L’affaire n’a pas forcément été médiatisée, et on comprend largement pourquoi. Ce lundi 16 janvier 2017 un avion de ravitaillement en vol de l’Armée de l’Air a été obligé de se dérouter vers un aéroport maltais en raison d’un incident au moment où il transférait du carburant à deux chasseurs omnirôles français. Le Boeing C-135FR en question se trouvait au-dessus de la Méditerranée lors de ce problème technique.

C’est alors qu’il ravitaillait deux Dassault Rafale que l’incident s’est produit. Il a été suffisamment grave pour nécessiter le desserrement des trois avions vers Malte. Après une rapide inspection au sol les deux biréacteurs de combat ont pu redécoller à destination de Mont-de-Marsan via Solenzara. Aux vues des images présentés les Rafale en question étaient dotés chacun d’un pods Reco-NG et de missiles air-air laissant supposer qu’ils réalisaient là une mission de renseignement au-dessus de la Libye, traquant les groupes armés djihadistes qui tentent de déstabiliser le pays.

Rapidement des équipes techniques de l’Armée de l’Air se sont rendus au chevet du vénérable ravitailleur en vol sur le tarmac maltais. Le quadriréacteur n’a pas redécollé. Pour autant la flotte des Stratotanker français n’a pas été clouée au sol. Cependant le retour au service actif de l’avion incriminé n’est pas encore annoncé.
Au passage on remarquera le silence inquiétant de la part des communicants de l’Armée de l’Air, habituellement bien plus loquaces.

Il faut dire que ces quatorze avions volent quotidiennement depuis… 1964. Et oui on oublie trop souvent que ces avions sont des reliquats de la guerre froide. Cependant ces avions doivent être remplacés dès la fin de cette année au profit de l’Airbus Defense & Space Phénix.

Nos Rafale sur le tarmac maltais. Remarquez les pods Reco-NG en points centraux.

Au final ce fait divers est symptomatique d’une flotte de ravitailleurs en vol que les décideurs militaires et politiques français ont trop souvent considéré comme négligeable, alors même qu’elle est aussi nécessaire à notre défense que les avions de combat ou les avions-cargos tactiques. La preuve aussi que même si les mécanos font un travail remarquable ils ne peuvent pas faire des miracles. C’est il y a dix ou quinze ans que la France aurait du remplacer ces avions. Bon ce sera bientôt chose faite.

Photos © AFP.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom