Pour une fois que les êtres humains n’ont pas dans l’idée de massacrer ces animaux, il est bon de le relever. Depuis quelques semaines maintenant des spécialistes des drones et des biologistes marins australiens se sont associés pour lancer un programme d’observation aérienne des requins dans la baie de Sidney. Il s’agit tout autant d’étudier ces animaux que de prévenir les risques d’attaques contre des surfeurs, omniprésents dans le secteur.

Pour ce faire les ichtyologues et passionnés du programme Shark Spotters se sont alliés à l’université technologique de Sidney ainsi qu’à la société Little Ripper qui fabrique des drones civils de travail aérien. Dans le cadre de ce programme elle a mis à disposition du programme deux de ses hélicoptères sans pilote Life Saver, une machine d’environ deux mètres de long capable de tenir les airs plus de trois heures dans un silence quasi total tout en respectant l’environnement. En effet électrique il n’est donc nullement polluant.

Car ce double objectif est primordial pour les scientifiques dans un pays où les régulière attaques de requins contre des baigneurs ou des surfeurs ont rendu l’animal particulièrement haït. Il faut bien reconnaitre que la majorité de ces attaques pourraient être évitées, notamment si les surfeurs respectaient les zones fréquentées par les squales.

En attendant les deux drones Life Saver vont sillonner les secteurs où la présence de surfeurs et de requins a été démontrée. Équipé d’une caméra vidéo wifi il permettra en temps réel de donner la position des cartilagineux tandis qu’un mégaphone embarqué aura la capacité d’avertir les sportifs… à condition qu’ils n’aient pas trop d’eau dans les oreilles.

Si les résultats de ce programme venaient à être validés et à démontrer l’intérêt des drones dans la surveillance des squales il serait intéressant que la France s’y intéresse. Rappelons que l’île de la Réunion est elle aussi une zone de reproduction habituelle pour plusieurs espèces de grands requins dont le requin-tigre et le requin-bouledogue, deux espèces considérées comme dangereuses pour l’homme.

Si la prévention via les drones permet à l’avenir d’éviter les désastreuses campagnes d’abattages de requins aux abords des plages ce sera une véritable victoire pour les défenseurs de ces magnifiques animaux ! Sur le coup je pourrais même me mettre à apprécier les drones.

Photo © AFP.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom