À moins d’un mois de l’ouverture du Salon du Bourget on pourrait se laisser dire que les dirigeants de l’avionneur russe Irkut sont parfaitement dans le timing. Ce dimanche 28 mai 2017 le nouvel avion de ligne biréacteur moyen-courrier MC-21 a effectué son vol inaugural, visiblement sans rencontrer le moindre souci. Un futur adversaire de poids pour Airbus et Boeing pourrait bien apparaitre sur le marché.

C’est depuis l’aéroport sibérien d’Irkoustk, où sont implantées les usines et bureaux d’étude d’Irkut que ce premier vol a eu lieu. Le biréacteur n’a tenu les air qu’une demi-heure, un temps qui peut paraître assez court par rapport à la moyenne des premiers vols occidentaux qui s’articulent plutôt autours des deux heures. D’ailleurs de nombreux observateurs ont noté que l’avion n’a pas beaucoup grimpé dans le ciel russe, ne dépassant pas les 3000 pieds.

Pour les dirigeants d’Irkut ce premier vol, réalisé par le pilote d’essais maison Oleg Kononnenko, a été un franc succès. Il aurait permis de valider toutes les conditions de vol.
On pourra largement en douter, trente minutes étant un temps trop court pour s’assurer que le MC-21 soit pleinement apte à entrer dans sa phase d’essais en vol complète.

En fait c’est donc clairement la concurrence des deux poids-lourds du domaine que sont l’Airbus A320 et le Boeing 737 que les ingénieurs et commerciaux de la société Irkut visent. Niveau esthétique on peut dire qu’ils ont vraisemblablement réussi, leur avion étant dans la lignée de ces deux modèles. Après il restera à savoir si l’avion peut dépasser le seul marché russe ou encore les pays placés sous la sphère d’influence moscovite. Ah oui argument de taille, l’Irkut MC-21 est annoncé environ 25% moins cher que l’A320 Neo ou le 737Max.

Cependant l’avion aura un challenge de taille à relever : faire oublier les nombreux échecs de l’industrie aéronautique russe dans sa tentative de s’implanter sur un segment qui lui a toujours été fermé. On se souvient de la famille du Tupolev Tu-204 censée concurrencer à la fois l’Airbus A320 et le Boeing 757 qui n’a pas dépassé les 85 exemplaires de série en plus de 25 ans de carrière. En dehors d’une compagnie charter égyptienne tous les utilisateurs de cet avion sont russes ou bien de pays directement alliés économiques et politiques de Moscou. On passera bien entendu sur l’échec phénoménal du Tupolev Tu-334 dont on annonçait qu’il allait grignoter des parts de marché au « petit » Airbus A318 et autres biréacteurs régionaux. Il n’a pas dépassé les deux prototypes.

C’est donc bien les espoirs de toute l’industrie aéronautique russe qui reposent désormais sur les épaules (ou plutôt les ailes) de l’Irkut MC-21. Pour autant au moment où ces lignes sont écrites le biréacteur sibérien n’est toujours pas annoncé au Bourget, même pas en exposition statique.

Photos © AFP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom