Les phacochères de l’US Air Force patienteront encore pour la retraite

Les phacochères de l’US Air Force patienteront encore pour la retraite

L’aviation américaine va t-elle un jour réussir à se séparer de ses Fairchild A-10 Thunderbolt II ? En tous cas ce jour ne risque pas d’arriver dans l’année 2016. L’état-major de l’US Air Force a annoncé la suspension de la procédure de retrait des puissants biréacteurs d’attaque au sol et d’appui A-10 Thunderbolt II au moins jusqu’à la victoire de la coalition internationale engagée dans la guerre contre les terroristes de Daech. Il faut dire que les Warthog* réalisent le gros des missions d’appui aérien aux forces terrestres irakiennes.

En fait il s’agit d’un nouvel écueil dans le feuilleton du retrait (ou non) de ces hallucinants avions d’armes. Un feuilleton qui depuis plus de deux empoisonne totalement les relations entre les parlementaires américains et le Department of Defense. Ce dernier réussit à chaque fois à empêcher le retrait du service et la mise sous cocon de la flotte des A-10C actuellement en unités. Il faut dire qu’aucun avion d’arme présent actuellement dans l’arsenal de l’US Air Force n’a de capacités équivalente au Thunderbolt II.

Et ce n’est sûrement pas le Lightning II qui réussira à remplacer aisément celui-ci. Passons les problèmes de jeunesse du nouvel avion furtif de Lockheed-Martin pour remarquer que son armement n’est absolument pas adapté à l’appui aérien rapproché des troupes au sol. Il lui manque le fameux canon multitube de 30mm dy Thunderbolt II, arme aussi destructrice que psychologiquement marquante. Mais aussi d’une fragilité finalement assez peu mise en avant.

La puissance de feu du phacochère en une photo.
La puissance de feu du phacochère en une photo.

Du coup verra t-on la fin des Warthog en 2017, 2018, ou encore plus tard ? Quoiqu’il en soit cet avion, mal aimé à son entrée en service, est devenu au fil des ans un acteur incontournable de l’interventionnisme américain. Pour le plus grand bonheur des aérophiles et le pire malheur de ceux qui s’opposent aux forces américaines.

∗ surnom donné par les militaires américains au A-10, se traduit en français par phacochère.

Photos © US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

14 COMMENTAIRES

  1. le A10 THUNDERBOLT , un super engin de déstruction nous amènent a le
    garder, cela, nous fait plaisir!!!!! pour détruire DAECH jusqu’au dernier, je remercie la coalition américaine pour le conserver jusqu’ a la victoire !!!!!!
    je l’ai en vidéo et croyez moi ça déménage.!!!!!!!

  2. Une décision somme toute rationnelle, et qui personnellement me ravit. Les conflits / tensions géopolitiques actuelles démontrent deux choses pour l’OTAN :

    – nécessité d’appareils rustiques et aisément déployables / maintenables pour les théâtres d’opérations extérieures sans menace aérienne réelle, axés presque uniquement sur l’appui au sol,
    – nécessité d’appareils multirole très pointus technologiquement pour la dissuasion et la pénétration de no-fly-zones riches en missiles sol-air et chasseurs modernes (souvent d’origine ex-soviétique ou dérivés / copiés).

    S’il n’est d’aucune utilité dans la seconde, le Warthog remplit toutes les conditions requises pour accomplir la première tâche. Vu les innombrables services qu’il a rempli en Irak / Afghanistan, il était illusoire de penser que l’USAF puisse se passer de lui au Levant.

    • La question ne se pose pas de la même manière en Russie où le Su-25 n’a pas de successeur désigné. Bon certes le F-35A n’est peut être pas le meilleur remplaçant pour l’A-10C, mais c’est celui qui lui a été désigné par les généraux du Pentagone.
      Cependant les Russes connaissent actuellement d’autres ennuis concernant leurs Frogfoot, notamment au niveau du rajeunissement des cellules.

  3. Certes Arnaud, et la question du successeur serait d’autant plus épineuse que la doctrine d’utilisation du Frogfoot est encore plus limitée que celle de son compère de l’OTAN. De jour, quasi uniquement en attaque rasante ou piqué à la roquette / bombe lisse / canon, cela en a fait dans les années 2000 un appareil des plus vulnérables dans les conflits « sérieux » (sous-entendu où les capacités antiaériennes sont avérées… nombreux ont été perdus en Tchétchénie, Ossétie, Ukraine). En théorie pourtant, il peut attaquer de plus loin avec missiles et bombes guidés, capacité largement éprouvée sur le Warthog (AGM-65, GBUs, JDAMs) qui lui est technologiquement supérieur. Mais à l’instar de l’appareil américain, les conflits le prouvent, il reste un rôle à jouer pour un appareil rustique d’appui au sol aujourd’hui.

    En l’état, le chantier SU39 (une espèce de super-Frogfoot) a été annulé, et ils essayent de passer la grosse centaine de cellules postérieures à 1985 restantes au standard SM2 ou 3 (plus d’une cinquantaine est déjà à niveau), mais ils ont également évoqué il y a quelques années une possible reprise de la production !…

    Le Su25 pourrait donc bien être le successeur du SU25. A voir quelles sont les priorités des Russes, car en l’état, avec la production des futurs T50, les SU34, SU35, MiG35, le programme PAK-DA (bombardier furtif), et la mise à niveau des Mig31 et TU160, il y a déjà fort à faire niveau budget.

Laisser un commentaire