Après les sapeurs-pompiers américains, c’est à leurs collègues policiers d’être conquis par le drone léger Indago conçu et réalisé par Lockheed-Martin. À ce jour ce sont onze services de police, toute au niveau d’une municipalité ou d’un comté qui ont été séduites aux États-Unis par cet engin de reconnaissance et d’observation quadrirotor. La majorité de ces unités est composée de SWAT, les Special Weapons And Tactics,  équivalents nord-américains de la BRI ou des antennes régionales du RAID en France.

Tout comme au sein de ces unités d’élites françaises les drones légers sont utilisés par les SWAT pour éviter d’avoir à envoyer des personnels ou des chiens en mission de reconnaissance permettant ainsi de préserver des vies. Le retour d’expérience entre les services spécialisés est énorme et très fréquent d’un côté à l’autre de l’Atlantique.

Or le rayon d’action du Lockheed-Martin Indago, de l’ordre de trois kilomètres, permet aux policiers d’élite de se renseigner avant un éventuel assaut totalement à l’abri des menaces. Mais surtout les très faibles émissions sonores du drone le rendent quasiment indétectable par ceux qui pourraient vouloir en découdre avec les personnels du SWAT. En outre son spectre de reconnaissance va de la simple caméra vidéo au système infrarouge, le tout bien entendu en connexion wifi permettant ainsi un traitement de l’image en temps réel par les spécialistes des forces de l’ordre.

Mais surtout l’un des avantages de l’Indago réside dans sa capacité à être très vite déployé, par des moyens les plus discrets possibles. Une fois ses pales repliées cet engin peut se ranger dans un sac à dos tandis que sa console de télépilotage ne dépasse pas la taille d’un gros ordinateur portable. Nul besoin donc d’un véhicule trop encombrant une simple voiture de patrouille suffit.
Bon comme on est aux États-Unis ce véhicule n’aura de léger que le nom et sera plus du genre SUV.

Au final les drones, marginaux il y a encore cinq ou six ans, sont en passe de devenir des outils aussi élémentaires aux policiers qu’un stylo à bille, un tonfa, ou encore un pistolet automatique.
Un progrès comme un autre, mais intéressant sur le fait qu’il peut préserver des vies.

Photo © Lockheed-Martin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom