Info ou intox ? C’est encore le flou dans l’annonce faite par la télévision publique chinoise. Le chasseur biréacteur de nouvelle génération Chengdu J-20 serait désormais opérationnel dans les rangs de l’aviation chinoise, alors même que le premier vol de son prototype remonte à seulement six ans. Les ingénieurs de ce pays ont-il réussi le tour de force de franchir aussi vite toutes les étapes des essais en vol et de la présérie ? Ou bien est-ce là un abus de langage des Chinois pour tromper l’Occident ? Rien n’est moins sûr.

Car c’est en janvier 2011 que le prototype de ce chasseur de 5ème génération, assez similaire dans sa définition au Lockheed-Martin F-22 Raptor américain. Cependant le J-20 semble moins polyvalent que son homologue de l’US Air Force pourtant bien plus ancien. Certaines données semblent orienter les missions du chasseur chinois vers les seules missions air-air, notamment la supériorité aérienne.

En fait ce qui ne plaide pas vraiment en faveur des Chinois c’est leur incapacité notoire à développer et produire seuls (c’est à dire sans l’accompagnement technologique de la Russie ou du Pakistan) des avions de combat réellement efficaces. Le récent chasseur naval J-15 en est l’illustration flagrante.

Alors certes on pourrait opposer à cette démonstration l’existence du Chengdu J-10, un chasseur de génération 4.5, presque comparable au Rafale français ou au Typhoon européen. Cependant cet avion n’était pas aussi révolutionnaire (au sens aéronautique du terme) que le J-20 et son développement a pris bien plus que six ans !

Du coup que peut bien refléter cette déclaration chinoise d’entrée en service opérationnel du Chengdu J-20 ? Eh bien peut-être un abus de langage. En fait on a déjà remarqué que Chinois et Occidentaux n’avaient pas la même définition de l’entrée en service d’un avion. Aux États-Unis, en Europe, ou encore en Russie cela implique que l’avion a terminé sa phase d’essais et de présérie et peut désormais rejoindre une unité d’active. Pour les Chinois cela revêt parfois aussi les phases d’essais. De ce fait on comprendrait mieux pourquoi cet avion encore si mystérieux et mal connu entrerait déjà en service actif.

Quoiqu’il en soit le Chengdu J-20 n’a pas fini de faire parler de lui, voire de faire couler de l’encre.
Affaire donc à suivre.

Photo © Wikimédia Commons.

11 COMMENTAIRES

  1. Les chinois ont du mérite à développer seuls de tels machines. Je le trouve beau ce Chengdu J-20 tout comme son concurrent national, le shenyang FC-31 qui est la copie conforme du FA 22 raptor. Après niveau performances en vol ou au combat sa reste à voir. Mais n’oubliez pas, « Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera ».

  2. Oui il a vraiment un look à la firefox. La réalité dépasse la fiction. J’espère qu’il est moin performant que ne laisse imaginé son look de oufff.

  3. Il ne faut pas sous-estimer les chinois, ils ne sont pas plus cons que nous, ils ont maintenant des bonnes écoles et universités et ils sont bien plus nombreux…

    • Exact : plus nombreux donc plus de chances d’avoir des génies de l’ingénérie qui entre en service actif (pour rester dans le ton de l’article).

    • Le problème n’est pas de savoir s’ils ont de bons ingénieurs car la réponse est oui. La question est plutôt de savoir s’ils sont si bons qu’ils peuvent dépasser leurs homologues américains, européens, ou russes dans la diminution des temps nécessaires aux essais en vol.
      Après quand on voit les malfaçons qui existent sur le reste de leurs productions manufacturées on peut aisément se dire qu’il y a un (tout petit) souci autour de cet avion.

      • Je pense que c’est juste une façon comme une autre d’essayer d’impressionner le reste du monde et de dire  » nous aussi nous savons concevoir des machines complexes ». Mais tout comme vous je pense que cet avion est loin d’être au point que ce soit niveau avionique, système d’armes ou propulsion. Je pense que sa véritable entrée en service opérationnelle se fera après 2020. Après, cela n’est que mon opinion.

      • Alors peut etre que j’ai une partie pris quand je parle des avions chinois car je suis chinois mais je pense que objectivement se faire une idée sur la qualité d’un avion par rapport au produit bas de gamme importé de chine est une mauvaise habitude des francais.
        Ce n’est pas parce qu’un ‘importateur, souvent francais d’ailleurs, importe quelque chose de mauvaise qualité de chine que les chinois ne savent pas produire quelque chose de bonne qualité. Le but d’un importateur est d’acheter au meilleurs prix pour le revendre avec le plus de marge. C’est à cause de ca que la plupart des produits chinois vendu en France sont de mauvais qualité. Au contraire, les marques qui sous traite en chine impose une qualité minimal à leur fournisseur chinois qui sont tout a fait capable de bien faire les choses.
        Dans le matériel militaire, c’est la meme chose. Si tu veux de la qualité, il faut y mettre le prix et l’argent est pas ce qui manque le plus à l’état Chinois.

        • Mouais votre parallèle entre l’aéronautique chinoise et la confection et/ou l’électro-ménager chinois est à la limite du hors-sujet. Citez moi donc un seul aéronef civil ou militaire chinois opérationnel qui soit supérieur (ou même équivalent) à une machine similaire de conception américaine, européenne, ou même russe ?
          Bien sûr pas une copie locale type J-15 ou Z-8.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom