Hérités de l’ère communistes les neuf MiG-29 Fulcrum encore en service sont désormais devenus inadaptés à la force aérienne bulgare, pays membre de l’OTAN. C’est la raison pour laquelle le gouvernement de Sofia a décidé de débourser un peu plus de 765 millions d’euros afin d’acquérir huit nouveaux avions de combat, achetés neufs ou d’occasion. Devant ce budget plus que serré la majorité des avions vedettes du moment, comme le Dassault Rafale ou encore le Lockheed-Martin F-35 Lightning II, en sont forcément exclus.

Et pourtant des Eurofighter EF-2000 pourraient être acquis dans le cadre de ce contrat. Non pas que le consortium européen ait décidé de brader son jet de combat, simplement le gouvernement bulgare entend acheter huit avions de seconde main, au standard Tranche 1, en provenance de l’Aeronautica Militare Italiana. L’autre modèle d’avion d’occasion concerné par ce marché est le General Dynamics F-16 Fighting Falcon portugais, au standard MLU. Ces avions seraient modernisés par l’avionneur lusitanien OGMA sous maîtrise d’œuvre de Lockheed-Martin.

L’autre solution envisagée par les Bulgares est l’acquisition de Saab JAS-39C & D Gripen acquis neufs. Des avions multirôles qui permettraient à cette petite aviation européenne de conserver un certain niveau autant dans les missions de défense aérienne que d’attaque au sol et de reconnaissance.

Bien entendu ce marché de remplacement n’est pas comparable à celui récent du Rafale en Inde, mais il permettra à une petite aviation d’un pays anciennement placée sous le joug soviétique de s’adjoindre un standard digne des autres membres de l’OTAN. Vu l’urgence de la situation et la dégradation rapide des MiG-29, le choix final du gouvernement bulgare est attendu pour le printemps 2017.

Photo © Wikimédia Commons.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Arnaud,
    Une question svp,pour un pays africain (democratique et responsable je vous rassure) qui aurait un budget a peu pré semblable a celui de la Bulgarie,qu’est ce que vous conseilleriez?
    sachant qu ‘il nous faut:
    10 à 12 unités si possible
    bons pour la reconnaissance
    bons pour traitement d’objectif au sol
    bons pour traitement de navires
    bons pour l’interception

    Il est a noter que de plus en plus de pays par ici ont des capacités anti-aériennes notamment avec des systèmes antimissiles portatifs russes,et que l’avion devra ne pas trop y être vulnerable

    Merci d avance pour vos conseils

    • Désolé mais je ne peux pas vous aider, je ne suis pas conseiller aéronautique. Juste un passionné. Je laisse ça à celles et ceux dont c’est le métier.

  2. Sinon il y aurait toujours la possibilité de location, c’est économique pour se mettre à niveau et tester un nouveau matériel avant un éventuel achat.

    Les Italiens avaient loué par le passé des F16 pour combler la brèche entre retrait des F104-S et l’arrivée des premiers Typhoon, et les Tchèques semblent actuellement satisfaits du système avec leur douzaine de Gripen suédois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom