La riposte aux attentats de Paris se précise

La riposte aux attentats de Paris se précise

Pour le coup les ennemis de la France sont clairement prévenus, elle ne se laissera pas dicter sa conduite par la terreur et la folie assassine. Ce lundi 16 novembre 2015 au soir l‘Armée de l’Air a de nouveau mené un raid aérien contre des cibles djihadistes dans le ville syrienne de Raqqa, tirant au moins seize munitions guidées. Cette opération intervient quelques heures seulement après que le Président de la République François Hollande se soit exprimé auprès des députés et sénateurs réunis en congrès à Versailles et moins de 24 heures après la première série de frappes de représailles.

Et cette fois encore c’est de nuit que la dizaine de Mirage 2000D et de Rafale a opéré, réalisant une attaque de précision contre ce qui est présenté comme un centre d’entraînement djihadiste et un centre de communication important. On sait désormais que les renseignements ayant permis cette frappe ont été transmis par nos alliés américains qui avaient, au cours des jours et semaines précédents, réalisés plusieurs vols de reconnaissance au-dessus de Raqqa.

Bombes GBU-12 montées sous un Rafale.
Bombes GBU-12 montées sous un Rafale.
Alors on peut tout de même s’interroger sur la nécessité qu’à le ministère de la défense à communiquer autant sur ses actions de riposte. Certaines voix commencent à s’élever se demandant s’il n’y a pas trop de transparence quand à nos opérations depuis les attentats du 13 novembre.

Force est de constater que les ordres semblent bien venir de l’exécutif. Il se pourrait même que cet excès de communication soit une tactique pour montrer aux combattants et aux dirigeants de l’autoproclamé État Islamique que la France ne se laissera pas faire et que sa réponse sera impitoyable, pour reprendre le terme désormais célèbre et attribué au Chef des Armées.
Dans le même temps on a appris que les présidents américains, français, et russes allaient très prochainement se rencontrer au cours d’un mini-sommet tripartite, peut être en marge de la COP21, afin de décider en commun des raids aériens et des opérations à mener contre Daech. Cette réunion devrait permettre aux forces aériennes des trois puissances de coordonner leurs efforts, sans se gêner. S’il ne s’agit pas encore réellement d’intégrer la Russie à la coalition internationale, beaucoup y voient un signe fort de rapprochement après plusieurs semaines où les trois pays se regardaient en chiens de faïence.

La question qu’on peut désormais se poser est de savoir à quand le prochain bombardement français contre la « capitale » de Daech ? L’adage ne dit-il pas « jamais deux sans trois » ?
Affaire à suivre.

Photos © Armée de l’Air.

4 COMMENTAIRES

  1. J’espère vraiment que la France augmente ses attaques contre les djihadistes. Mais je crains qu’on sera toujours obligé d’intervenir par terre ce qui semble impossible avec les effectif actuels. 🙁 Et il faut les éliminer au plus vite possible ces sauvages.

  2. Vu la direction que ça prend à mon avis, il va y avoir un trés gros renforcement des bombardements afin de préparer, l’intervention. Néanmoins n’oublions pas qu’il y a des troupes légitimes des pays concernés par cette occupation qui effectuent déjà un travail au sol.

  3. En Libye l’alat c’était montré pour adaptée que l’aa, pourquoi de pas reprendre ce qui a déjà fonctionné.
    Après il faut dire que la profondeur de la Syrie n’est pas celle de la Libye.

  4. Balancer quelques bombes guidée par laser c’est pas très efficace. On ferait mieux de leur lancer des tonnes de bombes comme les américains avec leurs B-52.

Laisser un commentaire