L’Armée de l’Air protégera la COP21

L’Armée de l’Air protégera la COP21

C’est une décision assez logique prise par le ministère de la défense il y a maintenant plusieurs semaines : l’Armée de l’Air participera à sa manière, au travers de ses hélicoptères Fennec de mesure active de sûreté aérienne, à la protection et la sécurité de la COP21, le sommet international sur l’environnement. Pour cela un DPSA, pour dispositif particulier de sûreté aérienne sera mis en place au-dessus du Bourget et de Paris.

Même si les hélicoptères AS-555 Fennec gris de l’Armée de l’Air sont bien connus des Franciliens et des nombreux touristes qui visitent Paris, cette fois ci ils devront vraiment s’habituer à les voir évoluer au-dessus de leurs têtes. Ces biturbines et leurs équipages auront non seulement la lourde tâche d’interdire le survol de Paris par n’importe quel aéronef mais ils devront également prendre en charge la menace créée depuis plusieurs mois par les survols de drones, dont généralement on ignore les intentions des télépilotes.

De surcroit la France est actuellement placée sous état d’urgence, depuis les attentats du vendredi 13 novembre au soir à Paris et Saint-Denis. Cet état très particulier devrait donc permettre à nos aviateurs d’intervenir avec un cadre juridique plus large, d’autant que la préfecture de police a refusé la tenue de manifestations de grande ampleurs dans les rues de la capitale. Ce sera donc une charge de travail de moins pour les hommes et les femmes servant à bord de nos Fennec.

Voilà de quoi impressionner n'importe quel pilote passant aux abords du sommet COP21.
Voilà de quoi impressionner n’importe quel pilote passant aux abords du sommet COP21.

Pour mémoire rappelons qu’un hélicoptère MASA embarque généralement deux commandos de l’air, dont un tireur de haute précision, chargés d’informer par des panneaux de grande taille les éventuels aéronefs interceptés des dangers qu’ils encourent. Les tireurs peuvent le cas échéant réalisé un tir destiné soit à écarter l’aéronef en question soit à abattre celui-ci. On imagine bien qu’au-dessus d’une zone aussi fortement urbanisée que Paris et sa proche banlieue une telle décision ne serait pas sans conséquence pour les populations civiles.

Donc pour celles et ceux qui seront en région parisienne durant la première quinzaine de décembre, si vous entendez un hélicoptère passer au-dessus de votre tête, pensez à le lever, vous aurez peut être la chance d’apercevoir un de nos anges gardiens.

Photos © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Je me demandais si l’armée de terre avait encore ses Gazelle Canons ? Parceque ces hélicos la aussi pourraient participer à sécuriser la Cop 21. Et puis ça aurait une sacrée allure.

Laisser un commentaire