C’est un véritable choc dans le microcosme aéronautique britannique. La célèbre compagnie aérienne privé Monarch Airlines a été officiellement placée en faillite ce lundi 2 octobre 2017, mettant ainsi (temporairement ?) fin à cinquante ans d’exploitation ! Désormais la priorité numéro une des autorités aéronautique d’outre-Manche est le rapatriement des passagers concernés.

Car cette décision autant judiciaire qu’économique a pour effet l’annulation immédiate et sans condition de tous les vols commerciaux de Monarch Airlines. Les vingt-cinq Airbus A321 et dix A320 de la compagnie sont donc cloués au sol sur ordre direct d’Andrew Haines l’actuel patron de la Civil Aviation Authority. Un Boeing 737-800 volait bien jusque là sous les couleurs de la compagnie mais était en fait loué au transporteur turc Pegasus Airlines. Il est vraisemblable qu’il lui soit rendu dans les prochains jours.

La déclaration de faillite de Monarch Airlines est un véritable séisme au Royaume Uni car c’est la plus grosse de l’histoire de ce pays pour une compagnie aérienne. Il faut dire que depuis sa création en 1967 la compagnie avait su se tailler une réputation de transporteur efficace, aux avions irréprochables, et au professionnalisme de ses personnels sans faille.

En fait cette faillite était relativement prévisible. Les dirigeants de la compagnie avaient annoncé des difficultés après la victoire du Brexit, leurs avions réalisant principalement des liaisons aériennes avec des pays européens à l’exception de quelques aéroports d’Afrique du nord. En France notamment leurs Airbus A320 et A321 étaient régulièrement vus sur les plateformes grenobloises et lyonnaises, notamment durant la période des sports d’hiver.

Pour beaucoup d’experts financiers britanniques l’exemple de Monarch Airlines risque de se reproduire dans le transport aérien local après la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Et avec à la clef à chaque fois des centaines d’employés sur le carreau.

Photo © Wikimédia Commons.

4 COMMENTAIRES

  1. Je confirme pour la plate-forme grenobloise, du moins de st-etienne-de-st-geoirs. J’habite pas loin et de décembre à mars je voyais les monarch faire sans cesse des aller-retour depuis l’Angleterre. Il m’est même arrivé plusieurs fois de faire du spotting un samedi après-midi au bord de la piste. L’endroit y est particulièrement opportun pour cette activité. Le taxiway et la piste sont très proche de la cloture. La plus belle photo que j’ai faite est celle d’un A330-200, que la compagnie opérait il y a encore 2 ans, sur fond de couché de soleil et des montagnes derrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom