C’est une patrouille de rêve pour de nombreux passionnés d’aéronautique contemporaine et certaine un bon gros kif pour les pilotes qui y ont participé. Trois F-35B Lightning II, deux appartenant à l’US Marines Corps et le troisième à la Royal Air Force survolent le sud du Royaume Uni en compagnie de deux Typhoon FGR Mk-4 eux aussi propriété de cette dernière. Réalisés l’an dernier ces clichés préfigurent en fait l’avenir proche de la chasse britannique.

En effet à l’instar de l’US Marines Corps la Royal Air Force mettra elle aussi en œuvre des Lockheed Martin F-35B, la version à décollages et atterrissages verticaux du Lightning II. Grâce à ces avions les Britanniques pourront retrouver l’usage plein des avions de ce type disparu depuis le retrait Hawker-Siddeley Harrier. La Fleet Air Arm retrouvera en même temps son véritable rang d’aéronavale puisqu’une partie des F-35B britanniques lui seront livrés, elle qui ne possédait plus de chasseur depuis la fin des vols des British Aerospace Sea Harrier.

Pour autant les missions de défense aérienne du Royaume Uni continueront d’être assurées en priorité par les Eurofighter Typhoon FGR Mk-4, qui réaliseront également les missions de reconnaissance tactique et de reconnaissance armée.

C’est donc le visage de la chasse britannique à l’horizon 2022-2024. Une partie des F-35B de la RAF et de la Fleet Air Arm sera embarquée à bord du porte-avions HMS Queen Elizabeth (R08) dont l’entrée en service est annoncée pour 2020. À cette époque le Royaume Uni retrouvera sa pleine place de superpuissance navale aux côtés des États-Unis et de la France.

Photos © UK Ministry of Defence.

11 COMMENTAIRES

  1. Rappelons que les appareils à décollage et atterrissage vertical n’offrent pas des capacités aussi étendues que les appareils qui décollent à l’aide d’une catapulte et appontent avec un brin d’arrêt. Par conséquent bien que les deux porte-aéronefs britanniques soient plus grands que le Charles De Gaulle, ils ont chacun une capacité bien moindre. C’est au point que les anglais avaient envisagé de convertir leur second porte-aéronef en porte-avion, en supprimant le pont incliné et en y adaptant une catapulte et des brins d’arrêt. Il y ont renoncé devant l’ampleur des coûts de modification du navire. Les britanniques ont toutefois l’avantage par rapport aux français de disposer de deux porte-aéronefs, bien qu’il fut question un temps, pour raison d’économies, d’en mettre un sous cocon ou d’en dédier un au seul embarquement des hélicoptères..

  2. Derniers problèmes en date pour le F-35: Arrêt des livraisons pendant un moi, suite au constat de corrosion, le constructeur ayant oublié la pose d’une couche d’après au niveau des fixation des trappes ! Et insuffisance des pièces détachées d’où une indisponibilité accrue des appareils lors de la maintenance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom