Boeing engage la production des premiers KC-46 Pegasus de série

Boeing engage la production des premiers KC-46 Pegasus de série

Si pour beaucoup d’Européens le programme du Lockheed-Martin F-35 Lightning II est vu comme une source de polémiques, celle-ci n’est rien outre-Atlantique à celle qui concerne le biréacteur de ravitaillement en vol de nouvelle génération Boeing KC-46 Pegasus. En effet aux États-Unis le nouvel appareil, dérivé de l’avion de ligne 767-200, est souvent considéré comme accusant des retards beaucoup trop conséquents. De ce fait la commande d’une première tranche d’avion est vue comme un soulagement. Ce contrat s’élève à environ 2.3 milliards de dollars américains.

Ce sont donc dix-neuf avions (quatre de présérie et quinze de série) dont la commande a été passée par le Pentagone. Des machines qui auront pour mission d’assurer les premières missions opérationnelles de formation et d’entraînement des équipages. Une transition qui risque cependant de ne pas être si évidente que cela.
Le fossé technologique entre les KC-46A et les « vieux » KC-135R qu’ils remplaceront est sans aucun doute absolument impressionnant.

Mais c’est surtout un véritable ouf de soulagement pour la branche défense de Boeing Company. Il faut dire qu’aux États-Unis beaucoup d’experts et d’observateurs de monde aéronautique avaient publiquement souligné depuis des mois que le KC-46A Pegasus sera inférieur aux attentes initiales de l’US Air Force, notamment en matière de soutien logistique. Des annonces qui ont soulevé quelques inquiétudes parmi les techniciens et ouvriers de Seattle.
Pour autant personne dans l’administration américaine n’a osé remettre en question l’attribution du programme KC-X à Boeing Company.

Si on en croit le calendrier prévisionnel proposé par l’avionneur les quatre premiers KC-46A Pegasus de présérie devraient entrer en service dans un an, en août 2017. Une date que plusieurs hauts-responsables militaires et politiques de Washington jugent largement inenvisageable.
Les vénérables KC-135R risquent bien de devoir faire encore quelques années supplémentaires avant leur retraite bien méritée.

Photo © Boeing Company.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Il était vraiment temps. Les premiers KC-135 date des années 1950. Fabriqués à plus de 700 exemplaires à une époque où le ravitaillement en vol des chasseurs était à ses balbutiements, ils devaient être couplés à des B-52 ou B-47 pour frapper l’URSS en cas de guerre nucléaire. L’USAF compte aujourd’hui les utiliser jusqu’en 2040. Cela fera quand même un bel age de 80 ans pour certains. Il y a bien le KC-10 extender que l’USAF a reçu entre temps mais à 64 exemplaires ils savaient qu’ils n’iraient pas bien loin. Et dire qu’au départ les 179 exemplaires de KC-46A devaient être des A330 MRTT.

Laisser un commentaire