La Royal Air Force va se doter de chasseurs de sous-marins Boeing...

La Royal Air Force va se doter de chasseurs de sous-marins Boeing P-8 Poseidon

Voilà une nouvelle qui risque bien de faire des heureux à Seattle. L’état-major de la Royal Air Force a décidé de faire l’acquisition de neuf biréacteurs de patrouille maritime Boeing P-8 Poseidon afin de soulager les forces alliées qui lui prêtent régulièrement main-forte pour surveiller son espace maritime. Il faut dire que depuis 2011 et le retrait des BAe Nimrod le Royaume-Uni n’avait plus de capacité de surveillance océanique et de traque des sous-marins ennemis. Autant dire un comble pour état insulaire.

Le choix n’étant pas particulièrement important en ce moment en matière d’avion de patrouille maritime l’aviation britannique s’est naturellement tournée vers les États-Unis et leur « nouvel » appareil du type, le P-8 Poseidon actuellement en cours de livraisons dans les unités de l’US Navy. Ces avions ne seront cependant pas opérationnels sous la cocarde de Sa Majesté avant au moins début 2019.

En attendant la RAF fait régulièrement appel à ses alliés les plus proches, aux rangs desquels on retrouve l’Aviation Royale et Canadienne et la Marine Nationale avec respectivement le Lockheed CP-140 Aurora et le Dassault Atlantique. Dans ces cas là ces patrouilleurs maritimes sont basés à RAF Lossiemouth en Écosse.

C’est d’ailleurs depuis cette base qu’au moins un avion de chacun d’entre-eux participe à une mission commune avec la frégate HMS Sutherland appartenant à la Royal Navy. Ils participent à la traque depuis la mi-novembre d’un sous-marin russe ayant violé l’espace maritime de Sa Majesté. Les marins britanniques craignent en effet que celui-ci ne veuille espionner une de leurs bases de submersibles dans la région. Les avions canadiens et français opèrent donc en étroite collaboration avec la Royal Navy.

L’acquisition des Poseidon par la RAF permettra donc aux Britanniques de retrouver un peu d’autonomie et de souveraineté dans cette mission ô combien essentielle qu’est la patrouille maritime.

Photo © US Navy.

5 COMMENTAIRES

  1. Intéressant article (comme toujours… ce site n’arrête pas de s’améliorer, heureusement qu’il nous reste les Russes… 😉 !)
    Amusant, c’est exactement ce dont on parlait à Lann-Bihoué il y a peu…
    Comme vous dites si bien, « Le choix n’étant pas particulièrement important en ce moment en matière d’avion de patrouille maritime », la France aussi, un jour ou l’autre va devoir se confronter au remplacement de ses Atlantique2, Patsimars et maintenant bombardiers de précision…
    J’ai cru lire que le reproche principal fait au 737, pardon P-8, est sa trop grande vitesse (en mission SAR par exemple), et son absence de bulle d’observation, non ?
    Sinon, qu’est-ce exactement sue « une base de leurs bases de submersibles »… ?? : trop forts ces Russes… 😉 !

      • Merci.
        S’il n’y a pas d’urgence, on peut effectivement se demander pourquoi ils n’auraient pas pu attendre le développement de l’A319 MPA, qui aurait, de plus, été construit en partie dans l’usine Airbus du Pays de Galles… ?

        • Mais il y a urgence, en fait depuis 2011 et le retrait des Nimrod, la situation est périlleuse pour la RAF qui doit reposer sa patrouille maritime sur ses alliés. Quand on pense que c’est justement au Royaume-Uni que cette spécialité aérienne a été inventée, on est plus que songeur.

        • S’il n’y avait que cela. Corrigez-moi si je me trompe, mais à part quelques hélicoptères, il n’y a plus de composante aérienne dans la Royal Navy, non ? Nous nous plaignons (à juste titre à mon sens) des coupes budgétaires dans la Défense, mais c’est la moitié de ce que c’est en Grande-Bretagne…
          Par contre, est-ce un particularisme (de plus…), mais est-ce parce que les PatMar étaient effectuées par la Coastal Command, que ces missions restent confiées à la RAF ? Car en général, elles dépendent plutôt des Marines dans les autres pays, non ?

Laisser un commentaire