À quel jeu dangereux l’aviation stratégique russe joue t-elle face à l’Armée de l’Air et à la Royal Air Force ? Une question qu’on est en droit de se poser après ce énième incident entre deux bombardiers stratégiques russes et les chasses britanniques et françaises. Ce jeudi 9 février 2017 deux Tupolev Tu-160 Blackjack ont été interceptés d’abord par des Eurofighter Typhoon de la RAF puis par des Dassault Mirage 2000-5F de l’Armée de l’Air alors qu’ils flirtaient avec les espaces aériens des deux puissances européennes. Par la suite les deux intrus ont fait route vers les côtes espagnoles avant de décider de rebrousser chemin sous la pression européenne.

Tout avait commencé au petit matin quand une station radar de l’OTAN en Norvège a repéré six avions inconnus volant transpondeur éteint, qui s’approchaient des eaux d’Europe du nord. Cependant aucun F-16 Fighting Falcon norvégien n’était disponible et les avions semblaient s’éloigner. Puis les échos se sont séparés, quatre ont semblé faire machine arrière et retourner vers l’espace aérien de la fédération de Russie tandis que deux autres, plus imposants et rapides faisaient route au sud. Ils sont réapparus ensuite au nord de l’Écosse, en limite de l’espace aérien international.

La Royal Air Force a alors décidé de faire décoller en urgence deux Typhoon FGR Mk-4 d’alerte avec pour mission d’aller identifier ces deux intrus. Cependant la nationalité des avions en question ne faisait guère de mystère : c’est là depuis quelques années maintenant la technique de l’aviation russe. Les pilotes britanniques se sont alors retrouvés nez à nez avec des bombardiers stratégiques Tu-160 Blackjack, un avion conçu rappelons-le pour délivrer le feu nucléaire. Donc potentiellement un ennemi très dangereux. Mais aussi un avion que les pilotes britanniques connaissent, malheureusement, bien.

Par la suite les pilotes de Sa Majesté ont accompagné les quadriréacteurs russes à géométrie variable alors qu’ils titillaient l’espace aérien irlandais. L’Irish Air Corps n’ayant aucun moyen d’interception les deux chasseurs britanniques sont demeurés à leurs côtés. Puis brusquement les deux Blackjack ont réalisé un virage prenant la direction de l’Atlantique nord, obligeant les Typhoon à cesser leur escorte.

Ce que les Russes semblaient ignorer c’est que depuis leur approche des eaux écossaises, ils étaient suivis à bonne distance par un Boeing E-3F de l’Armée de l’Air. Les radaristes employés à son bord comprirent assez rapidement que ce virage n’était qu’une manœuvre d’évitement puisque les deux bombardiers revinrent plus au sud, au-dessus du Golfe de Gascogne, frôlant ainsi l’espace aérien français. Ils eurent la surprise de voir arriver sur eux deux chasseurs monoréacteurs Mirage 2000-5F de l’Armée de l’Air qui à leur tour décidèrent d’accompagner les avions russes dans leurs pérégrinations.

Dans le même temps un Rafale avait décollé de Saint-Dizier pour rejoindre la patrouille d’interception tandis que des McDonnell Douglas F/A-18 Hornet espagnols arrivaient du sud. Devant une telle armada les deux bombardiers nucléaires ont décidé de faire demi-tour et de rentrer en Russie, en s’éloignant cette fois des espaces aériens de toutes nations européennes souveraines.

Ce qui ressemble bien à une mission d’intimidation de la part des stratèges russes a cependant duré pendant une demi-journée entre 7 heures du matin et au-delà de midi et demi. Outre les chasseurs et l’AWACS cette mission de défense aérienne a mobilisé un Boeing C-135FR français. Les Russes ont vraiment du carburant à perdre inutilement.

Plus sérieusement on peut aisément se demander ce que cache cette volonté désormais affichée des Russes de jouer ainsi avec les forces de l’OTAN alors que dans le même temps le dirigeant russe prétend vouloir reconstruire des relations durables avec les États-Unis et l’UE. Ce regain de pseudo-guerre froide n’est pas sans conséquence sur les relations est-ouest, d’autant que les aviations européennes de leur côté ne cherchent pas à en faire de même. L’aviation stratégique russe est donc fautive à 100%.

Photo © Armée de l’Air.

14 COMMENTAIRES

  1. de toute façon l’armée de l’air RUSSE et la plus brillante du monde!!! avec les aéronefs de chasse de 5èmes génération!!!! n’en déplaise à certain.

    • Ah ? Lesquels ?
      Il est de bon aloi de rappeler que le T50 est encore au stade de prototype / pré-série, 8 de construits (dont un accidenté) et toujours en évaluation malgré les annonces ; donc en l’état leurs appareils les plus modernes et crédibles sont la cinquantaine de SU-35 (génération 4+) et bientôt Mig-35 dont la production vient d’être lancée. Leurs Mig-31 et d’autres Flankers ont été refourbis lors de chantiers de modernisation, mais en l’état les Russes n’opèrent aucun appareil de 5° génération.
      Les plus avancés dans le domaine des appareils de génération 5 opérationnels, derrière les Américains avec le F22 et le F35, sont les Chinois qui ont annoncé lancer la production en série du J20 et la mise en service d’escadrille sous peu, sans parler du J31 qui semble prometteur (un F35 low cost peu ou prou). Nul doute qu’ils ont damé le pion aux Russes en la matière.

      Quant à leur « brillance », navré de vous dire que moult armées de l’air font largement jeu égal en matière de professionnalisme. Le reste, c’est surtout une histoire de propagande 😉

  2. Ce n’est pas un jeu dangereux, ni un incident, ils ne flirtaient pas avec les espaces aériens européens car se trouvant a une centaine de km a l’intérieur des eaux territoriales. Pour finir ils n’ont pas rebroussé chemin suite a la pression européenne, mais par faute de carburant. J’ai lu le communiqué officiel de l’armée de l’air et pour eux ce n’est rien d’autre que de la routine. Tout le reste n’est qu’un ramassis de fausses infos anti-russe. Ils ne gaspillent pas du carburant, ils testent simplement les capacités de leur aviation stratégique sur les vols longue distance. Ils espèrent peut-être a terme faire le tour de l’europe en partant du nord et en passant par Gibraltar pour revenir par la méditerranée vers leur base ?

  3. Peut être faire comprendre ce que ça fait quand des « ennemis » se rapprochent des frontières…. car il ne faut pas oublier qu e dans les pays baltes, la Pologne, c’est l’OTAN qui s’amuse à faire la même chose… mais quand ce sont les Russes nos états son mécontent….

    • Sauf cher Thierry que vous oubliez une donne importante : les états baltes sont des nations souveraines (comme l’Ukraine) et non dépendantes de la Russie. Et comme ces trois petits pays n’ont aucun moyen de défense aérienne digne de ce nom il est normal que l’OTAN, à laquelle ils appartiennent tous trois, y assure la mission de « police du ciel » par rotation.

  4. Vous devriez écrire des romans, votre imagination est débordante. Les avions russes n’ont jamais été à moins de 100 kms des territoires nationaux (voir le site officiel de l’armée de l’air : defense.gouv.fr) et votre description flirte avec de la propagande primaire antirusse. Pourquoi publiez vous toujours ce type d’article sur des avions russes dés qu’ils se « rapprochent » des côtes européennes et jamais sur tous les avions de l’OTAN s’entrainant le long des frontières russes ?

    • Il est intéressant de lire qu’à chaque fois qu’on publie un article qui ne va pas dans le sens de la bien-pensance pro-Kremlin on se retrouve avec des commentaires de gens qui habituellement ne nous commentent jamais. Et c’est toujours pour décrier notre travail. Cher Laurent je ne saurais que trop vous conseiller d’aller faire un tour sur Sputnik news ou tout autre site de propagande pro-russe, vous y serez pleinement à votre aise surtout si la ligne éditoriale ici vous dérange.

  5. Bien vu Arnaud! Et les « admirateurs » de Poutine n’ont qu’à faire leurs valises et aller s’installer dans le « paradis russe ». Il est quand même curieux que leurs citoyens qui en ont les moyens viennent s’installer à Londres ou dans les villas de la Côte d’Azur au lieu de vivre dans ce « merveilleux » pays. Quant à la liberté de s’exprimer en Russie, si vous n’êtes pas d’accord avec le pouvoir, constitué de « copains » de Poutines tous membres de l’ex KGB et corrompus jusqu’à la moelle, votre chemin risque de « croiser une belle perdue », ou une « lame de poignard » ou une « dose de poison ». peut-être est-il bon de rappeler ces choses.Mais nous nous éloignons de l’aéronautique….

  6. Si ces bombardiers voulaient réellement frapper l’UE,ils s’y prendraient autrement. Ces vols ne sont que de l’entrainement et du « chatouillement ».

  7. Les Trolls sont de sortis.
    Se qui est drole c’est que juste avant de consulter Avions Legendaires, j’était entrain de lire un article tres interessant sur la désinformation qui est orchestrée par la bande a proutine ! Cela fait quelque mois que l’on voit des trolls apparaitre sur différents site spéciéalisés pour nous faire croire que l’on est dans l’erreur et que la russie est le plus vertueux des pays. Apparement ceette facon de faire (la désinformation) aurait pour but d’influencer les élections a venir. Bizarrement il est entrain de se passer en France se qui c’est passé aux USA !

  8. Ils volent en limite de l’espace aérien, mais pas dans l’espace aérien. Ce que font régulièrement les forces de l’OTAN avec la Russie. De quoi nous plaignons nous?
    Il serait bon que nous comprenions que nos provocations à l’égard de la Russie qui ne cherchent pas la guerre puisse leur déplaire. Ils veulent peut-être nous envoyer un message pour nous dire qu’ils sont prêts à se défendre et que l’Europe entière est à leur portée, mais les méchants ce sont toujours les autres. Pour cela on n’échappe pas à la règle.

    • Sauf que l’OTAN ne viole jamais l’espace aérien de la fédération de Russie, ce qu’elle fait régulièrement notamment en Ukraine et dans les pays baltes. Donc sur ce coup là les méchants sont à chercher du côté de Moscou.

      • Plutôt que de chercher les méchants qui sont sûrement des 2 côtés, je trouverai plus judicieux de chercher à calmer les choses avant que ça ne dégénère, et c’est le risque que nous encourons.
        Penchons nous sur notre poutre avant de donner des leçons aux voisins. Pour ma part je cherche plutôt un moyen de survivre à une guerre qui on peut se demander si elle n’est pas inéluctable. C’est le seul sens de mon message.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom