C’était dans les cartons depuis plusieurs mois, c’est désormais officiel : l’AgustaWestland AW.139 est en lice pour succéder au Bell UH-1N dans les rangs de l’US Air Force. Et c’est le géant Boeing Company qui s’est associé à l’hélicoptériste européen pour proposer une version spécifique de l’appareil désignée MH-139 et clairement adaptée aux besoins des aviateurs américains. L’appareil semble en fait assez proche dans sa définition des HH-139 en service dans l’Aeronautica Militare Italiana.

En fait c’est un peu contraints et forcés que les généraux américains doivent considérer certains hélicoptères car s’il en avait tenu qu’à eux seuls l’US Air Force n’aurait fait aucun appel d’offres et se serait contenter de commander en série le Sikorsky HH-60U conçu spécifiquement à leur demande. Mais c’était compter sans les responsables politiques du pays.

Le Congrès américain, craignant certainement un nouveau scandale pour irrégularité dans l’attribution des marchés de défense, a donc décidé d’obliger l’US Air Force à s’essayer à d’autres machines que cette nouvelle évolution du Blackhawk.

Mais alors l’AgustaWestland MH-139 a t-il ses chances ? Oui et non en fait.

  • Oui, si on tient strictement compte des questions aéronautiques tant l’hélicoptère européen semble tailler pour remplacer les Twin Huey dans la majorité de ses missions à l’exception bien sûr de l’assaut et des manœuvres. Ça tombe bien l’US Air Force utilise ses Bell UH-1N pour des missions de sécurisation et de surveillance de ses sites les plus sensibles, à savoir les bases de lancement des missiles balistiques intercontinentaux.
  • Non, si on se réfère au fameux slogan si cher à Donald Trump : «America First», c’est à dire l’Amérique en premier. Or même si l’accord passé entre Leonardo (la maison mère d’AgustaWestland) et Boeing prévoit une fabrication sur le sol américain le MH-139 n’est pas un hélicoptère conçu aux États-Unis. Et dans pareil cas la Maison Blanche ferait forcément pression pour qu’un hélicoptère «made-in USA» remporte le contrat.

Reste que comme toutes les grandes forces aériennes internationale l’US Air Force doit agir avec au-dessus d’elle l’épée de Damoclès des réductions budgétaires. Et là pas sûr que Sikorsky soit capable de proposer un HH-60U au prix d’un AW.139, même spécialement adapté.

C’est fin 2018 que le Pentagone devrait rendre sa décision, d’ici là d’autres compétiteurs pourraient voir le jour. Pourquoi pas du côté d’Airbus Helicopters ?

Photo © OTAN.

6 COMMENTAIRES

  1. Côté Airbus Helicopters, l’équivalant de l’AW-139 en taille serait le H160. Mais l’U.S. Air Force voudrait-elle d’un hélico encore en développement, bien que l’armée française l’ai choisi pour son Hélico Interarmée Léger ?
    Et son prédécesseur le Dauphin, serait surement considéré comme dépassé par rapport à l’AW-139. Sur le marché civile il marque le pas par rapport à l’AW-139.

    • Si vous prenez stricto senso oui ce sera le H160M mais en fait un hélicoptère comme le UH-72 Lakota serait parfaitement adapté à ce programme. D’autant que déjà en service dans l’US Army et l’US Navy c’est une machine que les pilotes et mécanos américains connaissent déjà !

      • Pas le même gabarit mais pourquoi pas. La France a bien choisi le H160 comme hélicoptère « léger » alors à l’inverse pourquoi pas un appareil plus petit pour remplacer les Bell UH-1N

  2. A propos du Lakota, le 400ème a été livré à l’armée US, il en reste 12 à livrer jusqu’en février 2018, et il se dit qu’une commande supplémentaire serait envisagée, cette fois dans la version T2, avec puissance accrue et fenestron.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom