Pour ce nouvel opus de notre saga, le premier depuis la refonte massive du site, je vous propose de nous intéresser aux forces aéronavales des antipodes : en Océanie. Des pays lointains, encore souvent inféodés à Sa Majesté la reine Elizabeth II au travers du commonwealth.

En fait, il faut savoir que les moyens aéronavales océaniens se limitent à deux pays, les principales puissances de la région : la Royal Australian Navy et la Royal New Zealand Navy. Deux forces très différentes l’une de l’autre, il faut bien le reconnaitre. La Papouasie-Nouvelle Guinée, le troisième pays le plus puissant d’Océanie dispose bien d’une petite force navale mais d’aucun aéronef qui lui soit rattaché. Les seuls hélicoptères dont quelques pilotes ont été formés, par les Américains, à évoluer depuis le pont ou la plage arrière d’un bâtiment sont deux Bell 212 appartenant à la petite force aérienne de ce pays.

Focus donc sur les éléments aériens de ces Royal Australian Navy et Royal New Zealand Navy.


La Royal Australian Navy

  • Le Bell 429 Global Ranger, hélicoptère d’entraînement, de liaisons, et de recherches-sauvetages, présent en mars 2017 à hauteur de trois exemplaires de la version 429N.

  • Le Bombardier Dash 8, avion de surveillance et de soutien aux essais en vol, présent en mars 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version Dash 8-200.
  • L’Eurocopter AS.350 Écureuil, hélicoptère d’entraînement, de liaisons, et de recherches-sauvetages, présent en mars 2017 à hauteur de 13 exemplaires de la version AS.350B2.

  • Le NH-Industries NH-90, hélicoptère de transport de troupes et d’assaut, présent en mars 2017 à hauteur de six exemplaires de la version MRH-90.

  • Le Sikorsky SH-60 Seahawk, hélicoptère de lutte anti-sous-marine et anti-navire, présent en mars 2017 à hauteur de 40 exemplaires des versions SH-70B2 et MH-60R.


La Royal New Zealand Navy

  • Le Kaman SH-2 Super Seasprite, hélicoptère de lutte anti-sous-marine, anti-navire, et de recherches-sauvetages présent en mars 2017 à hauteur de huit exemplaires de la version SH-2G.

On remarquera les très grandes disparités entre ces deux forces aéronavales.

Photos © Royal Australian Navy & Royal New Zealand Navy.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom