Un Boeing B-52H déployé au-dessus de la Corée du Sud

Un Boeing B-52H déployé au-dessus de la Corée du Sud

Voilà la tant attendue réponse du Department of Defense à la récente annonce nord-coréenne d’un essai de bombe H. L’US Air Force a déployé un de ses bombardiers stratégiques Boeing B-52H Stratorfortress au-dessus de la plus importante base aérienne sud-coréenne, démontrant ainsi son alliance avec ce pays menacé par la dictature de Pyongyang. Soixante ans après son entrée en service opérationnel le vénérable octoréacteur continue de servir de pièce maîtresse à la politique de dissuasion américaine.

Car force est tout de même de constater que cette mission n’avait qu’un but de communication par l’image, c’est à dire dans ce sens de dissuasion envers les forces nord-coréennes. Quoique puissent en dire ses quelques détracteurs le Boeing B-52H Stratorfortress demeure tout de même un avion furieusement impressionnant, tant par sa taille, sa masse, que par le bruit qu’engendre ses huit turboréacteurs Pratt & Whitney TF33 d’une poussée unitaire de 7700kg.

En fait si l’Amérique avait vraiment la volonté de frapper la Corée du nord elle ne le ferait sûrement pas avec ses Boeing B-52H, des avions beaucoup trop repérables aux radars. Elle aurait plutôt recours soit à une frappe tactique à l’aide de missiles de croisière tirés depuis un navire ou un sous-marin de l’US Navy croisant non loin de là, soit avec des bombardiers de pénétration Rockwell B-1B et/ou Northrop B-2A de l’US Air Force nettement plus discrets, et qui eux peuvent voler sous le niveau de couverture des radars de la défense aérienne nord-coréenne. Il est à noter que la Corée du nord ne dispose d’aucun radar aéroporté.

Donc c’est clairement autant pour rassurer une opinion publique sud-coréenne, globalement assez ignorante des questions de défense, que pour rappeler au dictateur nord-coréen qu’ils l’ont à l’œil que les États-Unis ont décidé de faire survoler ce weekend le site sud-coréen d’Osan AB par leur bombardier.

Durant toute sa mission le Boeing B-52H a été accompagné dans l’espace aérien sud-coréen par une patrouille de deux Lockheed-Martin F-16C appartenant à la Republic Of Korea Air Force. À l’issue le bombardier stratégique a rejoint sa base d’attache d’Andersen AFB sur l’île américaine de Guam dans le Pacifique.

Photo © US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

5 COMMENTAIRES

  1. Ça me surprend à chaque fois à quel point le BUFF a pu être -et est toujours- utilisé autant comme arme politique de dissuasion que comme arme tout court. C’est pourtant techniquement le moins performant et avancé du trio stratégique US (encore que son heure de vol soit la moins chère des trois ce qui n’est pas rien), mais sa notoriété et son âge légendaire en font LA superstar incontournable de la « diplomatie » de l’USAF dès qu’il s’agit de montrer les muscles et ce dès ses premiers engagements au Vietnam, bien devant ses successeurs (qui sont incomparablement moins déployés à l’étranger pour exercices conjoints, par exemple).

    Moult patches circulent d’ailleurs à sa gloire pour célébrer sa longévité exceptionnelle.

  2. Je mettrais un petit bémol sur le fait que les sud-coréens sont « ignorants » en matière de défense.
    J’ai un ami qui y vit depuis 15 ans et m’a dit clairement que les sud-coréens surtout les nouvelles générations (ils sont beaucoup plus préoccuper par l’économie) sont assez blasés par les effets d’annonce du nord-coréen.
    Apparemment il est beaucoup coutume de cela que l’on ne le voit ici en occident.
    Donc pour eux, il s’agit d’une menace de plus, maintenant les anciens sont beaucoup plus regardant.
    Hors cette fois-ci, il s’agit du 4ième essai (je crois)et donc je crois surtout que les américains ont simplement voulu lui dire :  » arrête de nous prendre pour des enfants et range tes jouets, ça suffit ! »
    J’aurais quand même deux questions, est-ce que le vol a été détecté par les N-C et quelle a été la réaction des chinois et russes ?

    • Je vois pas ce que pourraient dire Russes et Chinois, ils emploient les mêmes moyens. Tupolev au large de nos côtes (pas les Chinois bien sûr), au large du Japon, au-dessus d’îles disputées en mer de Chine…
      Que ce soit le B-52 ou autre (le type d’appareil est anecdotique); un bombardier volant près d’une frontière fait toujours réfléchir.

  3. Oui je suis d’accord avec toi mais dans ma question, c’est l’intérêt que portent les russes et chinois (qui s’offusquent pour un oui ou pour un non dans ce genre de situation) sur cette démonstration des US sachant que les Nord-coréens sont censés être leur allié !

Laisser un commentaire