La série noire se poursuit pour le Super Puma. Ce mercredi 8 novembre 2017 un hélicoptère commercial Eurocopter AS.332L appartenant à la compagnie aérienne Toho Air Service s’est écrasé dans la région de Gunma sur l’île de Honshū, la principale de l’archipel nippon, causant la mort de ses quatre membres d’équipage. L’appareil a été pulvérisé en heurtant le sol.

Les enquêteurs japonais semblent s’orienter vers la piste des conditions météorologiques. Un épais brouillard recouvrait cette région particulièrement montagneuse du centre du Japon et la visibilité était mauvaise au moment du drame. Le pilote, le copilote, et les deux mécaniciens de bord ont été tué sur le coup. Il est à noté que le commandant de bord était également instructeur sur ce type de machines et connaissait donc parfaitement le Super Puma, ses capacités et ses limites.

C’est au fond d’une vallée encaissée que l’hélicoptère s’est écrasé, sur un pont routier enjambant une rivière. Fort heureusement en touchant le sol le Super Puma en question n’a percuté aucun véhicule en circulation. Néanmoins il a découpé une ligne privant une partie de la zone de toute alimentation électrique. Malgré la rapidité d’intervention des services de secours japonais aucun miracle n’a eut lieu.

Pour l’instant il n’est nullement question dans le pays d’interdire de vol les Super Puma dont certains opèrent également comme hélicoptères de recherches et sauvetages en mer. D’autres opèrent pour plusieurs transporteurs aériens, notamment pour des vols de travail aérien.

La zone de l’écrasement.
L’ironie veut que cet écrasement ait eu lieu à moins d’un kilomètre du site d’un des plus plus graves crashs aériens de l’histoire aéronautique mondiale, celui du vol 123 de la Japan Airlines. Avec 520 morts il s’agit du drame au bilan humain le plus élevé avec un seul et unique avion. L’aéronef en question était un Boeing 747SR.

Photos © Keypublishing & agence Kyodo.

1 COMMENTAIRE

  1. Espérons pour Airbus que l’accident soit du aux conditions météo et non au problèmes récurrents de boite de transmission qui a causé plusieurs accidents en mer du Nord et un arrêt de toute la flotte des Super Puma civils durant plusieurs mois. Un nouvel arrêt pourrait mettre le constructeur en difficulté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom