Frappe aérienne massive contre Daech en réponse aux attentats de Bruxelles

Frappe aérienne massive contre Daech en réponse aux attentats de Bruxelles

Il aura fallu moins de 24 heures aux coalisés pour répondre aux djihadistes. Ce mercredi 23 mars 2016 des avions américains, britanniques, et français ont réalisé un raid aérien massif de représailles après les attaques terroristes contre Bruxelles, ciblant 26 objectifs en Irak et huit en Syrie. Si les Britanniques et les Français ont principalement opérés en Syrie les appareils américains eux se sont chargés des objectifs irakiens.

Ainsi des pièces d’artillerie, des engins blindés, des véhicules logistiques, et plusieurs caches d’armes ont été la cible des bombes à guidage laser et GPS de la coalition. En Irak, ce sont principalement des positions terroristes autours des villes de Mossoul et Sinjar qui avaient retenu l’attention des planificateurs alliés. Un important site de communication a aussi été détruit, réduisant grandement les capacités de cybercriminalités des forces ennemies.

On ignore aujourd’hui quel type d’avion l’Armée de l’Air a employé dans cette opération, par contre il est connu que la Royal Air Force a eu recours à des Panavia Tornado GR Mk-4. De son côté l’Amérique a employé aussi bien des appareils de l’US Air Force que de l’US Navy. Selon plusieurs médias américains citant des sources au Pentagone, des Boeing EA-18G Growler auraient notamment été employés afin de détruire le centre informatique djihadiste.

Les porte-paroles du Pentagone n’ont fait aucun mystère de l’origine de cette série de raids aériens :  représailles après la lâche série d’attentats dont la capitale belge a été victime la veille. Déjà au lendemain des attaques contre Paris et sa banlieue en novembre 2015 une série de frappes similaires avait eu lieu.
Les terroristes de Daech sont donc prévenus : la coalition rendra coup pour coup, et à ce niveau là les moyens de combat aériens internationaux sont bien plus puissants et réactifs.

Photo © US Department of Defense.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

15 COMMENTAIRES

  1. Pourquoi ne pas avoir détruit tous ces sites plus tôt ?

    Si la coalition avait opéré ces frappes avant, ça changerait peut être un peu les choses.

      • Ce que j’entendais par là, c’est que ces sites devaient déjà être connu. Ils n’ont pas tous été découvert juste après les attentats.

        Pourquoi les laisser opérer plutôt que de les détruirent sur le champ ?

        • Peut être parce que la coalition opère au fur et à mesure de la découverte de ces cibles. Vous savez il est surement bien plus facile de critiquer ici depuis le confort occidental que d’opérer en zone de guerre, qu’en pensez-vous Pierre ?

    • Peut-être que c’était déjà planifié et ils ont juste accéléré les choses, au prix probablement des efforts en plus, sachant que l’Armée française est au taquet, niveau ressources.

  2. il faut tous les anéantir jusqu’au dernier , c’est de la vermine!!!!! bravo a tout les pilotes qui font un
    sérieux coup de balai!!!!!! avec honneur et courage pour notre liberté a tous!!!!! ne soyons pas des ingrats!!!!!

  3. Je suis étonné des dernières nouvelles des journaleux. Ils parlent bien de l’intervention américaine et anglaise mais par contre en Syrie, ce ne sont que les russes qui sont mentionnés ! Alors pourquoi, ils ne parlent pas de nos pilotes qui font un travail remarquable depuis des mois et qui ne sont pas mis tant en avant.
    Je pense que si nos Rafale et Mirage n’avaient pas exercé une pression régulière sur tous ces enfoirés, la coalition aurait eu plus de mal pour leur mettre sévère cette fois-ci !
    Je suis déçu une fois de plus par ces personnes.
    J’espère me tromper mais j’en doute.

    • Attention à ne pas exagérer nos actions, les frappes françaises ne représentent que 5% des frappes subies par Daech. Je doute fort que ce soit nos actions qui aient pu avoir une action déterminente comme tu le prétends.
      On a souvent tendance ne France à ne parler que de nos frappes, de prétendre qu’elles sont importantes et décisives mais on oublie souvent de dire que ce sont les américains qui opèrent le plus dans ce conflit et qui exercent une forte pression. On se souvient de la campagne des A-10 sur les convois de camion citerne, ça a été un véritable carnage et ces avions font trembler les jihadistes.
      Moi ce que j’aurai aimé c’est une plus forte réaction de la Belgique, qui aurait du immédiatement annoncer un envoi de plusieurs avions et de frappes en représaille. La participation belge à la coalition s’est toujours limité à 3 ou 4 avions, ils devraient au contraire profiter de cette attaque pour répondre coup sur coup, il n’y a que comme ça que ces laches de terroristes comprennent. Pourquoi croyez vous que plus aucun groupes terrorisztes ne s’en prend aux américains ? parcequ’ils savent que derrière les represailles seront terrible. Nous en europe, on pleure, on comdamne, on lance quelques attaques mais ça ne va pas plus loin. Il n’y a que la France qui a le courage de rentrer en conflit (Afghanistan, Mali, Irak/Syrie, Centre Afrique) dans la limite de nos moyens.

      • Dans votre plaidoyer Mustard vous semblez oublier que nos amis (et alliés) Britanniques sont eux aussi omniprésents dans les cieux irakiens et syriens. Quand à la Belgique je pense qu’elle participe dans la mesure de ses moyens.

        • 6 f-16 envoyé sur place alors que la Belgique compte une force de 160 F-16, c’est bien en dessous de ses moyens. elle pourrait faire plus.
          quand aux anglais, ils ont été plutot long à se décider à intervenir en Irak et surtout en Syrie. D’autant qu’ils ont avec les américains un rôle majeur de la dégradation dans la région et de la naissance de daesh.

        • Alors vos analyses sur la « naissance de Daech » sont certainement très intéressantes mais hors de propos ici puisque n’ayant aucun rapport avec l’aéronautique, je ne saurais trop donc vous demandez de les garder pour vous. Pas sûr que tout le monde ici partage votre vision des choses.
          Ensuite je ne sais pas où vous avez été chercher que la Composante Air avait 160 F-16AM et BM en 2016, puisqu’elle n’en possède plus « que » 54 exemplaires. Ce qui fait de ce contingent de six avions déployés au-dessus de l’Irak et de la Syrie plus de 10% de leur flotte globale. Pas mal pour un si petit pays.

  4. Cher Arnaud c’est bien là qu’est le problème des pays européens qui n’investissent plus dans des armées (de l’air aussi) performantes à même de défendre leur intérêts (sécurité) ; on ne compte que sur les USA pour nous défendre sauf la France dans une moindre mesure. je suis contient des problèmes économiques que nos pays rencontrent et nos ennemis le savent bien

  5. Vos informations ne sont pas à jour, Mustard. La Belgique a rappelé au lendemain des attentats de Bruxelles que ses F-16 repartaient en juillet au Proche Orient, comme prévu dans les plans d’action de la coalition établis bien avant le 22 mars. Si mes infos sont à jour, la Belgique assure en ce moment la police de l’air (QRA) dans les pays baltes.
    D’autre part, la Belgique a bien acheté 160 F-16 en 1979, dont environ 10% de biplaces. Mais depuis cette époque, le pays a diminué son effort de défense au lendemain de la fin de la guerre froide. Un certain nombre d’avions est conservé sous cocon et si ma mémoire est bonne, certains ont même été vendus. De plus, les F-16 ont reçu leur midlife update (MLU), ce qui les a rendus bien plus performants. Plus récemment, on les a également adaptés à l’emport de munitions guidées et autres pods électroniques dernier cri. Comme dans toute force aérienne, on a déploré des pertes à l’entrainement. Vous pouvez voir des détails sur le site « Les ailes militaires belges ». Tout cela pour dire que la Composante Air n’aligne guère plus de 54 F-16 à l’heure où j’écris ces lignes. Mais leurs modernisations les rendent bien plus venimeux que les 160 exemplaires de 1979, si j’en crois le colonel qui commandait l’une des deux bases de chasse du pays en 2010. Donc, je peux rassurer Mustard: les aviateurs belges ne restent pas avec deux pieds dans le même sabot. Et je reconnais bien volontiers que le système de sécurité-défense belge n’est pas rassurant pour un sou en ce moment.

Laisser un commentaire