Des Tornado de la Luftwaffe bientôt au-dessus de la Syrie

Des Tornado de la Luftwaffe bientôt au-dessus de la Syrie

C’est ce vendredi 4 décembre 2015 au matin que les parlementaires allemands du Bundestag ont largement voté la participation de leurs aviateurs aux opérations de guerre contre Daech. Six avions de combat et de reconnaissance Tornado ECR et un ravitailleur en vol A310MRT appartenant à la Luftwaffe vont donc prendre le chemin de la Syrie. On ignore cependant de quelle base aérienne alliée les avions allemands opéreront.

Malgré cette importante annonce les parlementaires allemands ont été très clairs : en aucun cas les Panavia Tornado ECR ne participeront à des opérations de combat, et ne frapperont donc pas l’autoproclamé État Islamique sur les sols irakiens et syriens. Ces puissants biréacteurs de lutte anti-radar, de reconnaissance, et de guerre électronique ne seront employés que pour du renseignement et des survols de préparation des bombardements.

Cependant il faut savoir que grâce à ses nombreux capteurs et nacelles de reconnaissance le Tornado ECR peut être largement considéré comme un vrai plus pour la coalition internationale présente dans cette guerre les djihadistes.

L’Allemagne déploie également un biréacteur de transport et de ravitaillement en vol Airbus A310MRT, une machine dont les équipages sont habitués à voler aux côtés de leurs homologues américains, britanniques, et français. Non seulement il pourra assister les appareils de combat dans leurs opérations aériennes mais il aura aussi la possibilité d’assurer des missions de soutien logistique aux profits de la force internationale.

Dans le même temps le Bundestag a annoncé l’appareillage prochain d’une frégate anti-aérienne de classe Sachsen destinée à rejoindre la force navale européenne rassemblée autour de la mission Arromanches 2 et du Charles de Gaulle.
Le puissant bâtiment allemand assurera une partie de la défense aérienne du porte-avions français. Il embarque jusqu’à deux hélicoptères de lutte anti-sous-marine et/ou de soutien opérationnel.

La Hessen (F221), frégate allemande de classe Sachsen.
La Hessen (F221), frégate allemande de classe Sachsen.

Même si cette participation peut sembler mineure elle est très important pour une Allemagne toujours soucieuse (depuis 1945) de ne pas trop exposer ses forces armées ni d’avoir trop recours à la force dans le monde. Cependant placée sous commandement international les Allemands acceptent plus aisément ce type d’opérations. On comprend ainsi mieux leur désir de ne pas frapper directement l’ennemi.

Photos © Bundeswehr.

16 COMMENTAIRES

  1. « le Tornado ECR peut être largement considéré comme un vrai plus pour la coalition internationale  » : en l’absence de radars et de défenses AA de Daech, pouvez-vous préciser en quoi c’est un plus, par rapport aux Rafale et Growler ?

    • Dans la mission de reconnaissance et d’interception des émissions ennemies. Si les Tornado ECR réalisent ces vols de reconnaissance nos Rafale pourront se focaliser sur les frappes aériennes. Cela me paraît pourtant une évidence, non ?

      • C’est-à-dire qu’ils pourront remplacer des Rafale (pourtant omnirôles 😉 !) dans leur mission reco, d’où économies pour nous en fait.
        Je ne vois pas bien de quelles émissions vous parlez ? Radio, téléphones, etc., le même boulot d’écoute qu’un Rc-135, en fait ?

        • Oui des téléphones, des radios, ou autres équipements. Faut arrêter de penser que les djihadistes de Daech sont des crétins détachés du monde moderne, ils ont Twitter, Facebook, ou que sais-je encore, ils sont donc pistables.

        • Interception et brouillage sur zone des transmissions radio / téléphoniques, reco à l’aide de pods… bien entendu que toute aide est bonne à prendre, comme l’a dit Arnaud déléguer les tâches entre alliés permet de soulager nos équipages.

          Le Tornado ECR (abréviation d’Electronic Combat and Reconnaissance) a été conçu comme un avion SEAD à la base, un peu comme le bientôt retraité Prowler et le nouveau Growler américains, avec l’option reconnaissance en plus. Bref recherche / brouillage et éventuellement destruction (à l’aide du missile AGM88 HARM) des moyens antiaériens ennemis en accompagnement au combat d’autres appareils conventionnels. Mais la tâche actuelle, faute de radars SAMs à déjouer, leur convient également, on s’adapte à la menace. Pas exactement comme le RC 135 donc, qui lui a été conçu dès le départ comme un avion SIGINGT (renseignement à distance quasi-exclusivement).

          Les ECR allemands ne mèneront donc certes pas d’action militaire directe contre ISIS, mais seront mis à contribution de l’effort sur le terrain, à l’instar des EA18G Growlers employés au même endroit, et dont la photo ci-dessous renseigne un peu plus sur le rôle dans ce « conflit » :

          http://theaviationist.com/wp-content/uploads/2015/12/Growler-kill-mark-close.jpg

        • Merci pour les précisions.
          Des crétins certainement, mais en effet maîtrisant les technologies actuelles. C’est plutôt « les Visiteurs 5 », des gens du Moyen-Age (ou de l’Antiquité) avec Internet (peut-être certains visitent-ils avionslegendaires… ?)
          Pour moi les Tornado ECR, c’est un peu comme les Ravens : des accompagnateurs de raid (par exemple en Libye en 1986), brouillages, CME et CCME contre les moyens militaires ennemis (radars, avions, missiles…) Alors contre des téléphones… ? Mais bon, ils ont dû être modernisés ?

        • Oui vous avez raison, le Raven également, il m’était sorti de la tête celui-ci (d’autant qu’il était basé sur le même système de brouillage ANL/ALQ-99 que le Prowler) !
          Pour en revenir au cas des téléphones, c’est un des nouveaux aspects de la guerre électronique. Les prémices de cette facette de la guerre aérienne furent lancés durant la seconde guerre mondiale (Allemands d’abord, puis Anglais notamment pour aider le Bomber Command).

          Ce n’est toutefois qu’au Vietnam que certains appareils furent réellement spécialisés dans ce que l’on appelle aujourd’hui SEAD (Suppression of Ennemy Air Defenses) ou Wild Weasel du côté US. C’est comme vous l’avez bien résumé d’accompagner un raid en limitant ou détruisant les moyens de détection / interception de l’ennemi pour faciliter la tâche aux appareils conventionnels. Bref ces avions sont avant tout spécialisés dans la détection et le brouillage des émissions ennemies (radar, radio, électromagnétique…), ce qui est pour simplifier une question… de longueur d’ondes !

          Donc en soi, brouiller un téléphone, c’est grosso modo le même principe que brouiller un radar de recherche SAM ou une conduite de tir d’un avion ennemi ; on fait du « bruit électronique », on sature d’émissions préprogrammées ses longueurs d’ondes pour empêcher son fonctionnement optimum, créer de faux échos, ou un black-out. Dans le cas des téléphones portables qui ne sont pas des appareils de détection aériens (encore que j’aie lu que l’armée pourrait un jour se servir de ces longueurs d’ondes vu l’ample couverture GSM des territoires…), il faut juste s’assurer que le matériel de détection / brouillage de l’avion agisse sur les longueurs d’ondes des téléphones, ou le cas échéant modifier les paramètres du brouilleur ; et nul doute que cela a déjà été testé de longue date ;). La preuve avec la photo du Growler plus haut.

          Et puis entre nous, les brouilleurs de téléphones portables existent depuis quelques temps dans la vie civile pour protéger des bâtiments, il serait bien étrange que des appareils militaires spécialisés dans la lutte des signaux à plusieurs dizaines de kms soient incapables d’un tel rôle 😉

        • @Vark
          Merci pour toutes ces précisions.
          Leur rôle sera donc d’accompagner les raids, en plus de la reconnaissance préalable.
          Les GSM sont en bande UHF qui comprend des fréquences militaires, donc… pas de soucis !
          Ces Tornados feront donc du Sigint et de la Comint, plus que de l’Elint et du Fisint (sauf si quelques moyens militaires russes viennent à passer par là… ils pourront ‘oublier’ de couper les enregistreurs… 😉 !)
          Pour les autres émissions et activités internet de Daech, c’est le Cyber Command et ses équivalents occidentaux et russe (et chinois) qui vont s’en occuper. Ce serait plus facile pour les étasuniens, vu que les grandes compagnies sont aux Etats-unis ?
          Le navire espion français « Dupuy de Lôme », pardon ‘bâtiment d’expérimentations et de mesures’ (pas faux), est… quelque part en mer… Bon courage à eux, ce n’est pas le travail qui manque !

    • Non simplement plus d’emport de charge offensive pour des frappes plus longues, du moins c’est pour moi le seul intérêt mise à part le fait que enfin les allemands s’y mettent !!!

        • Tout à fait, je parlais du fait que le Rafale pourrait emporter plus de charges offensives. Maintenant, la capacité d’emport est quasi identique entre les 2 avions mais je donnerais (pas par chauvinisme) quand même avantage au Rafale pour beaucoup de raisons.

        • @Mcgrath
          Je n’ai pas compris dans ce sens, au temps pour moi.
          À surface ailaire égale, une voilure delta est toujours plus compacte donc plus solide, ce qui permet d’avoir plus points d’emports ou des points d’emports qui peuvent supporter plus de charges. Avantage donc au Rafale

  2. Juste au passage, je pense que le bunderstag nous joue un peu de la flûte avec leur soucis de ne pas exposer leur force Armée mais bon maintenant il y a quand même prescription (même si le monde ne pourra jamais oublier le fou) ! C’est surtout pendant ce temps les autres y vont, dépensent et eux font profile bas en économisant. Mais en nous enrhumant avec d’autres choses (non je n’ai pas acheté une passat moi mais quand même !!!) 😉

  3. Parfait tout ça, l’union fait la force mais n’oublions pas qu’en Afghanistan Ben Laden se déplaçait parfois en mobylette et aucun avion ne l’avait repéré ! Certains disaient aussi qu’il se déplaçait en tapis volant indétectable alors les Tornado ecr, Rafale, Typhoon, Sukhoi etc etc Finalement il faudra bien un jour déployer des combattants au sol ! Misère !

    • Vous avez raison de citer Ben Laden : n’oublions pas qu’il fut repéré a contrario précisément par son absence de raccordement aux principaux réseaux ! De toutes les zones pavillonnaires Pakistanaises, comme dit Arnaud à la pointe des technologies Internet, et de tous les pavillons, le sien était le seul à n’être pas raccordé !
      Après les vérifications d’usage sur le terrain, bingo !

Laisser un commentaire