Pour ce dernier opus des vacances d’été de notre saga sur les forces aériennes du monde nous vous proposons de prendre la direction de l’Argentique et donc de nous intéresser à la Fuerza Aérea Argentina. À l’instar de plusieurs autres forces similaires, telle l’US Air Force, elle a obtenu son indépendance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avant de monter en puissance durant les années de Guerre froide, jusqu’à son apogée dans les années 1980 quand elle affronta en première ligne les forces britanniques lors de la guerre des Malouines.

Comme vous allez le découvrir cette Fuerza Aérea Argentina n’est plus aujourd’hui une force aérienne majeure en Amérique du sud, ne possédant d’ailleurs plus depuis près de deux ans une aviation de chasse digne de ce nom. Cependant elle peut encore s’appuyer sur une flotte d’avions et d’hélicoptères dont certains de construction indigène particulièrement efficace.

L’Argentine ne possédant pas sa propre nomenclature, les aéronefs vous sont donnés dans l’ordre alphanumérique de leurs constructeurs.

  • L’Aérospatiale SA.315 Lama, hélicoptère de liaisons et de secours en montagne, présent à l’été 2017 à hauteur de quatre exemplaires de la version SA.315B.

  • Le Bell 212, hélicoptère de transport et d’assaut, présent à l’été 2017 à hauteur de sept exemplaires de la version 212A.

  • Le Bell 412, hélicoptère de liaisons et de recherches-sauvetages en mer, présent à l’été 2017 à hauteur de quatre exemplaires de la version 412HP.

  • Le Boeing 737, avion de transport de hautes personnalités, présent à l’été 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version 737-500.

  • Le Boeing 757, avion de transport présidentiel, présent à l’été 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version 757-200.

  • Le Bombardier Learjet 35, avion de reconnaissance tactique et de cartographie aérienne, présent à l’été 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version Learjet 35R.

  • Le Bombardier Learjet 60, avion de transport de hautes personnalités et d’évacuation sanitaire présent à l’été 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version Learjet 60M.

  • Le De Havilland Canada DHC-6 Twin Otter, avion de soutien aux opérations polaires et d’évacuation sanitaire, présent à l’été 2017 à hauteur de cinq exemplaires de la version Twin Otter 200.

  • L’Embraer Emb-312 Tucano, avion d’entraînement intermédiaire et de reconnaissance, présent à l’été 2017 à hauteur de 14 exemplaires de la version Emb-312A.

  • L’Embraer Emb-810 Seneca, avion de transport léger et de liaisons, présent à l’été 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version 810C.

  • Le FMA IA-58 Pucarà, avion d’appui aérien et de reconnaissance armé, présent à l’été 2017 à hauteur de 32 exemplaires des versions IA-58A et IA-58D.

  • Le FMA IA-63 Pampa, avion d’entraînement avancé et d’appui aérien rapproché, présent à l’été 2017 à hauteur de 18 exemplaires de la version IA-68A.

  • Le Fokker F28 Fellowship, avion de transport de personnels et d’évacuation sanitaire, présent à l’été 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version F28-4000.

  • Le Grob G.120, avion d’entraînement de base, présent à l’été 2017 à hauteur de 10 exemplaires de la version G.120TP.

  • Le Lockheed C-130 Hercules, avion de transport tactique, présent à l’été 2017 à hauteur de quatre exemplaires des versions C-130B, C-130H, et L-100.

  • Le Lockheed KC-130 Hercules, avion de ravitaillement en vol et de soutien logistique, présent à l’été 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version KC-130H.

  • Le McDonnell Douglas MD-500, hélicoptère d’observation armée et de liaisons, présent à l’été 2017 à hauteur de 10 exemplaires de la version MD-500D.

  • Le Mil Mi-17, hélicoptère de manœuvre et de soutien aux opérations polaires, présent à l’été 2017 à hauteur de cinq exemplaires de la version Mi-17I.

  • Le Saab 340, avion de transport léger et de soutien d’état-major, présent à l’été 2017 à hauteur de quatre exemplaires de la version 340B.

  • Le Sikorsky S-70, hélicoptère de transport présidentiel, présent à l’été 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version S-70A.

  • Le Sikorsky S-76 Eagle, hélicoptère de transport d’état-major et de liaisons, présent à l’été 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version S-76A.

  • Le Tecnam P.2002 Sierra, avion d’entraînement de base et de sélection, présent à l’été 2017 à hauteur de six exemplaires de la version P.2002JR.

On remarquera la taille plutôt surprenante de l’aviation de soutien aux hautes personnalités, notamment en comparaison de la taille modeste de celle de transport militaire classique mais il faut savoir que cette dernière mission est partagée avec l’armée et l’aéronavale locale. Par ailleurs une quarantaine de IA-63 Pampa de seconde génération est en commande tandis que tous les Tecnam P.2002 n’ont pas encore été livrés. Enfin, il est à noter que l’Emb-810 est une version brésilienne du célèbre Piper PA-34 civil.

9 COMMENTAIRES

  1. Selon plusieurs sources datant du moi de mai, l’Argentine serait en négociation avec la France, pour l’achat de 12 Super-Etendards à hauteur de 12 millions d’euros.
    Mais par le passé la presse avait aussi évoqué des négociations en cours avec Israel pour la vente de Kfirs et avec la France pour la vente de Mirages F1.

    Trente cinq ans après, la plaie de la guerre des Malouines n’est toujours pas refermée, puisque l ‘Angleterre oppose son véto à la vente de tout appareil, contenant des pièces britaniques, et qui donnerait à l’Argentine une allonge lui permettant d’agresser les îles Malouines.

    • J’ai eu d’autres sources qui expliquent que cette volonté argentine n’aboutira vraisemblablement pas, pour la même raison que les Argentins ont échoué il y a deux ans dans leur volonté d’acheter des Sukhoi Su-24 de seconde main auprès de la Russie : les banques refusent de suivre, l’économie du pays est encore trop peu fiable pour ne pas dire franchement pourrie. C’est pourquoi je n’ai pas abordé le cas dans le corps du sujet mais je me doutais bien que quelqu’un en parlerait dans les commentaires.
      Début 2016 les Argentins avaient aussi cherché à acquérir des F-16A & B auprès de l’US Air Force, des avions actuellement stockés à Davis Monthan AFB. Là encore ils essuyèrent un cuisant mais franc refus.

  2. Bon l’Angleterre peut dormir sur ses deux oreilles pour l’instant alors !
    Et la France devra trouver un autre destinataire pour ses S.E.M …

  3. Petite question : pour piloter les avions que je qualifie de « lourd » (fokker 28, c130, etc…) les entrainement avancé se font sur les mêmes appareils que les avions « légers »? Car passer d’un FMA IA-63 Pampa à un c130 y a une sacré différence!

    • Un Pampa est un avion de chasse alors qu’un C-130 est un avion de transport, ce n’est pas la même filière de formation. Je ne connais pas le cursus argentin mais en général les deux filières on un tronc commun au départ (il pourrait se faire par exemple sur Tecnam 2002 puis sur Grob 120) et en suite la formation avancée chasse pourrait se faire sur Tucano puis Hawk ou Pampa et la formation avancée transport sur un bimoteur plus gros.
      Mais un pilote destiné au transport ne monte pas dans un Pampa ou un Hawk normalement.
      Après l’aviation Argentine est plutôt en déliquescence donc je suppose qu’ils font un peut ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom