feux clignotants voire même de gyrophares permettant aux boxes de bombardiers de nuit de se rassembler sur eux.

Photos © US Air Force Museum, vintage wing.ca

11 COMMENTAIRES

  1. Avant de lire tout je pensais que s’était des jouets, puis des avions repeints par des artistes. Ils sont vraiment chouettes ces bombardiers! Dommage qu’ils sont si inconnus. Aucun d’entre eux ne se conserve aujourd’hui?

  2. Excellent article, merci !
    C’est un plaisir à faire en modèle, ça ‘flashe’ dans une vitrine aussi 😉 !
    Peut-être une erreur : à ma connaissance, aucun n’a participé à des missions de bombardement, vu qu’ils étaient désarmés !
    Aucune de vos (belles) photos ou profil ne montre de mitrailleuse, ils étaient désarmés, donc sans intérêt pour les missions des bombardement, et faisaient demi-tour dès les côtes européennes en vue, leur mission (de rassemblement des formations, comme vous le dites très justement) étant achevée.
    En plus de la Flak, ils auraient constitué une cible un peu trop voyante pour les chasseurs ?

  3. Je rejoins parfaitement Xav520.
    Aucun avion de ce type n’a jamais participé à une quelconque mission de bombardement. Une fois le box assemblé, ils faisaient demi tour et regagnaient leurs bases, et cela d’autant plus que beaucoup d’entre eux étaient des bombardiers avec un nombre d’heures de vol important ou ayant subi de lourdes réparations suite à de (trop?) nombreuses missions et on les « finissaient » avant de les envoyer à la casse ou de les immobiliser pour de bon et récupérer les pièces en les canibalisant.

    • C’est étonnant ça car deux ouvrages de référence, dont je me suis inspiré pour cet article, décrivent eux clairement que certains Assembly Ships, et notamment les B-24 Liberator, pouvaient emporter (et emportaient régulièrement) des charges de combat réduites mais bien réelles.

    • Si ce site le dit et que j’écris le contraire (en m’appuyant sur des ouvrages de référence) c’est forcément alors ce site anglophone qui a raison. Le débat est clos.

  4. J’avais lu dans certains ouvrages, comme certains l’ont fait remarquer, que les assembly ships ne participaient pas au combats et volaient des côtes anglaises jusqu’à la mer du Nord et retour (car usés jusqu’à la corde et dépourvus de tout armement défensif, cela a été souligné plus haut). Cela dit je ne saurais être absolument catégorique, et il y a certainement eu des exceptions si vos ouvrages en parlent, Arnaud.
    L’article vaut de toute façon le détour pour la mise en lumière de ces appareils chatoyants et méconnus. Merci de les mettre au premier plan, la campagne de bombardement diurne US leur doit beaucoup.

  5. Bravo ! Une fois de plus vous venez de m’apprendre quelque chose de nouveau. Un de mes oncles qui a fait la 2ème. m’avait déjà dit qu’ils (Américains) avaient des avions de «rassemblement» tellement il pouvait y avoir d’appareils en une seule sortie ! Alors là je vois bien de quoi il (mon oncle), parlait.

Laisser un commentaire