L’affaire a de quoi prêter à sourire mais elle tourne carrément à l’incident diplomatique entre la France et le Canada. À l’origine la découverte d’une manœuvre frauduleuse de la part de la compagnie aérienne Sunwing Airlines, basée à Toronto, qui a consisté à servir à plus d’un demi-million de ses passagers du vin mousseux en lieu et place du champagne. Ce qui, reconnaissons-le, pour nous autres Français est à la limite du crime de lèse-majesté !

À l’origine de l’affaire un vacancier québécois qui en partance pour Cuba à bord d’un des Boeing 737-800 de la compagnie s’est vu servir par une hôtesse une coupe de vin mousseux en lieu et place du fameux breuvage français. Car rappelons-le on ne peut nommer champagne que du vin pétillant vendangé et mis en bouteille dans la région rémoise. Les AOC (pour Appellations d’Origine Contrôlée) ne sont pas exactement des vues de l’esprit. Le passager l’a immédiatement fait remarquer aux personnels navigants commerciaux qui ont persisté dans le service.

Peu de temps après son retour de villégiatures le vacancier a porté plainte près de son domicile. L’affaire aurait pu demeurer strictement intérieure au Canada si le puissant CIVC (pour Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne) ne s’en était mêlé. Il a déposé un référé devant le tribunal de commerce de Reims, compétent pour toutes les affaires ayant trait au champagne. En fait le CIVC exige que la compagnie aérienne canadienne cesse immédiatement l’utilisation du mot champagne dans le service d’un vin mousseux.
On remarquera au passage que jamais les professionnels du champagne n’ont demandé que Sunwing Airlines ne serve leur breuvage à bord. La nuance est importante.

Ce n’est pas la première fois que le transporteur à bas coût canadien défraye la chronique pour des affaires liées à l’alcool. On se souvient au début de l’année de ce commandant de bord surpris ivre à Calgary aux commandes d’un vol à destination du Mexique.

Décidément Sunwing Airlines a des soucis de boissons !

Photo © Wikimédia Commons

4 COMMENTAIRES

  1. Ah, j’aime tant ce site pour ses petits articles de cas isolés plutôt cocasses comme celui-ci qu’on retrouve difficilement ailleurs sur le web. Merci Arnaud!

    • De rien. En fait cette affaire a été pas mal relayé en France notamment par les médias de service publique ! Au départ d’ailleurs j’en ai entendu parler sur France Inter.

  2. A ce point, je me dois de vous dennoncer plusieurs autres lignes aeriennes ne respectent pas l’utilisation propre du terme Champagne. Cela m’est arrive sur des vols entre Amsterdam et Pekin. Je vous laisse deveniner a qui la faute, vous avez le choix de deux operateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom