La situation commence à sérieusement irriter au siège de la célèbre compagnie aérienne irlandaise. Ce vendredi 25 août 2017 un Boeing 737-800 appartenant à Ryanair a été contrait de dérouter son avion et de se poser sur le territoire français en vue de l’expulsion de trois passagers particulièrement alcoolisés. Le biréacteur réalisait une liaison régulière entre Londres et l’île espagnole d’Ibiza.

En fête les trois fauteurs de trouble ont semble t-il réussi à monter à bord en état avancé d’ébriété puis auraient persisté dans la consommation d’alcools forts à bord de l’avion. Rappelons que ces boissons ne sont pas gratuites sur les vols à bas coûts. C’est seulement trente minutes après le décollage, et suite aux demandes répétées des personnels navigants commerciaux, que le commandant de bord a décidé de se dérouter vers l’aéroport girondins de Bordeaux-Mérignac. En lien permanent avec le contrôle aérien français le pilote de ligne informait les autorités du comportement de ces trois énergumènes.

Pis à l’arrivée sur le sol français il semble que la situation ait passablement énervé ces citoyens britanniques d’une vingtaine d’années, qui avaient décidé d’aller passer quinze jours de fêtes et de beuveries à Ibiza. Ils s’en seraient pris physiquement aux gendarmes de l’air venus les «accueillir» sur le tarmac bordelais. Mauvaise idée si vous voulez mon avis…

Cet incident n’a rien d’une première, à l’image des seize passagers évacués à Beauvais il y a quatre ans sur un vol Glasgow-Ibiza. Et il s’agissait déjà d’un avion de Ryanair. Alors peut-être serait-il utile que la compagnie aérienne revoit ses process concernant sa politique au profit des passagers ayant consommés de l’alcool avant l’embarquement. Car il en va aussi de l’image de marque de celle-ci. On remarquera que dans les deux cas l’avion allait du Royaume-Unis à Ibiza, ce ne sont donc pas les autorités aéronautiques espagnoles qui sont à blâmer sur ce coup là, mais bien leurs homologues britanniques.

Photo © Wikimédia Commons.

10 COMMENTAIRES

  1. Mouais… au delà du réel désagrément causé aux dizaines d’autres passagers, il ne faut pas oublier le coté sécurité : Quels seraient les risques ? Je doute qu’ils puissent ouvrir une porte, mais il doit bien y en avoir…

    • Sans aller jusqu’au risque de dépressurisation de l’avion il existe un danger vis à vis des accès de violence à l’encontre des passagers et/ou des PNC.

  2. Si on veut enrayer ce phénomène je pense qu’il fait des lois strict et sévère pour ce type de comportement en avion car c’est la sécurité de tous qui est en jeu.
    On pourrait par exemple appliquer dans l’UE l’interdiction de prendre l’avion durant 3 ans ou l’obligation de réaliser un test d’alcoolémie avant embarquement durant 5 ans.

    • Réaliser un test d’alcoolémie sur les passagers ? Ah bah ça va copieusement rallonger les temps d’attentes aux aéroports et la police aux frontières serait ravie de cette nouvelle mission. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom