Exercice estival pour les équipages de Lockheed LC-130H

Exercice estival pour les équipages de Lockheed LC-130H

La fin juin et le début juillet ne sont as à priori les périodes auxquelles on penserait immédiatement pour goûter aux joies des sports d’hiver. Sauf peut être si on appartient au 139th Airlift Squadron de l’US Air Force. En effet les équipages américains spécialisés dans les missions polaires ont réalisé un exercice de sauvetage en conditions estivales au Groenland. Pour l’occasion quatre Lockheed LC-130H Hercules et quatre-vingt militaires avaient fait le déplacement.

 LC-130H.Groenland.sujet_.2016_USAFLes scénarii étaient très différents les uns des autres : posés en zone enneigée, touch-and-go sur des lacs partiellement gelés, ou encore opérations depuis des tarmacs « en dur » parfaitement dégagés et déneigés. Pour cela les aviateurs américains bénéficiaient des installations aéroportuaires civiles la commune de Kangerlussuaq dans le sud-ouest de l’île danoise. Malgré ses seulement 560 habitants ce village dispose d’un terrain d’aviation apte à recevoir des avions d’affaire voire même des avions de ligne type Airbus A320 ou Boeing 737.

Pour des opérations plus à risque les pilotes du 139th AS disposaient d’un terrain enneigé d’où opère généralement les hélicoptères danois. Sans réelle identité reconnue ce terrain a été temporairement rebaptisé Camp Raven par les militaires américains. Il a permis aux équipages de LC-130H Hercules de s’exercer sur une neige molle et un sol mouillé.

Mais surtout cet exercice a été l’occasion pour les équipes de l’US Air Force de s’entraîner aux côtés de leurs homologues danois qui pour l’occasion avaient dépêché à Kangerlussuaq un Agusta-Westland AW.101 Merlin Mk-512 destiné à des missions de transport d’assaut et de recherches-sauvetages en mer. Cependant pour des raisons météorologiques le gros hélicoptère n’a pas pu prendre part à l’exercice.

Au final entre le 25 juin et le 3 juillet 2016 les équipages américains spécialisés dans les opérations polaires ont pu peaufiner leur connaissance du vol estival, paradoxalement plus problématique pour eux que celui en période hivernale. De quoi à l’avenir réduire le risque accidentogène.

Photos © US Air Force.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire