C’est l’information que beaucoup espéraient depuis plusieurs semaines, c’est Jean-Yves Le Drian le ministre de la défense lui-même qui l’a donnée. Le programme d’Hélicoptère Interarmées Léger (ou HIL) a été remporté par le biturbine européen de nouvelle génération Airbus Helicopters H160. Souvent considéré à tort comme l’ultime évolution de la famille Dauphin celui-ci aura la lourde charge de remplacer pas moins de cinq modèles d’hélicoptères dont la légendaire Alouette III.

Même si l’on ignore encore actuellement le budget de ce programme il s’avère d’ores et déjà historique par la quantité d’hélicoptères commandés : entre 160 et 190 exemplaires aussi bien pour les besoins de l’Armée de l’Air que de l’Armée de Terre ou que la Marine Nationale.

Car l’Airbus Helicopters H160 aura la lourde tâche de remplir toutes les missions dévolues actuellement aux SA.316B Alouette III et AS.565 Panther dans l’aéronavale, aux Gazelle et Fennec d’entraînement et de soutien opérationnel de l’ALAT, et même à une partie des Puma de l’Armée de l’Air ainsi que les Fennec de cette dernière. Le H160 devra donc aussi bien former de futurs pilotes que réaliser des missions de service public et d’évacuation sanitaire ou encore assurer les mesures actives de sûreté aérienne.

Mais l’un des obstacles auxquels vont se heurter les ingénieurs européens est l’inexpérience autour de cette machine dans les contrats de défense. En effet, le H160 a été pensé pour des missions commerciales et devra donc être adapté aux opérations militaires.
Ce futur H160M sera donc tout autant un ambassadeur de modernité pour nos militaires qu’une vitrine du savoir-faire européen.

Un nouveau grand en devenir ? Assurément.

9 COMMENTAIRES

  1. Le H160 est une superbe machine et lors de sa présentation, Airbus Hélicopters avait bien précisé que les futures évolutions militaires avaient été prises en compte. Voir les vidéos sur la chaine du constructeur.
    Mais j’aimerai une explication pour un programme d’hélicoptère léger, le ministre choisi un hélicoptère de moyen tonnage ?

  2. Personnellement je trouve cette machine magnifique.

    Maintenant pour les besoins de l’armée, je me demande si ce n’est pas faire la même erreur que le NH90 (pour le moment on verra dans le temps) car c’est un hélico techniquement et technologiquement avancée tout comme le NH90 qui aura donc probablement une empreinte assez lourde en maintenance et logistique.
    Et vu les climats et territoires auxquels il sera confronté (sable, eau de mer, etc…) je pense que ça va nous coûter très cher au final…
    Je reste persuader du bien fondé de disposer de deux parc distincts de machine, haute performance haute technologie pour les engagements durs et pour la seconde haute performance associé à rusticité.
    Je doute qu’on puisse faire faire à ce H160M ce que nos gazelles ont pu faire au fin fond du sahel par exemple sauf à disposer d’infrastructure adéquate et là on en revient à l’empreinte logistique.
    J’ajoute que ma réflexion vaut aussi pour le rafale et les mirages restants à solder, je trouve qu’aujourd’hui envoyer du rafale au dessus du sahel c’est comme envoyer une formule 1 sur une route de campagne, ça fonctionne mais ça coûte très cher…
    On verra 🙂 j’espère avoir tort mais les déboires du NH90 sur ces problématiques ne sont pas prêt d’être réglés donc….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom