Certains médias américains n’hésitent déjà plus à comparer l’ouragan qui vient de déferler sur le Texas avec Katrina, celui qui avait ravagé la Nouvelle Orléans il y a douze ans et tué plus de 1800 personnes dans le sud des États-Unis. Et une fois encore ce sont les hélicoptères de l’US Coast Guard qui ont été le plus souvent déployés pour venir en aide aux sinistrés de l’ouragan Harvey. Les coasties ont utilisés leurs appareils pour hélitreuiller les victimes menacées de noyades.

Depuis ce dimanche 27 août 2017 et l’accalmie des vents les hélicoptères MH-60T Jayhawk et MH-65D Dolphin des gardes-côtes américains ont donc reçus pour missions de sillonner la ville de Houston et ses faubourgs à la recherche de sinistrés à secourir. Leur mission est rendue plus délicate par les trombes d’eau qui s’abattent sur le Texas et la Louisiane.
D’autres hélicoptères oranges et blancs ont eux été mis en pré-alerte aux abords de la Nouvelle Orléans.

Les visages exténués de ces sinistrés texans à bord d’un MH-60T en dit long sur ce qu’ils ont vécu.

À situation exceptionnelle dispositif exceptionnel puisque l’US Coast Guard a même déployé au-dessus du Texas inondé deux avions de reconnaissance : un Airbus Defense & Space HC-144A Ocean Sentry et un Alenia HC-27J Spartan. Leur rôle n’est pas uniquement de repérer les éventuels personnes en difficulté et ensuite de guider les hélicoptères de sauvetage, ils assurent aussi la mission de postes de commandement aéroporté. Ce mercredi 30 août 2017 alors que les digues qui encerclent et protègent la capitale économique texane risquent de céder et donc de plonger certains quartiers sous plus d’un mètre cinquante d’eau un second avion de reconnaissance est attendu en renfort. Il s’agit d’un Lockheed-Martin HC-130J Hercules venu spécialement d’Alaska, c’est à dire de l’autre bout du pays, voire même de l’Amérique du nord.

Au-delà de tout ce débarquement de forces l’intervention des gardes-côtes américains est avant tout une formidable aventure humaine. Des dizaines et des dizaines de sinistrés, femmes et hommes, de tous âges, de toutes confessions, de toutes origines ne doivent leur survie qu’au professionnalisme et au dévouement des coasties qui depuis quatre jours ne comptent ni leurs heures ni leur fatigue. Un message fort adressé à ceux qui il y a quelques semaines montraient un tout autre visage de l’Amérique, un visage de haine et de xénophobie. L’Amérique sait aussi et surtout être solidaire et unie. Ses sauveteurs du ciel en sont la preuve flagrante !

MH-60T Jayhawk et HC-27J Spartan sur le front !

On ignore encore combien de jours les pilotes et équipages de l’US Coast Guard seront obligés de rester sur zone. Mais il faut savoir que certains viennent aussi bien des bords des Grands Lacs que de Californie, d’Hawaï, ou de New York. Et tous n’ont qu’une seule idée en tête : sauver des vies !

Photos © US Coast Guard.

2 COMMENTAIRES

  1. Le Spartan et le Casa (HC-144A) sont deux avions de gabarits à peu près similaires (le fuselage du premier étant toutefois plus large que le second). On peut s’étonner de l’emploie de deux modèles différents au sein de l’U.S.Coast Guard, pour une même taille d’appareil, la pratique n’étant pas économique.
    Les garde-côtes ont en quelque sorte hérité de 14 Spartane, dont les autres corps d’armée ne voulaient plus.
    Le programme Join Cargo Aircraft prévoyait la production de 135 Spartan pour la Garde Nationale, l’Air Force et l’Army, mais il fut abandonné en 2012 après que 28 appareils furent construits, dont 14 « refilés » aux Coast Guard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom