C’est l’information aéronautique du weekend. Dassault Aviation pourrait à l’horizon 2018 signer un nouveau contrat d’exportation avec l’Inde, touchant cette fois ci à 57 exemplaires d’une version export du Rafale M. Si tel était le cas ce serait un véritable camouflet pour les industries aéronautiques américaines et russes qui proposent elles aussi un jet de combat embarqué.

Jusque là les quatre-vingt quatre seuls Dassault Aviation Rafale vendus étaient des versions terrestres, monoplaces et biplaces. Un contrat portant sur cinquante-sept nouveaux avions aurait le mérite de pérenniser les chaînes d’assemblage de l’avion français tout en confirmant sa place désormais acquise d’avion de combat majeur sur les marchés internationaux.

Alors bien sûr le fait qu’il s’agisse de Rafale M est une nouvelle intéressante cependant il faut savoir raison garder, le marché des avions de combat embarqué est encore plus réduit que celui concernant les jets classiques, terrestres. Mais surtout cet intérêt indien surprend.

En effet le seul et unique porte-avions actuellement en dotation dans l’Indian Navy est l’INS Vikramaditya équipés de Mikoyan MiG-29S et d’hélicoptères Kamov Ka-31 et Westland Sea King. Or ce navire est du type STOBAR c’est à dire qu’il nécessite que l’avion décolle par la seule puissance de ses réacteurs et à l’aide d’un tremplin. Ce qui n’est pas la technique employée par notre Charles de Gaulle qui lui est un porte-avions CATOBAR utilisant un système de catapultages des avions. Comme ce qui se fait dans l’US Navy.

Cette grosse différence est notable, le Rafale M n’ayant été conçu que pour les porte-avions CATOBAR. Deux solutions s’offrent alors :

  • Que Dassault Aviation apporte des modifications en profondeur au Rafale M afin d’en faire tout à la fois un avion adapté STOBAR et CATOBAR, au risque de perdre certaines capacités offensives.
  • Que l’Indian Navy ait dans l’idée d’acquérir ou de construire un nouveau bâtiment type CATOBAR permettant l’utilisation du Rafale M.

Quoiqu’il en soit l’intérêt indien, s’il est confirmé, démontrerait que le Rafale est définitivement l’avion le plus abouti pour les besoins de cette super puissance loin devant les productions américaines et russes. Réponse dans les prochains mois, nous aurons le temps d’y revenir plus en profondeur.

Photos © ministère de la défense.

10 COMMENTAIRES

  1. Notons que les russes disposent déjà d’appareils adaptés à ces bâtiments, comme l’Inde. Quant au F-18, je ne suis pas sûr que Boeing soit si intéressé que çà pour si peu d’exemplaires à modifier. Bref, c’est jouable mais pas simple.

  2. Comme nous l’avons vu précédemment ce contrat va mettre des années à se boucler. Le rafale a donc un énorme avantage, car l’Indian Air Force la déjà choisi donc niveau standardisation des équipements et formation des pilotes et mécanos c’est le top. Et pourquoi pas un nouveau porte-avion indien construit en France? Bon là je rêve un peu beaucoup. Mais en tout cas un nouveau contrat pour le rafale serait super.

  3. Dassault a affirmé que selon les études de ses ingénieurs, le Rafale serait capable, sans aucune modification, de décoller d’un tremplin sur un porte-avion de type STOBAR.
    Aucun essais permettant de confirmer ces calculs théoriques n’ont toutefois été pratiqués.
    De sont coté l’inde a déclaré vouloir acquérir un porte-avion de type CATOBAR (décollage à l’aide d’une catapulte).
    DCNS est bien évidement sur les rangs pour la conception de ce bâtiment, mais on ne peut imaginer une fabrication en dehors de l’inde.
    Ce dont on peut toutefois rêver, c’est d’une conception commune entre les prochains porte-avions français et indien, le projet du pays continent étant de taille similaire au français.

  4. Les économies d’échelles seraient bénéfique pour l’Inde dans la maintenance et l’entretien. L’avenir nous dira si ils choisissent le Rafale M.

  5. L’inde a un projet de PAN à l’horizon 2030. Ils reconnaissent que la formule CATOBAR est la plus adaptée au besoin (avec possibilité de disposer d’une vraie capacité AEW sur E-2, un taux de sortie plus élevé, des capacité d’emport plus importantes …)
    Le MiG-29K a montré ses limitations (et ses problèmes).
    Le Tejas n’a pas les capacités requises (de leur propre aveu).
    En fait, l’avion le plus intéressant pour eux serait le F-35B … La formule Rafale M gréé en STOBAR est certes possible mais nécessite de faire une croix sur pas mal de capacités air-sol. Après, tout dépend de l’usage du PA et de la culture aéronavale indienne qui semble axée sur la chinoise, c’est à dire la défense aérienne.
    L’annonce est quand même surprenante ….

    • @Arnaud
      Il me semble que 2018 concerne 37 Rafale Air supplémentaires. Les 57 Rafale M ont été évoqués sans précision sur la date

      @Stef
      Le F-35B est un STOVL, qui doit avoir une réserve de carburant conséquente pour se poser en retour de mission et ne profite donc pas des brins d’arrêt
      « La formule Rafale M gréé en STOBAR est certes possible mais nécessite de faire une croix sur pas mal de capacités air-sol »: le « pas mal » est plutôt au conditionnel tant que des tests ne sont pas encore effectués

      • Le F-35B possède, c’est vrai, aussi ses limitations, dont l’une, la réserve de kéro avant l’appontage vertical. C’était pareil avec le Harrier, un appareil que les indiens connaissent bien.
        Sur les la capacité d’un Rafale STOBAR : je pense qu’on peut faire une croix sur les SCALP, déjà … Les configurations lourdes également.
        Après, il semble (au conditionnel, j’ai jamais pu trouver de doc officielle) que le F18 a été testé sur tremplin, avec une configuration maximale de 17 tonnes. Sachant, que le Rafale est plus léger de base et que son rapport poids poussé est supérieur au F18, on peut se retrouver avec des configs voisines de 18 tonnes, dont 10,2 tonnes de cellule, il faut rajouter 4.1 tonnes de kéro (bon, on est pas obligé de décoller avec le plein, on peut biberonner au ravitailleur après, à condition d’en avoir), ça fait donc 14,3 tonnes, reste 4.7 d’armement pour aller à 18 tonnes… ça ne fait pas bcp de GBU-12 sous les ailes si on colle des bidons…
        On doit pas être loin de ces ordres de grandeur (puis faut voir les specs brins d’arrêt à l’appontage aussi … c’est aussi un facteur limitant : vitesse vertical, masse à max à l’appontage …)
        Après, rien n’empêche de développer une version boostée du M-88 ….Ça peut changer la donne.

  6. Je ne pense pas que le Rafale soit capable d’apponter correctement sur l’INS Vikra. par mer forte.
    C’est un porte hélicoptère convertit, qui ne dispose pas des équipements nécessaires de stabilisation, comme sur notre PAN. Je reste convaincue que l’exploitation du Rafale sur leur navire va être problématique.
    La piste d’un programme pour la construction de PA type CATOBAR est plus évidente, surtout que nous avons un programme avorté dans les pattes ( projet avec le royaume unis), et le nombre d’appareils évoqué correspond a peu de chose au format utilisé par la Marine National pour un PAN.
    Il y a de grandes chances qu’un programme commun d’armement soit en gestation, car les besoins Français et Indien se réunissent dans le temps, le PAN CDG est déjà à mi-vie et il a démontré le besoin de disposer de sister ship.
    Donc, je pense que ces chiffres correspondent a l’expression de besoin concernant l’équipement d’un nouveau navire, pas a une commande ferme pour équiper un navire actuel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom