Les Sukhoi Su-34 russes opèrent désormais avec des missiles d’autodéfense

Les Sukhoi Su-34 russes opèrent désormais avec des missiles d’autodéfense

C’est le premier enseignement tiré par l’aviation russe de la perte d’un de ses Su-24 Fencer, abattu par des chasseurs General Dynamics F-16 Fighting Falcon appartenant à la Turquie. Désormais les biréacteurs d’attaque et de pénétration Sukhoi Su-34 qui réalisent des frappes aériennes au-dessus de la Syrie voleront avec un ou deux missiles air-air pour leur autodéfense. Les armes en question sont principalement des missiles courte portée R-73 et moyenne portée R-77, respectivement AA-11 Archer et AA-12 Adder pour l’OTAN.

En effet ce lundi 30 novembre 2015 quatre Sukhoi Su-34 engagés par les forces aériennes russes dans une série d’attaques sur des positions du groupe terroriste Daech dans le nord de la Syrie, à moins de cinquante kilomètres de la frontière turque. En plus des bombes lisses FAB-500 et guidées KAB-500 les puissants biréacteurs russes emportaient deux missiles R-77 aux extrémités des ailes.

Si les Sukhoi Su-34 ne sont pas à proprement parler des avions de combat multirôles ils peuvent cependant tenir un peu plus tête aux F-16 turcs que les vénérables Su-24 comme celui descendu la semaine dernière.

Mais surtout cette décision aussi militaire que diplomatique démontre aussi que l’aviation russe n’est pas forcément en mesure, sur le théâtre d’opérations syrien d’entretenir une flotte de chasseurs d’escortes chargés d’accompagner les avions d’attaques et les bombardiers dans leurs frappes aériennes contre l’autoproclamé État Islamique.

Il est à noter que la majorité des avions engagés par les États-Unis et la France possèdent eux aussi au moins un missile air-air d’autodéfense. Cette décision n’a donc rien de surprenante, à cela près que la Russie a elle perdu un de ses avions abattus par des chasseurs d’une nation théoriquement alliée.

Photo © Wikimédia Commons.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

20 COMMENTAIRES

  1. Je voulais vous demander un truc, je lis sur pas mal de sites que le Su 24 abattu par les Turcs l’a été de manière illégale. Mais l’avion russe n’était il pas au-dessus du territoire turc pendant les quelques secondes où il a été accroché par le radar de défense ? Auquel cas les pilotes turcs avaient toutes les raisons d’abattre un tel avion, surtout que je crois savoir que le Su 24 est un redoutable bombardier, les pilotes ont surement cru que les Russes cherchaient à bombarder des positions jihadistes à la frontière mais coté Turquie.
    Je ne vois pas comment sinon des pilotes aussi expérimentés et professionnels que ceux de la Turquie auraient pu abattre un bombardier russe.
    Du coup je me dis que cette idée de mettre des missiles AA sur des Su 34 implique que les Russes prévoient de nouveau de violer l’espace aérien turque.

    • C’est marrant votre option que les Russes violent de nouveau l’espace aérien turc ne m’avait pas traversé l’esprit, mais au final pourquoi pas. Mais alors ma question est la suivante : le jeu en vaut-il la chandelle ? Jouer avec les nerfs des aviations de l’OTAN est un acte dangereux, ça m’étonnerait que les généraux moscovites aillent jusque là.

    • Et que vont faire ces batteries de missiles sol-air contre une puissance de l’OTAN. Ah bah oui je suis bête : strictement rien. C’est juste une guerre de communication entre Ankara et Moscou.

  2. Sur ce cas bien précis on peut voir la pertinence d’un avion com le rafale qui est très polyvalent au cour d’une même mission. Sans doute que si les pilotes russes abattus par le f16 turc avaient piloté un rafale : ils seraient encore vivants aujourd’hui. Je ne pense pas être chauvin que de penser les rafales français ( et leur missiles et contre mesure) supérieurs au f16 turcs ( car il y a une multitude de f16 de différents niveaux).

  3. Que dit le droit international? Un état peut – il abattre un avion militaire d’un autre état avec lequel il n’est pas en guerre?Le décès de soldats dans ce cas va t -il resté impuni?Ce qui est certain,c’est que la turquie et ceux qui ont permis cet acte devraient trembler dans leurs guêtres.La Russie ne pardonnera jamais.

    • Fort heureusement la Russie actuelle est bien plus diplomate que certains de ses soutiens va-t’en-guerre qui pullulent un peu partout sur la toile. Les seules réponses de la Russie actuelles envers la Turquie seront économiques et diplomatiques, ne vous excitez pas fishbed 21 l’aviation russe ne va sûrement pas aller défier un état membre de l’OTAN, et au risque de vous décevoir elle aura pardonner bien plus rapidement que vous.

    • Pourquoi faut il toujours de que des commentateurs comme vous rapportent tout à la politique?
      Vous dites que les Turcs ont descendu un avion d’un pays avec lequel ils n’étaient pas en guerre mais je crois me souvenir que les Russes ont récemment descendu un avion civil malaysien plein de passagers au dessus de l’Ukraine sans que vous ne sourcilliez. Et puis il y a l’histoire de ce 747 sud coréen dans les années 1980 descendu lui aussi par les Russes.
      Alors si vous devez vous indigner, faites le de manière équitable nom de dieu.

  4. Les avions Turcs violent constamment l’espace aérien Grec et aucun n’a été récemment abattu. Il faut remonter au 8 octobre 1996 : cette fois là un F-16D turc a été abattu par un Mirage 2000 grec à la suite d’une violation de l’espace aérien Grec. Le biplace F-16 a été touché par un missile français Matra R550 Magic II. Rappelons aussi qu’un F-4 Phantom II de l’armée turque a été abattu par l’armée gouvernementale Syrienne en juin 2012. (selon certaines sources, le tir fatal proviendrait d’un missile de DCA d’origine Russe « Pantsir-S1 »).

    • Vous n’avez pas l’impression d’être un peu hors-sujet. Les interceptions d’avions grecs par la chasse turque (et vice-versa) sont consécutifs à des querelles frontalières qui remontent à plus d’un siècle et demi.
      L’affaire entre Moscou et Ankara est du au fait qu’un bombardier léger russe à violé l’espace aérien souverain d’un pays allié pendant une action de guerre.

        • Parce qu’ici nous traitons d’aéronautique militaire et non pas de la guéguerre entre pro-russes et pro-turques. Et les hors-sujets ou les sujets tendant à y conduire ne peuvent que nuire à la bonne tenue du débat aéronautique.

  5. Ok pour le débat aéronautique mais votre réponse laissait entendre que l’affaire du SU-24 abattu par les turcs est différente de celle des avions turcs abattus par la Grèce alors que la raison officielle est la violation de l’espace aérien.

  6. Il en reste de cette histoire que c’était vraiment idiot de la part des russes de violer de façon répétitive l’ espace aérien turc, et vraiment idiot de la part des turcs d’avoir abattu le SU- 24 ( mon préféré……. snif)
    Dans cette histoire idiote un pilote est mort…… faudrait quand même pas l’oublier
    Donc arrêtons de dire c’est de la faute des turcs ou de la faute des russes, c’est une accumulation de faits qui ont rendu la situation explosive, et la faute est conjointe.

Laisser un commentaire