Complètement oubliée des médias nationaux français la mission de nos pilotes et équipages dans la guerre contre Daech est pourtant toujours bel et bien une réalité palpable. En trois ans d’existence Chammal a largement permis de démontrer les capacités des forces françaises à réaliser tous types de missions dans les airs comme à terre, dans le combat autant que dans la recherche du renseignement. Et elle a aussi participé à un succès industriel : le Dassault Aviation Rafale étant désormais totalement combat proven.

Pour mémoire c’est le 19 septembre 2014 que le Président de la République François Hollande ordonne le déploiement d’avions de combat français au-dessus des territoires irakiens conquis par l’autoproclamé État Islamique. Si ceux-ci prennent dans un premier temps la forme de vols de reconnaissance ils se muent très rapidement en véritables missions d’attaque au sol et d’appui aérien rapproché. Désormais les Rafale sont partout dans les cieux irakiens, à tel point même que l’Armée de l’Air deviendra rapidement la deuxième plus importante force en nombre de missions de combat derrière l’omniprésente US Air Force et devant la pourtant si puissante Royal Air Force.

Après les attentats revendiqués par Daech contre Saint-Denis et Paris au soir du 13 novembre 2015 contre Nice le 14 juillet 2016 et enfin contre un prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray douze jours plus tard l’opinion publique française va progressivement voir d’un autre œil cette force Chammal qui se bat à plusieurs milliers de kilomètres de la France. Ses pilotes, équipages, et mécanos sont désormais au cœur de l’actualité. Mais pour combien de temps ?

Car aujourd’hui le soufflé est retombé, plus grand monde en France ne se souvient que nos combattants œuvrent au-dessus de l’Irak et de la Syrie dans la traque des djihadistes. Combien savent par exemple qu’au cours de la dernière semaine les Rafale français appartenant à la force Chammal ont réalisé un total de 26 missions de combat dont six se sont soldées par des tirs de munitions ayant à chaque fois fait coup au but ?

Et oui c’est aussi ça l’engagement de nos aviateurs et de nos marins dans les cieux du Proche-Orient : mener des missions en toute humilité mais avec un professionnalisme sans limite. Et pourquoi au juste ? Pour protéger l’Europe, car c’est depuis les territoires tenus par Daech que sont la plus part du temps donnés les ordres de terroriser et de tuer.
Alors oui n’en déplaise à certains mauvais coucheurs la force Chammal est autant utile à notre pays que la force Sentinelle ou que les opérations de police et de gendarmerie car la menace djihadiste est globale.

Photo © Armée de l’Air.

6 COMMENTAIRES

  1. Depuis quelques mois la France a réorganisé son dispositif en réservant les Rafales à l’opération Chammal en Irak et Syrie, et les Mirages 2000 à l’opération Barkhane au Sahel, les premiers opérant depuis une base aérienne de Jordanie et les seconds depuis N’Djamena au Tchad.
    Officiellement ce redéploiement répond à un besoin de rationaliser la maintenance des appareils. Selon certaines sources c’est l’U.S. Air Force qui aurait demandé le départ des Mirages 2000D du champs de bataille, ces derniers disposant d’une autoprotection trop faible. L’Armée de l’air a toutefois démenti cette version des faits. La rénovation de 55 Mirages 2000 D, avec un liaison 16, un modem Rover, le remplacement des Magic par des Mica, l’ajout d’une nacelle canon, va peut-être leur permetre

      • L’autoprotection contre les missiles air-air et sol-air est en partie la même. Sur le 2000D on estime quelle est d’un niveau inférieure à celle des Mirages F1 réformés.
        Concernant ses capacités de ripostes contre un autre aéronef, son radar Antilope V ne possède pas de mode air-air et il n’est équipé que de deux « vieux » Magic. Certes la probabilité de rencontrer un aéronef de DAECH est quasi nulle, mais les Etats Unis s’inquiéteraient d’éventuels mal entendu avec les russes ou les syriens.
        De surcroit le 2000 D ne possède pas de canon, alors que celui-ci est souvent utilisé en appui rapproché.

  2. La place occupée par l’officier navigateur dans les Mirage biplaces comme le 2000D, a obligé Dassault a retirer le canon présent sur les 2000 monoplaces.
    La rénovation des 2000D prévoie. entre autre l’ajout d’une nacelle canon en extérieur, sous l’aile ou à l’avant gauche, sur l’entrée d’air, en symétrie de la nacelle de désignation laser, qui est côté droit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom