Le Mirage 2000N, en action dans les sables du désert syrien

Le Mirage 2000N, en action dans les sables du désert syrien

Pour le coup voilà bien un avion de combat qui est très loin de sa mission initiale. Depuis fin juillet 2015 l’Armée de l’Air engage dans la guerre contre l’autoproclamé État Islamique trois bombardiers nucléaires Mirage 2000N pour des missions de frappes conventionnelles de précision. Ces avions, appartenant à l’Escadron de Chasse 2/4 La Fayette, sont installés sur la Base Aérienne Projetée sise en Jordanie.

Bien entendu ces Dassault Mirage 2000N ont laissé en France leurs missiles ASMP-A à tête nucléaire d’une charge de 300 kilotonnes, il n’est nullement question d’utiliser de telles armes au-dessus de l’Irak ou de la Syrie. Même contre Daech. Mais alors pourquoi avoir recours à ces avions ? Tout simplement parce que les Mirage 2000N sont, à l’instar de leurs « faux jumeaux » Mirage 2000D, d’excellentes plateformes d’attaques de précision au moyen de munitions guidées.

Les trois bombardiers français opèrent donc avec la célèbre bombe américaine à guidage laser GBU-12 d’une masse de 273 kg dont 87 d’explosifs. Ce sont quatre armes de ce type qui peuvent être emportées par chaque Mirage 2000N, autant dire une réelle capacité offensive face à l’ennemi. En outre un missile air-air courte portée MBDA Magic 2 est gréé pour l’autodéfense des avions évoluant au-dessus de la Syrie.

Les équipages de Mirage 2000N opèrent donc aux côtés de leurs collègues de l’Armée de l’Air évoluant sur Mirage 2000D et Rafale C & D, et depuis peu ceux de la Marine Nationale qui œuvrent eux aussi sur Rafale (mais M bien sûr) et sur SEM. Ensemble, ils frappent les positions djihadistes de Daech en Irak et en Syrie.

Photo © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

19 COMMENTAIRES

  1. Pardonner cette question de débutant, mais pourquoi ne pas pouvoir utiliser les points d’emports vides de l’avion ? (une configuration asymétrique, c’est tout de même étrange)
    Question de masse au décollage ?

    • Je suppose que vous parliez de la présence d’un missile Magic II sous l’aile gauche mais pas sous l’aile droite.
      C’est une question d’économie de missile, un missile en vol accroché sous l’avion se fatigue aussi et comme dans ce théâtre il n’y a pas de danger venant d’un autre avion (jusqu’à preuve du contraire), un seul missile devrait suffire au cas où. D’autant plus que la production du Magic II est arrêtée, enfin je crois.

  2. Étonnante configuration en effet, jusqu’à présent on voyait uniquement le double éjecteur GBU-12 sur pylone ventral central, ou simple avec une GBU-24 de 1000kg.
    On voit également sur cette photo les 2 pylones ventraux arrière libres, mais ils pourraient être occupés, ce qui passerait l’emport à 6 GBU-12, comme vu sur ces deux photos :
    http://maquette72.free.fr/themes/lafayette/2000N_Armement/dassault_mirage_2000d-lux05-s118_638.jpg

    http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/jeunes/parlonsdefense/equipement/bourget-2011/mirage-2000-d/mirage-2000-d2/1278778-1-fre-FR/mirage-2000-d.jpg

    Les 2000D peuvent potentiellement fixer ces pylones Xav520, ça a été vu sporadiquement, cependant quand ils accompagnent les 2000N en binôme, ils ont avant tout pour rôle d’illuminer. Jusqu’à présent les 2000D en Syrie et Irak ont toujours été vus avec le double-éjecteur ventral et le pod DAMOCLES.

    • Pas sûr que le PDL sous les 2000D soit le Damocles.
      Effectivement, s’il emporte 4 GBU (à valider car pas le même logiciel de gestion d’armement que le N), plus de place pour le pod!

    • Merci beaucoup de toutes ces précisions.
      Sauf que si on suit les conseils de la rédaction dans l’article de ce site sur la reconnaissance des appareils, sur les photos, il s’agit de 2000N et non D, comme indiqué faussement par les légendes, non… !?
      Sur la photo de cet article, étant donné qu’il y a les deux pylones arrières, il est peut-être possible aussi qu’il s’agisse d’une config 6 bombes dont les 2 arrières viennent d’être larguées ?

  3. Étant donné que les 2000N n’étaient pas prévus au départ pour les Opex, contrairement aux 2000D, leur utilisation dans les Opex est plus tardive, donc à part les missions d’entraînement, ils ne sont pas très utilisés donc moins usés que leurs faux jumeaux « Diesel ». Et comme ils seront à terme remplacés dans leur mission de dissuasion par des Rafale, c’est logique d’utiliser leur relatif bon état de santé avant leur retrait

    • La réalité dépasse la fiction! Je pensais que ce fait était tiré d’un scénario de Francis Veber avec Louis de Funès ou Pierre Richard dans le rôle principal.. Mais après vérification vous aviez bien raison!

    • J’ai vraiment beaucoup ri en voyant l’article ! J’imaginais la tête des policiers en ouvrant la cave ! Mais c’est tellement gros que cela ressemble à une bonne blague !
      Et les premiers résultats de l’enquête sont absolument impayables  » sur d’un Mirage 2000 volé et appel à tous les proprio de mirage 2000″ !!!

        • Je ne connaissais pas ce journal parodique ! Je sais pas avec les autres mais ça a bien marché avec moi même si le doute était franchement de mise surtout avec « l’appel aux propriétaires de Mirages 2000 !!!  »

      • Tout pareil. C’est bien le but recherché.
        Après les rodéos, les posés-décollés sur les autoroutes de banlieue la nuit… !
        « Chef, lui son silencieux l’est trafiqué… On me le fait pas à moi… « 

Laisser un commentaire