À la crise diplomatique et économique qui existe désormais entre le Qatar et quatre de ses voisins du Golfe s’ajoute maintenant une crise aéronautique. La compagnie étatique Qatar Airways est désormais interdite sur les tarmacs et dans les espaces aériens bahreïnis, égyptiens, émiratis, et saoudiens. Une décision prise par ces quatre pays qui entrave grandement l’activité de cette compagnie.

À l’origine de cet imbroglio aéronautique la décision des gouvernements d’Arabie-Saoudite, du Bahreïn, d’Égypte, et des Émirats Arabes Unis de rompre toute forme de relation diplomatique avec leurs homologues qataris en raison d’un supposé lien de financement avec le terrorisme international. Quand on connait les liens avérés entre l’Arabie-Saoudite et certains groupes djihadistes salafistes on peut être assez circonspects sur ces déclarations.

De ce fait plus aucun avion civil qatari, et donc ceux de Qatar Airways, n’ont le droit d’emprunter les espaces aériens de ces quatre états souverains. Du coup aucun avion qatari ne peut plus stationner même temporairement sur les aéroports des dits états. Il aura fallu une dizaine d’heures à la compagnie aérienne pour rapatrier sa flotte d’avions de ligne, composée exclusivement d’Airbus et de Boeing, vers son aéroport base de Doha-Hamad.

Mais surtout l’interdiction de survol des territoires égyptiens et saoudiens compromet grandement l’activité du transporteur à destination des États-Unis et de l’Europe occidentale. En effet les avions de ligne sont obligés d’emprunter de nouvelles routes, au prix d’une consommation en carburant accrue. Pour autant cela ne se voit pas encore sur le prix des billets.

La situation risque de ne pas s’améliorer si on en croit les plus récentes déclarations de la diplomatie égyptienne qui désormais presse ses voisins jordaniens et irakiens d’en faire autant envers le Qatar. Affaire donc à suivre.

Photo © Wikimédia Commons.

2 COMMENTAIRES

  1. C’est une excuse officielle bidon, vous avez raison les liens de l’Arabie Saoudite avec le terrorismes sont plus ambigus mais c’est une lutte d’influence et de rayonnement international. Le Royaume saoudien veux rester leader des pays sunnites et viens de recevoir le feu vert de Trump pour le rester afin de lutter contre l’Iran, ce dernier pays élit lui ses élus contrairement aux saoudiens.
    Difficile pour Qatar Airways les temps à venir surtout que beaucoup de son personnel qualifié est occidental.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom