Un Airbus A319 commercial serbe atterrit avec deux missiles antichars en soute.

Un Airbus A319 commercial serbe atterrit avec deux missiles antichars en soute.

Voilà une info qui risque de ne pas favoriser de bonnes relations diplomatique entre le Liban et la Serbie. Ce dimanche 13 mars 2016 deux missiles antichars de fabrication américaine AGM-114 Hellfire ont été découvert par la police dans la soute d’un biréacteur de ligne Airbus A319. L’avion en question, appartenant à la compagnie nationale Air Serbia, venait de réaliser un vol régulier entre Beyrouth et Belgrade.

C’est au cours d’une inspection de sécurité de routine que deux chiens policiers spécialisés dans la détection d’explosifs ont marqué net l’arrêt sur deux colis de grande taille à destination finale des États-Unis. Immédiatement, les abords de l’Airbus A319 ont été évacué et des démineurs sont arrivés sur zone. S’attendant à découvrir des bombes artisanales, ils sont en fait tombés nez à nez (ou plutôt nez à ogive) avec deux missiles antichars Hellfire bons de guerre. Rien sur les bordereaux d’embarquement des colis ne laissait supposer la nature exacte de la cargaison.

Il est actuellement difficile de savoir avec exactitude s’il s’agit d’un matériel militaire appartenant à l’aviation militaire libanaise. On peut le soupçonner car ces missiles sont utilisés sous les ailes des trois monoturbopropulseurs de reconnaissance et d’appui Cessna AC-208 Caravan en services dans ce pays.
Toujours est-il que les deux missiles ont été désarmés par la police serbe et placés sous scellés judiciaires.

Aux États-Unis le FBI a annoncé suivre de très près le dossier. Il faut dire que l’adresse d’expédition des deux missiles était dans la région de Portland dans l’Oregon, sur la côte ouest américaine.

Cette découverte soulève d’inquiétantes questions sur ce qui peut se retrouver en soute dans les avions commerciaux. En outre à une époque où le terrorisme est une menace permanente pour la sécurité aérienne, on ne peut que s’inquiéter concernant les contrôles effectués à l’aéroport de Beyrouth. Un fait divers qui soulève pas mal de questions tout de même.

Photo © AFP.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire