Des MV-22B Osprey aux secours des sinistrés des séismes de Kumamoto

Des MV-22B Osprey aux secours des sinistrés des séismes de Kumamoto

Décidément les liens qui existent depuis 1945 entre les États-Unis et le Japon sont particulièrement forts. La réaction américaine suite aux deux séismes qui ont endeuillé la région nippone de Kumamoto dans le sud de l’archipel en est une preuve de plus. Quatre convertiplanes Bell-Boeing MV-22B appartenant à l’US Marines Corps ont apporté ce mardi 19 avril 2016 plusieurs tonnes d’aide humanitaire de première urgence à destination des populations civiles sinistrées. Les appareils en question appartiennent au squadron VMM-265.

MV-22B Kumamoto apponté_USMC

En fait ces MV-22B Osprey venaient presque en voisin, puisqu’ils sont basés habituellement à MCAS Futenma sur l’île japonaise d’Okinawa. De plus les appareils ne se sont pas exactement posés à Kumamoto mais à bord du JS Hyūga, un porte-hélicoptères de la Japan Maritime Self-Defense Force.
Ce sont d’ailleurs les marins nippons qui ont assuré le débarquement des rations de survie, des caisses de médicaments, et des kits d’urgence.

Il faut se souvenir qu’entre le jeudi 14 avril  en fin de soirée et le samedi 16 avril 2016 peu après 1 heure du matin la région a été frappée deux fois par des séismes d’amplitude supérieure à 6.5 sur l’échelle ouverte de Richter. Fort heureusement ces tremblements de terre sous-marins n’ont pas occasionné de tsunamis.
Au total 44 personnes ont perdu la vie tandis que plus de 3000 autres ont été plus ou moins grièvement blessées. Près de 45000 personnes se sont également retrouvés sans toit au-dessus de leurs têtes.
Si la ville de Kumamoto est fortement urbanisée, et construite aux dernières normes anti-sismiques, il en est tout autrement de sa région très rurale et agricole. C’est notamment dans ces campagnes que la majorité des sans-logis se trouvent actuellement.

MV-22B Kumamoto déchargement_USMC

L’aide américaine a ensuite été distribuée aux populations civiles grâce aux hélicoptères Mitsubishi SH-60J et AgustaWestland MCH-101 qui se trouvaient à bord du JS Hyūga. En fait le bâtiment de guerre se trouvait à proximité de la région lors du premier séisme : il participait à un exercice naval.
Il faut savoir que des critiques, rares mais médiatisées, se sont faites entendre au Japon quand à la nature de l’aide américaine. Certains politiciens regrettait que l’allié américain offre des rations de combat, comme il le fit après la défaite japonaise de 1945. Fort heureusement la très grande majorité des Japonais a salué l’arrivée de ce soutien humanitaire.

Photos © US Marines Corps.

4 COMMENTAIRES

  1. En matière de missions SAR cet aéronef hybride est La Rolls-Royce! Il peut remplacer l’appareil qui effectue la recherche le lieu de l’accident et l’autre qui dépose les premiers intervenants et recueille les blessés. Je rêve d’une flotte de MV-22B aux couleurs de la feuille d’érable pour notre vaste territoire et d’une flottille au cocarde à hameçon pour appuyer les opérations de votre Charles de Gaulle. Peut-être que le développement du prototype V-280 Valor pourra « faire la job »(accomplir les tâches dont le ravitaillement en vol) à moindre coût !

    • En 2013-2014 il a été un temps question que la France achète de telles machines, mais pas pour la Marine, pour l’Armée de l’Air en couverture des opérations spéciales. Bizarrement je crois que le ministère de la défense y a renoncé pour se concentrer sur d’autres matériels comme les Caracal et les futurs C-130J qui risquent fort d’être en fait des MC-130J qui ne porteront pas leur nom.

      • J’ai lu quelque part que le MV-22B Osprey est beaucoup trop bruyant pour participer à des opérations spéciales. Le Hercule a déjà apponté sur un porte-avion le CVA-59 USS Forrest à l’automne 1963 voir l’article de Avionslegendaires du 22 férvrier 2012[PHOTO] UN HERCULES DÉCOLLANT D’UN PORTE-AVIONS AMÉRICAIN. Mais je doute que celui-ci pourrait faire la même manœuvre sur le pont plus petit du CVN-R99 Charles de Gaulle. J’en déduis que votre marine nationale a décidé de confier à des hélicoptères les opérations de logistique.

        • Oui même si là encore certains espèrent (à mon sens à tort) que le ministère de la défense se porte acquéreur d’une demi-douzaine de Grumman C-2A Greyhound de seconde main auprès de l’US Navy. On sait que des essais ont été réalisé, le transport embarqué américain est compatible avec notre CdG mais ça reste un vieil avion, même s’il était rajeuni par Northrop-Grumman.
          Pour l’instant les missions de transport embarqué passent donc par des hélicos.

Laisser un commentaire