L’Armée de l’Air frappe un centre pétrolier de l’État Islamique

L’Armée de l’Air frappe un centre pétrolier de l’État Islamique

C’est ce dimanche 8 novembre 2015 que le raid aérien a été mené par des Dassault Rafale français. Un centre d’extraction, de stockage, et d’approvisionnement pétrolier tenu par les forces djihadistes de l’autoproclamé État Islamique a été détruit lors d’une série de frappes aériennes menée par l’Armée de l’Air. Il s’agit officiellement de la troisième intervention des biréacteurs omnirôles français au-dessus de la Syrie.

L’objectif des aviateurs français se situait à Deir Ezzor dans l’est de la Syrie, en plein territoire occupé par les terroristes de Daech. Cette ville d’un peu plus de 200 000 habitants est en effet réputée pour être un des principaux sites d’extraction d’or noir dans la région. Elle est tombée aux mains des forces djihadistes dès la fin 2013. Depuis cette date l’État Islamique tire des bénéfices plus que substantiels de l’exportation de ce pétrole vers des pays peu regardant en matière de droit international.

De ce fait le raid aérien mené par l’Armée de l’Air est avant tout un coup dur porté à l’économie de l’organisation djihadiste. Plusieurs millions de dollars américains sont très certainement partis en fumée lors des frappes de nos pilotes, le commerce du pétrole rapportant environ un demi-milliard de dollars aux djihadistes chaque année.

Ce raid, intégralement réussi selon l’état-major international, met en lumière une des missions premières de la coalition internationale menée par les États-Unis : détruire la capacité économique et industrielle de Daech. Ainsi les djihadistes disposeront de moins de moyens pour affronter au sol les armées irakiennes et syriennes, et à l’étranger préparer leurs lâches attentats.

Photo © Armée de l’Air.

8 COMMENTAIRES

  1. Certainement Erdogan ne va pas apprécier ça… >:-)
    Je me demande pourquoi ne pas baser les Rafale à Jordanie comme les M2000 afin de réduire les 6 heures de vols, d’économiser en kérosène et de leur permettre de rester plus de temps sur le camp de bataille?

    • Les plus hauts sommets de l’état ne communiquent que le strict minimum dessus. Mais l’ère n’est plus à des conflits en silence, les populations civiles sont demandeuses de transparence, celle-là même qui a fini de tuer le principe de « grande muette » si cher à certains de nos généraux français.

  2. Pour moi le principe de la grande muette n’est pas dans l’information, mais dans le fait que les militaires n’ont pas le droit de se plaindre, de manifester, d’être syndiqués, etc…….. D’obéir aux ordres et faire ce que l’état demande en silence….

Laisser un commentaire