C’est un véritable évènement dans l’histoire aéronautique britannique. En cette fin de mois de mars 2017 la Fleet Air Arm a annoncé la mise à la retraite de l’ensemble de sa flotte d’hélicoptères de combat maritime et de lutte anti-sous-marine Westland Lynx. Ce disgracieux biturbine avait véritablement révolutionné la Royal Navy lors de son entrée en service opérationnel en 1978.

En fait seuls vingt-cinq Westland Lynx HMA Mk-8 étaient encore en service, assurant principalement pour la recherche et la traque des sous-marins ennemis croisant un peu trop près des eaux britanniques ou des bâtiments de la flotte de Sa Majesté.

Depuis plusieurs mois maintenant leur rôle de guerre anti-sous-marine pure et de combat maritime avait été repris par respectivement les AgustaWestland Wildcat HMA Mk-3 et les AgustaWestland Merlin HM Mk-2 nettement plus modernes. Il est à remarqué que le Wildcat est d’ailleurs directement dérivé du Lynx, en beaucoup plus contemporain.

C’est donc trente neuf années de bons et loyaux services qui s’arrêtent pour les Lynx, des hélicoptères qui sous la livrée grise de l’aéronavale britannique auront connu toutes les latitudes. Embarqués aux quatre coins du globe ou déployés dans des opérations diverses et variés, on en a retrouvé aux Malouines pourchassant les navires de guerre argentins ou encore dans le Golfe en 1990-1991 traquant les bâtiments de la flotte de Saddam Hussein. Et puis bien entendu le rôle pour lequel ils ont été conçu : détecter et (tenter de) détruire les submersibles soviétiques puis russes.

Alors il ne s’agit pas d’une fin définitive pour le félin des mers puisque des Lynx volent toujours un peu partout dans le monde, et notamment en Europe occidentale. De tels hélicoptères appartiennent aux aéronavales allemandes, danoises, et portugaises. Sans oublier bien entendu la Marine Nationale qui fait encore voler les siens, jusqu’à un remplacement qu’on annonce prochain au profit des Caïman et des futurs H160M récemment commandés.
Pour autant le Lynx n’a pas totalement terminé son service militaire au Royaume-Uni, où quelques exemplaires volent encore dans l’Army Air Corps pour des missions de reconnaissance armée et d’appui aérien.

Photo © UK Ministry of Defence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom