Le vol Air France AF463 dérouté en urgence au Kenya

Le vol Air France AF463 dérouté en urgence au Kenya

Au moment où ces lignes sont écrites les informations sont encore fragmentaires concernant ce qui s’est déroulé au-dessus de l’océan Indien dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre 2015. Un avion de ligne long-courrier Boeing 777-300ER, vol AF463, appartenant à Air France a été précipitamment dérouté vers l’aéroport kényan de Mombasa suite à ce qui ressemblerait à la découverte d’un engin suspect dans les toilettes de l’avion. Arrivé sur le tarmac il a rapidement été évacué sans incident, un total de 473 passagers et membres d’équipage se trouvaient à bord du biréacteur gros-porteur.

L’avion avait décollé à 21 heures 00 (heure locale) de Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, l’aéroport mauricien, à destination de Paris-CDG qu’il devait atteindre au petit matin. Peu avant minuit le commandant de bord a entamé une procédure d’urgence visa à amener son biréacteur sur le sol kényan.

Il semblerait qu’un engin suspect ait été trouvé dans l’un des toilettes des passagers de l’avion. Immédiatement en accord avec l’aviation civile il a été décidé de dérouter le Boeing 777-300ER sur l’aéroport de Mombasa. À 00 heures 37 (toujours heure locale) le gros biréacteur touchait le tarmac, et quelques minutes plus tard les membres d’équipage permettaient l’évacuation d’urgence des 459 passagers se trouvant à bord, avant eux-même de rejoindre le plancher des vaches.

Dans le même temps, les équipes locales du déminage et de la police ont investi l’avion. L’aéroport a donc été fermé et les vols en approche déroutés ou mis en attente. Le trafic aérien semble avoir repris très progressivement au petit matin.

Dans ces périodes de troubles post-attentats, les passagers sont forcément sur les nerfs, et inquiets au moindre changement dans leur « agenda ». Il est à remarquer qu’une fois encore les personnels d’Air France semblent avoir fait preuve d’un très grand professionnalisme et d’un sang-froid irréprochable. La compagnie a d’ailleurs annoncé qu’elle rapatrierait tous les passagers du vol AF463 dans la journée de dimanche.

Photo © Wikimédia Commons.

7 COMMENTAIRES

  1. Totalement hors sujet, mais quand je lis un triple 7, tout 300-ER soit-il, avec plus de 450 passagers …
    je me demande, quel marché reste-t-il réellement à l’A380 ?
    Cordialement.

    • Il faut savoir que certains médias français ont annoncé que l’avion impacté par la découverte de cette fausse bombe était un A380. Donc votre réflexion est bien trouvée.

  2. Je me pose quand même la question : Comment cet artifice à t-il pu se trouver à bord ?
    Ayant travaillé dans le domaine de la reconnaissance d’objets suspects et passant dans les scanners (type aéroport), je trouve hallucinant que même une fausse bombe soit passée !!!!
    Mais bon, je pense que l’on n’en saura pas plus….

    • Selon plusieurs agences de presse indépendantes les enquêteurs s’orienteraient vers un engin factice fabriqué non pas avant l’embarquement, mais une fois les passagers à bord. C’est ce qui explique qu’une dizaine d’entre eux a été longuement auditionné par les policiers antiterroristes kényans.
      Que la bombe soit vraie ou non, il n’en demeure pas moins que l’intention de nuire existait, même si dans ce cas là on peut soupçonner le canular de très très mauvais goût.

Laisser un commentaire