Pas de Lockheed-Martin F-35B au Royaume-Uni avant 2018 !

Pas de Lockheed-Martin F-35B au Royaume-Uni avant 2018 !

Voilà une annonce officielle qui risque de relancer les spéculations autours de la version à décollages et atterrissages verticaux du F-35 Lightning II. Le ministre britannique de la défense nationale, monsieur Philip Dunne, a annoncé que son pays ne recevrait pas de Lockheed-Martin F-35B avant 2018. Il faut se souvenir que celui-ci doit entrer en service aussi bien dans les rangs de la Royal Air Force autant que dans ceux de la Fleet Air Arm.

Les premiers éléments de la Royal Navy ne devraient cependant pas être opérationnels sur cet avion avant 2020, c’est à dire pile poil au moment où le Royaume-Uni recevra son nouveau porte-avions le HMS Queen Elizabeth. Néanmoins les F-35B Lightning II embarqués britanniques ne seront jamais de vrais ADAV, à la différence notable de feus les Sea Harrier. Ils décolleront en effet à l’aide du tremplin installé sur le pont d’envol du navire mais atterriront bien en mode vertical. Ce type de décollage très court permet d’augmenter la masse par rapport à un décollage vertical.

Au total ce sont 138 Lockheed-Martin F-35B qui porteront à partir de 2018 la cocarde tricolore britannique. Ces avions serviront principalement pour l’appui aérien rapproché, la reconnaissance tactique, et la défense aérienne du groupe aérien embarqué articulé autour du futur porte-avions. À la différence notable de la marine, la RAF ne prévoit pas d’assigner à ses F-35B une mission de défense aérienne.

La Fleet Air Arm va donc devoir encore attendre quelques années avant de retrouver son lustre d’antan. Ses actions de guerre ne seront donc encore pour quelques années que réservées à ses hélicoptères, en attendant le grand retour des avions sous ses couleurs.

Photo © Lockheed-Martin.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

11 COMMENTAIRES

  1. Les anglais auraient vraiment été plu intelligents de garder leurs Harrier jusqu’à l’arrivé de ces F-35B. Par contre je crois qu’Arnaud s’est trompé de photo c’est un avion américain et non anglais.

      • Je dirais même plus,

        Les anglais auraient été plus avisés encore, de demander le développement d’une version nasalisée, et de faire accélérer le développement des capacités air-sol du Typhoon…

        Quitte à dépendre des américains, autant que ce soit sur les catapultes des porte-avions que sur les avions….

        • Navaliser le Typhoon, c’est carrément refaire un autre avion tant sa formule aérodynamique ne s’y prête pas, ne serait-ce que pour abaisser la vitesse d’approche vu qu’il utilise un parachute à l’atterrissage, ou bien déplacer le train principal vers le fuselage à cause de l’augmentation de poids et donc de volume, idem pour la roulette de nez, et là c’est plus corsé pour trouver plus de la place dans les manches à air pour la loger.
          Et puis la charge utile doit sacrément diminuer, déjà qu’elle n’est pas top comparée à celle du Rafale

  2. C’est plus un bras mais les 2 que va leur coûter cette histoire ! Ce qui est dommage pour eux, est que cette avion ne leurs apportera rien de plus qu’un harrier !

  3. Pour la Royal Navy, je comprends le besoin mais pour la RAF moins.
    Dans l’historique de l’utilisation du Harrier dans la RAF, quand est-ce que sa capacité VTOL ou STOL a été mis à profit? À part les opération sur PA où elles auraient pu être exécutées par les Sea Harrier.

Laisser un commentaire