Les services de secours norvégiens sont particulièrement pessimistes quant aux chances de retrouver des survivants suite à cet accident. Un hélicoptère civile russe Mil Mi-8 transportant huit passagers et membres d’équipage a chuté en pleine mer, alors qu’il réalisait un vol intérieur dans l’archipel norvégien de Svalbard. Une importante mission de recherches et de sauvetage mobilisant un avion, un hélicoptère, et trois navires a été mise sur pied par la Norvège.

Le Mil Mi-8 en question venait de décoller de Longyearbyen et se dirigeait vers Barentsburg. Ces deux villes se trouvent dans le sud de l’île Spitzberg. En fait l’hélicoptère pour des raisons de circulation aérienne était obligé de survoler la mer quand pour une raison inconnue il a plongé dans les eaux glaciales de l’Isfjorden le principal fjord de la région. Leurs températures ne dépassent pas 1°C.

Hormis les cinq membres d’équipage l’appareil transportait trois scientifiques appartenant à un programme de recherche géologique polaire. Ils assuraient notamment des fonctions au profit des sociétés minières russes présentes en nombre dans cette région norvégienne riche en charbon. Actuellement environ 750 à 800 citoyens russes vivent sur l’île et travaillent pour ces sociétés minières.

La recherche de l’hélicoptère et d’éventuels survivants a été confiée aux autorités militaires norvégiennes. Le premier bâtiment déployé sur zone est le remorqueur de haute mer Valkyrien (numéro de coque A535) tandis que le chasseur de mines Rauma (M352) a été armé pour s’y rendre au plus vite. Les gardes-côtes norvégiens disposent de leur côté d’un patrouilleur, le Njord (W333) disposant de deux embarcations semi-rigides spécialement adaptées aux missions de sauvetage. L’aviation norvégienne de son côté a annoncé déployer dans les plus brefs délais un avion de patrouille maritime Lockheed P-3C Orion et un hélicoptère de recherches et sauvetages AgustaWestland AW.101 Merlin Mk-612.

Malgré cette force importante les chances de retrouver des survivants sont très minces, l’hélicoptère ne possédait en effet aucun équipement de survie en mer à son bord. Malgré le fait qu’il soit basé en Norvège il relevait des standards de l’aviation civile russe, réputés fort peu sûrs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom