Des A-10 Thunderbolt II sur les routes estoniennes !

Des A-10 Thunderbolt II sur les routes estoniennes !

On connaissait les Mirage IIIS sur les routes helvètes, les Viggen sur les autoroutes suédoises mais on n’avait encore jamais vu ce qui vient de se poser sur des routes en Estonie. Entre le 30 juillet et le 3 août 2016 l’Eesti Õhuvägi, l’US Air Force, et l’OTAN ont réalisé un exercice commun permettant de valider l’emploi de certaines routes principales et secondaires comme terrain de replis pour des avions d’attaque et d’appui rapprochés Fairchild-Republic A-10 Thunderbolt II. Pour l’occasion militaires américains et estoniens travaillaient main dans la main.

A-10 Warthog.route Estonie.sujet1_OTAN

En effet si l’Eesti Õhuvägi n’est pas d’une taille suffisante pour lui permettre d’aligner des avions de combat de premier plan elle possède dans ses rangs des personnels formés au guidage depuis le sol des opérations aériennes alliées. Des personnels qui ont pu durant ces quelques jours peaufiner leurs techniques mais aussi leurs connaissances des matériels occidentaux au contact de leurs homologues de l’aviation américaine.

Pour l’occasion quatre Fairchild-Republic A-10 Thunderbolt II appartenant au 303rd Fighter Squadron, en provenance de Whiteman AFB ont été déployé sur la base estonienne d’Ämari. Celle-ci est déjà connue de l’OTAN pour accueillir une partie des moyens de combat affectés à la défense des trois états baltes dans le cadre de l’opération Baltic Air Policing. Ces puissants biréacteurs d’attaque emportaient durant tout l’exercice un armement « bon de guerre » composé de missiles air-sol AGM-65 Maverick et air-air AIM-9 Sidewinder.

A-10 Warthog.route Estonie.sujet2_OTAN

L’exercice aura certainement permis aux militaires des deux pays de mieux appréhender le travail en commun et pour les pilotes américains cela aura été l’occasion de valider ce concept de terrains de replis en cas d’engagement des Warthog dans des opérations de défense des territoires estoniens, lettons, et lituaniens en cas d’agression par un ennemi quel qu’il soit. À n’en pas douter la puissance de feu du plus célèbre avion d’appui aérien au monde refroidirait plus d’un adversaire potentiel.
Comme quoi ce vieux guerrier n’est pas encore à la retraite.

Photos © OTAN.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

10 COMMENTAIRES

  1. me concernant le A 10 américain à une puissance de feu sans pareil!!!!!! concernant DAECH , il sont
    dans leurs petits souliers!!!!!! , à basse altitude il fait un travail incroyable!!!!! cet appareil à encore
    de beaux jours devant lui!!!

    • Le meilleur avion d’attaque au sol et d’appui aérien rapproché pour moi. Simple et robuste, c’est surtout son legendaire canon gatling de 30 mm qui fait la différence.

  2. SI IL EST SI IMPITOYABLE , COMMENT SE FAIT D’IL QUE DAECH OCCUPE TOUJOURS CES POSITIONS PARTOUT EN IRAK ?????
    DEPUIS LE VIETNAM ON SAIT QUE L AVIATION N’EST PAS LA RÉPONSE

    • Bonjour Jade, je suis heureux de vous voir de retour. Les commentaires émanant de femmes ne sont pas si fréquents que ça sur notre site. Maintenant je me permettrais juste de reprendre un peu votre phrase de fin où vous écrivez « ON SAIT QUE L AVIATION N’EST PAS LA RÉPONSE », perso j’aurais plutôt dit « on sait que l’aviation n’est pas la seule réponse ».
      C’est bien pour cela qu’en Irak la France soutient officiellement l’armée irakienne dont les fantassins et les blindés mènent une guerre sans merci contre Daech depuis bien avant l’engagement de la coalition internationale. En gros au sol ce sont les Irakiens appuyés aussi par les combattants de la résistance kurde et dans les airs les Américains, les Britanniques, les Français, et leurs alliés. C’est une forme de répartition des tâches qui marche puisque le territoire irakien occupé par les djihadistes recule.

      Si vous le voulez bien on va laisser là la digression sur le Thunderbolt II et Daech puisque ici le sujet est le Thunderbolt II en Estonie. 😉

      • A ce propos, vous avez vu que l’USAF a déployé deux antiques OV-10 Bronco pendant quelques mois pour combattre daesh ? Sans oublier le noratlas appartenant a l’association « Le noratlas de provence » (le dernier en état de vol) utilisé pour l’entraînement de parachutistes. C’est à croire que nous sommes tombés en pleine nostalgie 🙂

        • Les deux Bronco dans cette version OV-10G+ (leur dénomination est Combat Dragon 2) ont en fait été testés, ils servaient à valider un concept d’avion low-budget pouvant tourner longtemps sur le champ de bataille dans ces conflits dits asymétriques. Loin de la nostalgie, c’est le pragmatisme qui opère, on a là des appareils lents endurants et peu couteux, pilotés (contrairement aux drones), capables d’être au plus près des soldats, des mini-A10 somme toute.
          D’autres appareils de type « counter-insurgency » sont sur les rangs un peu partout dans le monde, l’AT-6 Wolverine, le Super Tucano, le Beechcraft Archangel, j’en passe. Et le concept marche, surtout dans les pays peu argentés, ou souhaitant ne pas mobiliser leurs coûteux jets.

          Plus sur lesdits Bonco : http://www.defensemedianetwork.com/stories/combat-dragon-ii-demonstrates-ov-10g-bronco-capabilities/

  3. Bravo pour ces superbes photos! Par ces différentes démonstrations aériennes dans les pays baltes, l’Otan envoie un message clair et sans équivoque à Poutine et ses généraux: ne touchez pas à ces pays! Pour moi, le Thunderbolt II est le meilleur aéronef de combat conçu aux USA depuis les années 1970. Le blindage de celui-ci est largement supérieur autres aéronefs d’appui tactique dont le AH-64 Apache, les généraux étatsuniens ont manqué de clairvoyance en ne construisant et en ne déployant pas davantage d’exemplaires. Je me souviens d’avoir lu la traduction française d’un livre écrit par un pilote de A-10.

  4. Pour la petite histoire, les tests des A-10 sur piste désertique plane non préparée (aux USA) en coopération avec les JTAC (contrôleurs avancés au sol) n’ont jamais été aussi poussés, des vidéos officielles de l’USAF circulent de temps à autre conjointement à celles d’Europe de l’Est.
    A voir si on les verra dans ce rôle un jour au plus près des combats au Moyen-Orient, il en résulterait de substantielles économies et une disponibilité opérationnelle inégalée (si ce n’est déjà le cas, allez savoir…).

  5. Je double-poste pour la bonne cause, j’ai retrouvé une des vidéos des A10 se posant dans le désert dont je vous parlais, celle-ci datant de fin Janvier 2016 :

  6. Il est peu probable que le F35 puisse faire de l’appui rapproché (et accessoirement de la lutte anti-char, mission initiale du warthog) comme le A10 qu’il est censé remplacer un jour. D’ailleurs les fantassins US en Afghanistan appréciaient plus la présence d’A10 que celle de F16 ou F18. L’autonomie, la capacité d’emport, la vitesse peu élevée du A10 constituent sur certains théâtres de sérieux avantages, sans compter son canon de 30 mm. La furtivité, Les bombes « intelligentes » et les missiles ont leurs limites…et leurs coûts. Mais l’USAF et Lockheed-Martin feront tout pour éliminer le plus tôt possible le A10 de l’inventaire US. D’ailleurs sans l’opposition du Congrès ce serait probablement déjà fait.

Laisser un commentaire