F-22 Raptor et T-38 Talon évacuent (provisoirement) Langley AFB

F-22 Raptor et T-38 Talon évacuent (provisoirement) Langley AFB

Cela pourrait être la version aéronautique des réfugiés climatiques si la question de ces derniers n’était pas aussi sérieuse et grave. Ce mercredi 5 octobre 2016 l’état-major de l’US Air Force a pris la décision de déménager temporairement les aéronefs se trouvant à Langley AFB dans le sud-est de la Virginie vers Rickenbacker dans le centre de l’Ohio afin de les protéger de l’arrivée du cyclone Matthew. Les machines les plus impactés sont une trentaine de Lockheed-Martin F-22 Raptor et une douzaine de Northrop T-38 Talon.

Il est quasi évident que cette journée restera dans les mémoires des personnels de Langley AFB. Faire quitter l’intégralité des aéronefs d’une base n’est pas un acte anodin, notamment pour les protéger d’un évènement météorologique aussi lourd qu’un ouragan. Il faut dire que les Américains ont de quoi craindre le pire. Non seulement Matthew a jusque là dévasté la majorité des terres qu’il a frappé, principalement des îles des Caraïbes et surtout Haïti où on relève actuellement déjà plus de vingt morts et des centaines de sinistrés, mais surtout ils ont encore en mémoire l’ouragan Katrina qui fin août 2005 tua plus de 1800 personnes aux États-Unis.

Alors l’US Air Force n’a pas voulu prendre de risques. D’autant que les F-22 Raptor des 27th et 94th Fighter Squadrons, habituellement stationnés à Langley AFB, sont les avions qui assurent la majorité des missions de défense aérienne de la côte orientale américaine. Quand aux F-22 Raptor et aux T-38 Talon du 149th Fighter Squadron ils assurent en plus la mission de transformation opérationnelle des jeunes pilotes. À ces jets il convient d’ajouter trois biréacteurs de transport prioritaire Learjet C-21A appartenant au très discret 480th Intelligence Surveillance and Reconnaissance Wing. Si tous les avions de combat et d’entraînement avancé ont rejoint Rickenbacker ANGB dans l’Ohio, on ignore où sont allé ces avions de transport léger.

À Washington on espère pouvoir rapatrier tous ces avions «chez eux» en milieu de semaine prochaine, même si personne ne sait de quelle manière la base sera impactée. Alors sur place on colmate les éventuelles brèches, on cloue des planches et des linteaux de bois, on renforce au moyen d’étais. En gros les personnels de l’US Air Force se protègent le mieux qu’ils peuvent. Au sein des services de santé et de secours de la base on se prépare aussi à l’arrivée de Matthew : tout le monde en effet ne pourra pas quitter Langley AFB.

Comme ici en 2011 face à l'ouragan Irene, les personnels de Langley AFB "protègent" leur base.
Comme ici en 2011 face à l’ouragan Irene, les personnels de Langley AFB « protègent » leur base.

Bien entendu Langley AFB n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, les bases de l’Alabama, de Caroline du nord, et de Floride ont aussi connu cela ces dernières heures. Devant une telle force naturelle même la plus puissante force aérienne au monde n’est rien, la preuve.

Photos © US Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

6 COMMENTAIRES

  1. Ce n’est pas la première ni la dernière fois que des bases étatsuniennes doivent être évacuées à cause de Dame nature. Et les cyclones viennent mourir sur les côtes des provinces maritimes du Canada. Les fortes précipitations que provoquent se font sentir jusque dans la vallée du fleuve Saint-Laurent.

    • J’ai déjà remarqué Simon que vous utilisez souvent le terme « étatsunien » et « étatsunienne ». Peut-être ignorez vous qu’en fait il n’est absolument pas français, il a été rejeté dans les années 1980 par l’Académie Française et est désormais considéré comme terme hautement péjoratif pour désigner nos amis Américains. C’était juste une petite parenthèse pour rebondir à votre très intéressant commentaire.

      • Ou, mais Simon est Québécois et le fameux OQFL (Office québécois de la langue française) autorise le gentilé « États-Unien » pour désigné les habitants des États-Unis d’Amérique.

        PS : mais il faut dire que l’OQFL s’est un peu les ayatollahs du bon Français

  2. Bonjour, je suis surpris que les US n’est pas de « logements » protégés pour se type d’avions !
    A dijon, les M2000 avait tous des coffrages en 1/2 cercles au dessus de leur tètes ! Ces coffrages faisaient presque 50cm d’épaisseur avec portes coulissante blindées !

    Cordialement.
    Un lecteur assidu !

Laisser un commentaire