C’est ce qu’on appelle généralement une démonstration de force. Depuis maintenant deux jours huit bombardiers américains, appartenant aux trois types actuellement en dotation dans l’US Air Force, sont temporairement basés à RAF Fairford dans l’ouest de l’Angleterre. Selon le Pentagone, il s’agit d’une réponse aux demandes incessantes de l’OTAN de disposer de moyens de ripostes en Europe occidentale.

Le pilote et sa monture : le B-52H Stratofortress.

Ce sont donc trois Boeing B-52H Stratofortress, deux Northrop B-2A Spirit, et trois Rockwell B-1B Lancer qui ont traversé l’Atlantique et posé leur train d’atterrissage sur le célèbre tarmac britannique. Néanmoins rien à voir avec le Royal International Air Tatoo,  les bombardiers américains sont là à la demande expresse de l’état-major de l’OTAN.

Même si personne n’ose vraiment le dire clairement ces huit avions, et notamment les très discrets B-2A Spirit ont avant tout une mission diplomatique : calmer les ardeurs russes vis à vis de certains états membres de l’organisation atlantistes tels les trois états baltes. Il est notoire qu’entre leurs capacités intrinsèques d’avions furtifs et leur capacité de vol à basse voire très basse altitude ces ailes volantes pourraient largement pénétré l’espace aérienne russe longtemps avant d’être repéré par sa défense anti-aérienne.

Et c’est certainement sur cela que tablent les généraux américains : les capacités désormais bien connu de ces avions mais aussi des B-1B Lancer qui s’ils ne sont pas réellement furtifs ont une capacité de pénétration à basse altitude que leurs équivalents (copies ?) ex-soviétiques Tupolev Tu-160 Blackjack n’ont pas. Concernant le déploiement des B-52H Stratofortress c’est encore autre chose. Depuis la guerre froide ils sont connus comme les camions à bombes (conventionnelles ou nucléaires) de l’aviation et de la diplomatie américaines.

Malgré les années le B-52 impressionne toujours autant.

Reste que pour les nombreux spotters britanniques la présence en même temps sur une de leurs bases des trois modèles de bombardiers actuellement en service aux États-Unis doit être un sacré challenge. On peut s’attendre à voir apparaitre prochainement quelques jolis clichés. Autant trouver une forme de réconfort dans un déploiement qui en dit long sur la dégradation des relations entre l’OTAN et la fédération de Russie.

Photos © US Air Force.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom