Jamais depuis plusieurs années le risque d’engagement militaire entre les Américains et les Nord-Coréens n’a été aussi élevé. C’est un véritable jeu de pouvoir, un jeu mortel, qui s’est engagé depuis quelques jours entre le Président des États-Unis Donald Trump et le dictateur de Corée du nord Kim Jung-un. Or les Américains disposent d’une arme efficace dans la région pour permettre de faire plier son ennemi : la 7th Air Force, aussi appelée AFKOR pour Air Force in Korea. Ses avions de combat mais aussi ses hélicoptères de recherches-sauvetages et ses différents aéronefs de servitude seraient alors mis à rude épreuve.

Le poing armé de l’AFKOR est formé par les 8th et 51st Fighter Wing opérant respectivement sur General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon pour le premier et sur le même type d’avion mais aussi des Fairchild-Republic A-10A Thunderbolt II pour le second. Des moyens de combat parfaitement interopérables avec ceux en service dans les rangs de la Republic Of Korea Air Force.

Un Thunderbolt II à l’atterrissage sur le tarmac d’Osan AB.

Car c’est là que réside le secret de la 7th Air Force américaine, elle est totalement intégré au paysage sud-coréen. Ses pilotes, mécanos, et personnels de soutien travaillent main dans la main avec leurs collègues locaux. Et les entraînements conjoints sont fréquents, quasi hebdomadaires.

Le siège de l’AFKOR c’est Osan AB, la principale base aérienne américaine en activité dans le pays en 2017. C’est donc là que son regroupées toutes ses composantes. Outre les avions pré-cités on peut y croiser des Lockheed U-2S Dragon Lady appartenant au 9th Reconnaissance Wing. Les célèbres avions espions américains se sont fait une spécialité de survoler le territoire nord-coréen afin de surveiller ses activités militaires et industrielles, et notamment sa recherche d’une arme nucléaire et de vecteurs de frappes. Les vénérables monoréacteurs noirs trouvent ici pleinement leur place.

Cependant les F-16C/D du 8th Fighter Wing opèrent eux depuis Kunsan AB, l’autre grosse implantation de l’US Air Force dans la péninsule coréenne.

Deux Fighting Falcon de l’AFKOR prennent les airs pour une mission de défense aérienne.

L’une des autres unités particulièrement présente en Corée du sud est le 33rd Rescue Squadron et ses Sikorsky MH-60G Pave Hawk. Cette unité de soutien aux opérations spéciales mais aussi de recherches-sauvetages au combat entretient des implantations d’hélicoptères aussi bien à Osan AB qu’à Kunsan AB. Des appareils qui sont selon toute vraisemblance parfaitement aptes à opérer à l’intérieur du territoire nord-coréen, au cas où la situation l’exigerait.

Ce petit tour d’horizon des unités américaines présentes en Corée du sud doit vous permettre de mieux appréhender la situation actuelle. Si le Pentagone a largement su communiquer sur le déploiement de son porte-avions USS Carl Vinson c’est aussi pour mieux éviter de parler de l’AFKOR, une force présente dans le pays depuis les années 1950 et parfaitement entraînée et formée à affronter l’aviation mais aussi les forces terrestres et navales de la dernière dictature stalinienne de la planète.

N’oublions pas, au passage, que l’US Air Force et l’ensemble des composantes militaires américaines disposent d’unités déployées quotidiennement non loin de là au Japon. Une force qui pourrait rapidement venir en renfort en cas d’affrontement avec la dictature nord-coréenne.

Photos © Wikimédia Commons.

11 COMMENTAIRES

  1. Certes la population nord-coréenne vit dans l’ignorance totale voulu par ses dirigeants et pense avoir la meilleur nation et armée du monde mais je ne suis pas sûr qu’il en est de même pour les personnes les plus hautes placées de la dictature. A mon avis ces personnes ne sont pas totalement stupide pour vouloir un affrontement direct contre les USA, qu’elles sauraient perdu d’avance et qui signerai la fin de leur si charmante dictature.

  2. Les USS Reagan, Nimitz et leurs escortes seraient également en route. Les familles des militaires et diplomates américains sont en cours d’évacuation de la Corée du Sud.
    Pas bon signe. Espérons que la Chine agisse avant les USA.

  3. En réalité le USS Carl Vinson n’était pas en route pour foncer tout droit sur la Corée du Nord mais pour l’océan indien afin de réaliser des manoeuvres militaires avec la marine australienne. Ce n’est que très récemment qu’il a mis le cap sur la péninsule coréenne, bien après l’annonce tonitruante de Trump !

  4. Je suis tout a fait d accord avec Dimitri,
    Je pense que les vieillards généraux que l’on voit s’ afficher avec le dictateur de la Corée du Nord ne sont pas aussi séniles
    que l’on pourrait le croire.
    Si le peuple de ce pays dans son immense majorité survit dans une ignorance du reste du monde et sous le joug de la propagande, les médias occidentaux sont tout de même perçus par une minorité mais aussi par le pouvoir qui sait bien que ses rodomontades guerrières ne sont en fait la que pour tenir « le bon peuple » sous influence tant qu’ il le peut encore.
    La fuite en avant continue donc mais pour combien de temps , je ne crois pas à un affrontement direct la Chine sait ou est son intérêt et son vassal ne pèsera pas lourd a l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom