Des Harrier II américains frappent Daech en Libye depuis la mer

Des Harrier II américains frappent Daech en Libye depuis la mer

Serait-ce l’ouverture du troisième front annoncée depuis maintenant plusieurs mois ? Depuis ce mardi 2 août 2016 les États-Unis réalisent des frappes aériennes ciblées contre des positions de l’organisation État Islamique en territoire libyen. Ce sont notamment les McDonnell Douglas AV-8B Harrier II de l’US Marines Corps, embarqué à bord du navire d’assaut amphibie USS Wasp (LHD-1) qui réalisent ces missions à haut risque.

Le gros de ces frappes aériennes concerne la région autour de la ville portuaire de Syrte où sont regroupés une partie importante des troupes combattantes djihadistes. De par sa position sur le littoral cette ville est donc une cible plus confortable pour les avions embarqués américains que si elle s’était trouvé loin dans les terres. Les AV-8B Harrier du 22nd Marine Expeditionary Unit peuvent de ce fait réaliser plusieurs missions à la fois dans un laps de temps de 24 heures.

L'USS Wasp en Méditerranée.
L’USS Wasp en Méditerranée.

Parmi les cibles détruites par les avions de l’US Marines Corps figurent au moins deux chars de combat T-72 de facture soviétique, une trentaine de véhicules légers, et au moins quatre bâtiments abritant des installations ennemies dont au moins une servant à la militarisation des 4×4. Des attaques tout à fait à la portée des pilotes de Harrier II beaucoup plus proches du champs de bataille que leurs collègues de l’US Navy ou de l’US Air Force. Celles et ceux qui volent sur McDonnell Douglas AV-8B se considèrent d’ailleurs souvent comme des pilotes… d’hélicoptères de combat.

Car à la différence des avions de combat multirôles classiques, type F/A-18E Super Hornet ou F-15E Strike Eagle, les AV-8B Harrier II volent généralement plus bas. Il faut dire que la bombe à guidage laser n’est pas leur arme air-sol de prédilection même s’ils l’emploient eux aussi. Ces avions sont avant tout de formidables plateformes de tir pour le fameux missile AGM-65 Maverick, capable de tout détruire ou presque d’une colonne de camions à une casemate fortifiée en passant bien entendu par à peu près tous les types d’immeubles non protégés. Cependant la « petite » bombe guidée GBU-38 fait pleinement partie de leur arsenal. Missions de combat obligent les avions américains volent avec un missile air-air d’autodéfense AIM-9 Sidewinder bon de guerre.

Sur ce cliché on aperçoit l'ombre projeté d'une bombe à guidage laser sous ce Harrier II.
Sur ce cliché on aperçoit l’ombre projeté d’une bombe à guidage laser sous ce Harrier II.

En fait en l’absence de possibilité logistique d’engager les A-10 Warthog de l’US Air Force les célèbres avions à décollages et atterrissages verticaux sont certainement les appareils d’appui rapprochés les plus adaptés dans la guerre contre Daech. Ils l’ont d’ailleurs largement démontré sur le front irakien.

Reste à savoir si cette série de frappes aériennes va se pérenniser ou s’il s’agit seulement de marquer temporairement les terroristes djihadistes. Rappelons que le Président des États-Unis, Barack Obama, avait promis de rayer Daech de la carte avant la fin de son mandat. Celui-ci expirant dans quelques mois tout ça ressemble furieusement à un vœu pieux. Cependant le Commander in Chief des armées américaines n’a jamais caché son intention d’aller expulser ces combattants de Libye.
Affaire à suivre.

Photos © US Navy.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai ouï dire que des AH-1Z Viper avaient également frappé sur le territoire Lybien (comme les Tigre de l’ALAT lors d’Harmattan) en présence de V22 qui orbitaient au-dessus des hélicos de l’USMC pour repérer les cibles et éventuellement protéger / récupérer d’éventuels pilotes abattus.

    Le second cliché du Harrier numéro 56 montre une configuration inhabituelle et intéressante s’il s’agit d’un vol de guerre, car on y voit une JDAM et une GBU (grâce à son ombre) sur les pylones intérieurs, le pod de guidage laser entre les deux quilles ventrales (donc pas de pod-canon), aucun Sidewinder (les pylônes extérieurs sont d’ailleurs enlevés !), et des réservoirs externes sur les pylônes du milieu.

Laisser un commentaire