Écrasement mortel aux Îles-de-la-Madeleine, Québec

Écrasement mortel aux Îles-de-la-Madeleine, Québec

Le commentateur politique et ex-ministre fédéral canadien Jean Lapierre ainsi que plusieurs membres de sa famille sont morts mardi matin lorsque l’avion nolisé à bord duquel ils prenaient place s’est écrasé aux Îles-de-la-Madeleine. L’accident a fait sept victimes, incluant le pilote et le copilote de l’appareil. Cet accident est particulièrement tragique puisqu’il décime les membres d’une famille qui se rendaient aux funérailles du patriarche décédé récemment.

Situé dans le Golfe du Saint-Laurent, à plus de 900 km de Montréal à vol d’oiseau et à 430 km des Îles françaises Saint-Pierre-et-Miquelon, l’archipel des Îles de la Madeleine comprend une douzaine d’îles, dont six sont reliées entre-elles par d’étroites dunes de sable. L’aéroport madelinot (YGR) est situé sur l’Île de Havre-aux-Maisons.

AIM 3Construit en 1982, le bimoteur Mitsubishi MU-2B-60 immatriculé N246W et enregistré au Delaware, s’est écrasé en fin de matinée mardi dans un champ situé au nord de l’aéroport, alors qu’il tentait d’atterrir. Environnement Canada avait émis une alerte pour de forts vents dans la région. Du brouillard et de la pluie recouvraient également le secteur. Bien que le Mitsubishi MU-2 soit une belle réussite de l’industrie aéronautique japonaise, cet avion est réputé comme étant difficile à piloter, particulièrement en phase d’atterrissage.

AIM 1

Le Bureau de la sécurité des transports a fait savoir qu’il dépêchait une équipe d’enquêteurs sur place pour faire la lumière sur les causes et circonstances de l’accident. En raison des mauvaises conditions météo, les enquêteurs se rendront toutefois aux Îles-de-la-Madeleine seulement mercredi. Les vols de Pascan Aviation et d’Air Canada, les deux compagnies aériennes qui desservent régulièrement l’archipel, avaient été annulés mardi en raison des mauvaises conditions météo.

AIM

Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.

5 COMMENTAIRES

  1. Outre l’aspect aéronautique (et malheureusement dramatique) de cette info, ce que j’ai apprécié c’est que notre ami Marcel utilise un verbe français plus du tout usité de ce côté ci de l’Atlantique : noliser.
    Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas, cela revient à affréter un moyen de transport pour des passagers et exclusivement des passagers. L’affrètement comme son nom l’indique implique du fret, c’est à dire des marchandises.
    Merci à toi Marcel de faire vivre notre belle langue.

  2. Ce tragique écrasement a soulevé une onde de choc médiatique au Québec et au Canada. L’annonce officielle des décès des 7 occupants de l’aéronef fut annoncé officiellement par la Sureté du Québec le 29 mars à 16h03 heure du Québec. Sur le plan aéronautique, ce triste accident soulève les question suivantes: pourquoi une compagnie québécoise avait-elle entreprise les démarches pour acheter un Mitsubishi MU-2B-60 qui est reconnu pour son instabilité lors de turbulences et qui est visiblement mal adapté aux rudes conditions du climat canadien? Il faut reconsidérer les installations aéronautiques de nombreux aéroports secondaires mais qui sont essentiels pour de nombreuses communautés au Canada. Cela relève du gouvernement fédéral et de grâce agissez avec célérité contrairement à certains dossiers comme le F-35.
    Je déplore le décès de ce grand vulgarisateur de l’univers du monde politique qu’était monsieur Jean Lapierre. Il était respecté tant par les politiciens de tous les nivaux que par monsieur tout le monde. Ses commentaires nous manqueront.

Laisser un commentaire