Raid conjoint des Rafale Air et Marine contre un centre d’entraînement djihadiste

Raid conjoint des Rafale Air et Marine contre un centre d’entraînement djihadiste

Voilà bien une preuve supplémentaire (comme s’il en fallait vraiment d’ailleurs ?) de l’excellente interopérabilité air et marine dans les rangs français. Ce lundi 1er février 2016 des avions de combat Dassault Rafale appartenant autant à l’Armée de l’Air qu’à la Marine Nationale ont réalisé un raid aérien de grande ampleur contre un site majeur de l’organisation Daech. Même si ce n’est pas la première fois que les pilotes de l’air et de la marine œuvrent côte à côte il faut remarquer que cette fois-ci ils ont réussi avec brio.

Ce raid qui a nécessité le tir de missiles de croisières SCALP-EG par les Dassault Rafale B & C de l’Armée de l’Air  et ceux de la Marine Nationale, a aussi été l’occasion pour les pilotes embarqué de tirer des bombes à guidage de précision. Il est à noter que si les Rafale « air » ont une capacité en opération pour deux missiles de croisière, les Rafale « marine » n’en emportent eux qu’un seul.

Il est à signaler que des chasseurs-bombardiers embarqués américains Boeing F/A-18E Super Hornet ont également participé à l’opération, ainsi qu’un biturbopropulseur de guet aérien embarqué Grumman E-2C Hawkeye appartenant lui aussi à l’US Navy.

La cible de ce raid était un important centre de recrutement et d’entraînement des forces djihadistes. Sis en périphérie de la ville syrienne de Manbij, à moins de trente kilomètres seulement de la frontière avec la Turquie, ce site était réputé pour être une des bases avancées de l’autoproclamé État Islamique dans la formation des terroristes en provenance d’Europe et de Russie.

C’est donc une cible de choix que les avions de combat américains et français ont frappé ce 1er février au petit matin. On ignore cependant le nombre de combattants ennemis qui ont été neutralisé par ce raid de la coalition.

Pour mémoire le porte-avions Charles de Gaulle et ses aéronefs de combat sont présents dans la région depuis le 23 novembre 2015, soit dix jours seulement après les attentats perpétrés par Daech au cœur même de Paris et de sa banlieue nord.

Photo © Armée de l’Air.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

21 COMMENTAIRES

  1. a tous sur le site, un grand bravo!!!!! a tous les pilotes de l’armée de l’air et
    de la marine qui font un travail extraordinaire, nos mécaniciens!!!!! tout les
    pilotes de la coalition , merci pour eux, je leurs souhaitent bon courage!!!!!

  2. Il faut reconnaître la bonne entente entre les 2 forces aériennes nationales.
    Est-ce une première ou cela est déjà arrivé auparavant ?
    Est-ce que le fait d’avoir de avions sensiblement identiques ne facilitent pas la tâche ?
    Merci d’avance pour votre éclairage.

    • Avions sensiblement identiques? Non, mêmes pas semblables mais compatibles Otan (liaison 16) aide beaucoup.
      Notons que les GBU utilisées ont pratiquement les mêmes corps de bombe, principalement du Mk-82

  3. Bonjour
    Merci pour cet article et cette photo

    Je trouve que daesh possède un nombre hallucinant de centres d’entrainement.

    Par ailleurs, quand vous parles des F/A18E américain, savez vous s’ils sont États-Uniens ou Canadiens?

    Merci pour vos précisions

    • Le mot « états-uniens » est un néologisme qui a été banni par l’Académie Française voilà plusieurs années pour cause de péjoratisme, donc quand j’utilise le terme américain cela signifie « des USA ». D’autant que le Canada ne possède aucun F/A-18E Super Hornet. 😉

Laisser un commentaire