Dans l’histoire de l’aviation l’hélicoptère français Alouette II tient une place à part, de par sa motorisation alors si particulière mais aussi sa longévité évidente. Aussi il est toujours étonnant de découvrir une version aussi méconnue du grand public (et de beaucoup de passionnés) que le Gouverneur conçu pour un usage à destination des grands patrons et des hautes personnalités civiles et militaires. Un hélicoptère qui bien entendu ne dépassa pas le stade du prototype.

C’est à la fin de l’année 1956 que les dirigeants de la Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Est décidèrent de proposer à leurs clients une version de prestige de leur Alouette II, un appareil récemment mis en service et qui commençait à très bien se vendre. Cependant les ingénieurs hélicoptéristes ignoraient tout de la conception des aéronefs d’affaire et c’est pourquoi ils traversèrent l’Atlantique pour rejoindre celui qui était alors un des plus grands designers de son temps : Raymond Loewy.

Ce Franco-Américain d’alors 63 ans est un des plus grands noms du design industriel du vingtième siècle. On lui devait déjà des conceptions originales dans des domaines aussi variés que la publicité avec notamment les célèbres logos de la société pétrolière Shell et de la biscuiterie Lu, mais aussi des études dans le domaine de l’automobile de sport et de luxe. Pour Loewy ce marché avec la SNCASE est un retour aux sources, lui qui jeune se rêvait en ingénieur aéronautique.

Et force est de constater qu’il n’a pas lésiner sur le design. Finis l’armature métallique visible, elle était désormais habillée d’un entoilage blanc fermement riveté et recousu par dessus. Ainsi les rivets étaient invisibles de l’extérieur et de la cabine mais la structure demeurait accessible aux mécanos depuis le sol, une idée justement de Raymond Loewy. Les sièges passagers avaient également été redessinés de manière à les rendre plus confortables et surtout moelleux.

Toute la phase de tests, en fait une petite dizaine d’heures en réalité, fut confiée au célèbre pilote d’essais Jean Boulet. Celui-ci fut le premier à remarquer que le nouvel hélicoptère, désigné Alouette Gouverneur puis SE.3130 Gouverneur, était un peu lourd et avait finalement perdu de la légendaire manœuvrabilité de l’Alouette II. Peu importait pour les responsables de la SNCASE qui comptaient le bien présenter aux professionnels et au public lors de l’édition 1957 du Salon du Bourget. Ce fut chose faite le 30 mai.

Quelques jours plus tard c’est le Président de la République lui-même, à cette époque René Coty, qui fit un vol à bord. Jean Boulet se trouvait toujours aux commandes. En fait le Chef de l’État voulait impressionner son homologue américain Dwight Eisenhower lors d’un sommet international au château de Versailles. Le Gouverneur se posa dans la grande cour du célèbre palais de Louis XIV.

Pour autant cela ne suffit pas à permettre la commercialisation du SE.3130 qui fut tout bonnement abandonné par Sud-Aviation peu de temps après la fusion qui lui donna naissance. Le Gouverneur fut renvoyé en usine, désossé, et remis en condition de vol en tant que SA-318 Alouette II. Quand à Raymond Loewy il devait finalement retravaillé dans l’industrie aéronautique quelques années plus tard, réalisant les aménagements intérieurs des Boeing VC-137D de l’US Air Force et des Concorde d’Air France. Il s’est éteint à l’âge de 92 ans en 1986.

Prenez le Gouverneur, ajoutez-y un Fenestron, arrondissez un peu les formes, et vous obtenez une Gazelle !

Photos © service historique de la défense.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom